3
min

Ponctualité

312 lectures

154

James s'était levé de bonne humeur ce matin là, pour la première fois depuis des mois. Cette journée sonnait le glas de cinq années de misère. Cinq années de chômage, de vaches maigres, de privations. Aujourd'hui tout allait changer, il partait signer son contrat. Depuis la semaine précédente, tout s'était enchaîné à merveille. Un premier entretien avec la DRH, une sorte vieille chouette d'à peine 35 ou 38 ans, maximum. L'après midi même, il avait rencontré le chef du service, un grand gaillard taciturne, un taiseux genre pas commode. Il ne serait pas facile à vivre, mais peu importait à James, il aurait travaillé pour le diable s'il l'avait sollicité, pourvu qu'il ait un salaire à la fin du mois. Dans la foulée, il avait vu le directeur du site, un homme mielleux, faux comme un billet de 300 euros. Tous s'étaient accordés à penser que James était le profil type qu'ils cherchaient; depuis de longs mois...

Mais maintenant c’était fini, plus de honte à avoir, James reprenait le chemin de l'activité. En entrant dans le garage, il se voyait déjà annoncer à son ami Jean-Paul,qu'il avait décroché le Graal, le CDI. Il se repassait les moments forts de ses entretiens. Il revoyait la jeune vieille, avec son chignon étriqué et sa robe crayon noire, pour sûr, elle était dans une boite de pompes funèbres avant de travailler là, elle sentait presque la solution d'embaumement! La ponctualité, c'était sa marotte: sans ponctualité un bon employé était un sabord ouvert pour un bateau pirate. La jeune vieille n'avait pas d'humour, mais au moins, avait elle le sens de la formule! James avait imprimé le message, il n'avait que 15 minutes de voiture pour y arriver, mais il était parti avec une demi-heure d'avance, on ne sait jamais...

il s'installa au volant de son vieux coupé hors d'age. 320000 km au compteur, mais il n'avait jamais failli, une longévité et une fiabilité de chameau Mauritanien. Un dernier coup d’œil à sa montre et, satisfait, il tourna la clé prêt à entendre le vrombissement caractéristique que lui conférait le pot d'échappement troué. Ce serait bientôt un mauvais souvenir, avec son premier salaire, il pourrait doter sa vieille guimbarde d'un silencieux neuf, en attendant de pouvoir la changer. Penser qu'il pourrait à nouveau subvenir au superflu, sans crainte de manquer pour nourrir les jumeaux, le transportait de joie. Même si un silencieux d'automobile n'était pas tout a fait du superflu... Il tourna la clé jusqu’à la butée, puis une deuxième et une troisième fois... rien. Le moteur était désespérément silencieux.

Il fut pris d'une panique soudaine, repensa aux cours de sophrologie auxquels Marie l'avait inscrit... Son épouse y croyait dur comme fer, il y était allé pour lui faire plaisir. Il mit en application ce qu'il avait appris: Gonfler le diaphragme avec une respiration ventrale, 3 fois. Il regarda sa montre... ça marchait, il se calmait.

— bon j'ai 15 minutes de voiture et j'ai rendez-vous dans 30, la vieille chouette sera là 5 minutes avant, donc je dois y être dans 24minutes et 30 secondes... Allez James, ça passe!

Il s'était rassuré... l'auto-hypnose à du bon! Il sortit son vélo, un vieux VTT. Lui au moins ne lui ferait pas faux-bond. Il prit soin d'enfiler un sweat, de mettre sa chemise et sa veste dans un sac a dos, ainsi qu'un déodorant à bas prix, mais assez efficace. Il ne fallait pas qu'il se présente, dégoulinant de sueur et sentant le fennec amoureux.

Il roula très bien. Lorsqu'il vit l'enseigne de l'usine, il regarda sa montre, il aurait au maximum, une à deux minutes de retard. Il reprit le sourire, une minute serait facile à justifier. Vraiment, il aurait de quoi raconter à Jean-Paul, ils allaient bien en rire. Une dernière accélération, il traversa en plein virage et ne vit pas arriver ce putain de bus. Tentative d'évitement, freinage, il vit le bus tanguer, le choc devenait inévitable. Il entendit un gros craquement, mais un bruit qu'il n'avait jamais perçu, un bruit venant de l'intérieur. Il ne sentit rien et perdit connaissance.

Il reprit ses esprits, mais de manière altérée, comme dans du coton. Un homme était penché sur lui, avec une veste blanche et un stylo 4 couleurs à la pochette, deux types de part et d'autre, disaient des trucs qu'il ne comprenait pas. Il voulut parler mais un machin sur sa bouche le gênait, il cligna furieusement des yeux. On lui enleva le masque respiratoire.

— Monsieur vous m'entendez ?

— Quelle heure est-il ? demanda James.

— Ce n'est pas grave...

— Quelle heure est il... s'il vous plait.

— 8H 23.

23 minutes de retard... c'était perdu, accablé, il se mit a pleurer.

Le pompier de droite hurla...

— on le perd, je n'ai plus de pouls...

A coté du camion dans un coupé sport, une petite femme avec une robe crayon noire et un chignon serré, klaxonnait. Un pompier s'approcha, pas commode, elle l’apostropha.

— laissez-moi passer, j'ai un rendez vous, je suis en retard!

Ce disant, elle faisait rugir son moteur, furieusement, pour forcer le passage...

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très courts
154

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Artvic
Artvic · il y a
Image de RAC
RAC · il y a
Une histoire merveilleusement bien contée avec des accélérations & des virages. Bravo !
·
Image de Morgazie
Morgazie · il y a
Terrrrible ! <3 <3 <3
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une bonne œuvre bien écrite avec une belle morale ! Mesvoix ! Une invitation à lire “ Victor ludorum” et “grappes de raisins” ! Merci d’avance !
·
Image de Guillaume Coquery
Guillaume Coquery · il y a
merci Keith je vais aller lire
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Merci d'avance, Guillaume ! A bientôt !
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Une histoire très bien écrite et imaginée, un vrai scénario de court métrage assez poignant et plein de finesse d’analyse, évocateur de tant de sentiments en si peu de mots.
Tous mes votes.

·
Image de Guillaume Coquery
Guillaume Coquery · il y a
oh que c est gentil! tous mes merci...
·
Image de Jokamax
Jokamax · il y a
Bravo Guillaume, une fin avec une bonne petite morale de vie. Bien amenée. ☺️
·
Image de Guillaume Coquery
Guillaume Coquery · il y a
hello, pour la morale chacun y voit ce qu il veut... meme les drh! merci
·
Image de Elodie
Elodie · il y a
Bien joué Guillaume ;)
·
Image de Guillaume Coquery
Guillaume Coquery · il y a
merci!
·
Image de Calliandra
Calliandra · il y a
Cette histoire est intéressante et tient en haleine. Ce rendez-vous manqué était écrit sans doute... :-). Je veux croire que la pompier a réussi à ranimer James
·
Image de Guillaume Coquery
Guillaume Coquery · il y a
je le lui souhaite... merci pour le com
·
Image de Isa Gepacar
Isa Gepacar · il y a
Bravo !
·
Image de Guillaume Coquery
Guillaume Coquery · il y a
merci Isa :0)
·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Ah ! les rouages du destin !
je concours aussi avec le texte : " de roues en roues "

·
Image de Guillaume Coquery
Guillaume Coquery · il y a
du destin...cruel !
merci et je vais vous lire

·