Pure émotion

il y a
1 min
45
lectures
9

J'ai toujours aimé lire. Je suis addict depuis l'âge de 7-8 ans... Puis, avec les années, j'ai découvert qu'écrire procurait aussi bien du bonheur. Oh je me sens bien modeste, n'ayant pas de don  [+]

Nous étions plusieurs à attendre nos proches en ce samedi après-midi, rassemblés au check-point de l’aéroport parisien Charles de Gaulle...
J’étais dans mes propres pensées, loin de cette agitation que connaît un aéroport, loin des va et viens de ces globe-trotters, professionnels affairés ou vacanciers avides de farniente et d’exotisme... J’attendais mes parents et pensais à ma petite nièce de 2 mois, récemment décédée, née handicapée, dont on nous avait dit qu’elle n’atteindrait sans doute pas ses 8 ans... Malformation au niveau des membres supérieurs et malformation cardiaque... 800g malgré une naissance à terme et... choc familial.
Je remarquais néanmoins un certain nombre de couples autour de moi, jeunes pour la plupart. On pouvait déceler une certaine effervescence, une atmosphère inhabituelle. Ce n’était pas une attente nonchalante, stoïque, résignée face à d’éventuels retards, c’était une attente réclamant son dû, clamant son impatience, tous les yeux étant tournés vers la porte d’où déferlerait bientôt le flot des passagers débarqués.
Je m’intéressais de plus en plus à cette atmosphère étrange, me demandant si une personnalité publique surgirait : vedette de cinéma, footballeur, ou politique ?
Quant tout à coup, un groupe d’enfants de 2 à 5 ans surgit de la fameuse porte, accompagnés d’adultes, les encadrant et les rassurant de leurs douces paroles. Mes compagnons du check-point se ruèrent vers les enfants, en une seule vague. Une énorme bouffée d’amour et d’échanges bavards et rieurs émergea de ce joyeux tumulte... chacun retrouvant apparemment « son » enfant...J'étais témoin d'enfants venus du bout du monde, un peu hébétés et fatigués sans doute de leur voyage, s'abandonnant dans les bras de leur famille, leur "nouvelle famille"..., vous l'aurez compris.
Je me sentis tout à coup submergée par l’émotion, les yeux pleins de larmes, à la vue de ces familles apaisées. Je n’ai jamais vraiment eu les détails de cette scène à laquelle j’avais assisté mais sur le moment, elle m’avait été, émotionnellement, difficilement supportable. D’un côté, mon cœur brûlait à la pensée de ma petite nièce partie trop tôt, mais de l’autre, il se réchauffait à la vue de ces familles réunies, accueillant l’enfant tant rêvé, ne cherchant qu’à le choyer et lui apporter paix et amour.
Des années ont passé, ma petite nièce était née le 07/07/77 et je n’ai jamais oublié cette scène à Charles de Gaulle... C’est le destin, des enfants meurent avant l’heure, d’autres renaissent à la vie, une vie de paix et d'amour.
9

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,