1
min

Plaisir artificiel

Image de John Liam

John Liam

22 lectures

1

Elle te consume.
Elle te dévore les entrailles et cela t'est égal.
Je te contemple t'époumoner à petit feu sous son effet désinhibant.
Et pendant ce temps, le fossé ne fait que s'élargir à mesure que tu te gorges de sa noirceur.

L'enfant qui se meurt s'alarme et l'homme qui sommeille enrage.
Les cendres que tu égrènes sans vergogne ne font que tracer le chenal de la mort.
Une maigre consolation pour une vie clopin-clopant.
Ne vois-tu pas que la fumée t’auréole d'une couronne venimeuse ?

Elle est devenue ton opium de tous les jours.
De même que certains ont la télé pour seule compagnie, toi tu n'as qu'elle.
Tu en parles parfois comme d'une vieille amie qui te supporte à la moindre rechute.
Mais ce n'est qu'une saloperie hypocrite, venue pour assécher ton lit de vitalité.

Ce petit morceau de feuille t'aura à l'usure.
Mais ce jour là, il sera trop tard.
Tu ne la consumes pas. C'est elle qui te consume.
Réveille-toi avant qu'elle ne finisse de te ronger l'âme, et qu'il ne reste plus que des os et de la terre pour consoler notre chagrin.
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,