2
min

Psychopathe

Image de Lézin Zouhln

Lézin Zouhln

34 lectures

3

Les lumières s’éteignent peu à peu dans les arrières boutiques des grossistes de la rue Saint-Denis. Il fait froid et un brouillard épais commence à tomber. Les filles se font rares dans les portes cochères, les clients aussi. A l’angle de la rue de Tracy, Clara tire sur une cigarette pour se réchauffer. Au-dessus de sa tête, la statue de Michelet veille sur le quartier. L’historien, hanté par le destin anonyme de tous ceux qui font l’Histoire, contemple chaque jour, de son regard de pierre, le va-et-vient ininterrompu des filles de joie et des hommes de peine. Clara, elle, ça fait cinq heures qu’elle tapine. Elle n’a fait que deux clients. Le temps sans doute. Elle regarde sa montre. Vingt-trois heures quarante cinq. Elle se dit qu’elle va se rentrer. Au bout de la rue, elle aperçoit la porte Saint-Denis, floue dans la brume. Un de ses clients, un autre vieux professeur d’histoire, lui a raconté que c’était un roi, Louis machin truc, qui l’avait fait construire pour célébrer ses victoires...enfin, c’est ce qu’elle a compris. Des victoires, elle s’en tape. Elle voudrait bien faire encore un client. Justement un homme s’approche, petit et râblé les mains enfoncées dans les poches de son blouson de cuir noir.
- Tu prends combien ?
- Trois cents. Je me déshabille, je te suce et on fait l’amour.
L’homme acquiesce d’un signe de tête. Elle le précède dans un couloir étroit et crasseux, faiblement éclairé par une ampoule qui pend au bout d’un fil, avant d’emprunter un escalier, au fond. L’homme la regarde monter les marches usées en roulant des hanches, sa croupe grasse moulée dans une jupe de cuir. Elle porte des bas noirs et des talons aiguilles rouges. Elle s’arrête au troisième.
- Nous sommes arrivés.
Ils pénètrent dans une chambre exiguë avec des glaces partout, pour augmenter l’espace et aussi le plaisir. Un radiateur électrique surchauffe une atmosphère où se mêle à l’odeur de pieds, l’odeur de foutre et de parfum bon marché.
Clara se débarrasse de sa veste de fourrure. Elle a de gros seins lourds qui débordent d’un pull largement échancré.
- Tu me fais mon petit cadeau, chéri ?
L’homme lui tend les billets. Elle les range soigneusement dans une boîte à cigares, puis elle fait glisser sa jupe et sa culotte :
- T’es pas très causant toi. Regarde, j’ai une belle chatte. Tu vas aimer...Un déclic vient l’interrompre. Elle voit briller une lame.
- Mais qu’est ce qui te prend, t’es complètement dingue arrê !...
L’homme l’a saisie à la gorge et la plaque contre le mur. De l’autre main il enfonce la lame dans sa vulve. Il remonte lentement jusqu’au nombril. La chair s’ouvre largement sous la lame. Il la frappe plusieurs fois dans le ventre. Les organes explosent à l’intérieur. Elle a horriblement mal mais elle ne peut crier à cause de la main qui la serre au cou. Elle sent le sang lui dégouliner entre les cuisses. Elle voit le visage de l’homme tout près du sien. Il a deux petits yeux noirs et rapprochés qui la regardent mourir. Elle ne peut plus respirer. Ça explose dans sa tête dans une grande flamme rouge. Il est minuit cinq. Un autre jour est né. Très loin. Quelque part dans les Iles Aléoutiennes.
L’homme referme silencieusement la porte derrière lui et descend lentement les marches de l’escalier désert. Il a du sang sur les bottes.

Thèmes

Image de Très très courts
3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
une scène d'horreur digne des thrillers les plus marquants
·
Image de Lézin Zouhln
Lézin Zouhln · il y a
Merci pour votre commentaire qui me touche particulièrement car il prouve que ce texte peut séduire un public jeune. Il est, en fait extrait (comme le texte intitulé "Le modèle") d'un thriller que j'ai écrit il y presque vingt ans.
·
Image de Kenavo
Kenavo · il y a
Triste. Très triste...
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Bravo pour ce début de thriller très sanglant ! Mon vote ! Une invitation à partir en voyage sur ma “Croisière” ( qui est en FINALE ) si vous ne craignez pas la brume en mer ! Merci d’avance et bonne soirée !
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/croisiere-2

·