Prochaine Sortie Avant La Fin Du Monde

il y a
2 min
3 412
lectures
72
Qualifié

  Je roule à pleins gaz sur l’A75. La Méridienne comme on l’appelle ! Si je l’ai empruntée, ce n’est pas pour sa gratuité entre Clermont-Ferrand et Béziers mais simplement parce que je n’ai pas eu à cœur de prendre l’autoroute du soleil. Et pour cause ! Le Soleil ne se lèvera bientôt plus pour personne... 

  D’un rapide coup d’œil sur le côté droit, j’avise le grillage plaqué sur le versant rocailleux. Sorte de filet pendu censé contrôler la trajectoire et protéger l’usager de la route contre les chutes de pierres. Je me marre ! Certes, la situation ne s’y prête guère. Néanmoins, il faut bien avouer que la chose est empreinte d’une certaine ironie. Ce qui nous arrive sur le coin du nez n’est rien de moins que la claque du Cosmos, la mornifle de l’Univers, la talmouse de la Création... !

Quelque part entre Mars et Jupiter, il semblerait bien que le Grand Architecte ait décidé de desserrer d’un cran la ceinture d’astéroïdes. De fait, un géocroiseur de plusieurs dizaines de kilomètres (3122 Florence* à côté, c’est de la petite bière !) entrera dans quelques heures à peine, en collision avec notre Terre ! 

Toutes les missions lancées par la NASA pour tenter de dévier l’astéroïde de son meurtrier chemin et ponctuer gentiment le scénario catastrophe par un happy-end se sont révélées de retentissants échecs. Bref, le corps céleste, loin de se désintégrer dans notre atmosphère va, de toute sa vitesse cosmique, la traverser sans visa aucun, avant de pénétrer sans la moindre capote notre sol chéri et ce, dans un déchaînement d’énergie colossale. Selon les dires de certains journalistes, l’onde de choc engendrée devrait être comparable à l’idée que tout un chacun se fait du Jugement Dernier...      

En un mot, penché sur sa table à dessein, Dieu prend tout bonnement sa gomme et rectifie sur le plan, l’erreur humaine... 

  Contre toute attente, hormis quelques incidents isolés, l’Humanité semble accepter la chose avec une certaine ataraxie. Et peut-être même, une sorte de soulagement. Le fatalisme et l’hystérie collective paraissent se nécroser quelque peu avant l’extinction de l’espèce. Comme quoi et selon la formule consacrée : « Tout vient à point à qui sait attendre ».

Alors, que puis-je bien faire tout seul sur la route lors que bon nombre d’entre nous se retrouvent en famille avant le clap de fin du Monde ? Pourquoi la mienne n’a pas voulu prendre part à ce dernier road-trip ? La réponse est saisissante de simplicité. Je ne l’ai aucunement conviée à me suivre. Et de cela, je me félicite ! J’ai bien moins peur de la collision que de leurs ultimes regards à tous. À l’aune du grand Impact, avec tout le recul qu’il m’est possible d’avoir en pareilles circonstances, je prends finalement acte du fait que je suis un pauvre lâche, une espèce de salaud, un lamentable serpent fuyard ! 

D’aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours eu l’irrémissible besoin de me cacher derrière un volant à chaque foutue contrariété et, vu la gueule de la contrariété qui s’en vient, autant dire que j’ai fait le plein d’essence... !

Toujours est-il que sans même un regard pour l’heure, le compteur kilométrique ou bien l’indicateur de vitesse, je roule, je fuis...

Une fuite en avant, aveugle et désespérée, marquée de pensées émues pour les dinosaures qui ont connu un sort similaire, il y a de cela quelques 66 millions d’années.

Soudain, j’aperçois le panneau de direction qui, tel un puissant tsunami méditerranéen, balaie d’un coup d’un seul, la moindre image de la fin du Crétacé.   

Sortie 60 : Agde/Bessan/Florensac.

Il flotterait presque dans l’air un doux parfum de vacances...  

 

72

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Mon chat est Mon Chien

Mathieu Jaegert

— Docteur, je vous amène Mon Chien.
— Je ne comprends pas, c'est un chat.
— Oui, c'est un chat.
— Et ?
— Je n’aime pas les chats.
— C'est pour ça que vous venez ?
— Non, bien... [+]