Phocéa bella

il y a
2 min
332
lectures
28
Qualifié

"Les pages sont encore blanches mais il y a cette impression miraculeuse que les mots sont là, dans une encre invisible réclamant d'être révélée" V.Nabokov "La musique a sept lettres  [+]

Image de Eté 2015
La sonnerie retentit et annonça la fin des cours, le début de la liberté retrouvée.
Nos mémoires et synapses malmenées par la didactique allaient pouvoir se détendre et s’autoriser un peu de légèreté.
Exit la dictature de la syntaxe et la bonne norme de M. Sargeres.

Les portes automatiques s’ouvrirent, passage symbolique vers un ailleurs certes bruyant et monoxydé par les scooters et autres véhicules débridés mais libre d’aller où l’envie m’emmène.

Je perçais la foule, flânant et rêvant sous les rayons épars d’un timide printemps.
Mon regard s’arrêtait, zooms ou instantanés sur cet essaim de visages inconnus, où l’on pouvait deviner : la nervosité pressante d’un travailleur en pause déjeuner, la joie de l’oisiveté des collégiens externes, l’insouciance d’un pêcheur, le touriste photographe compulsif à l’index infatigable, les amoureux transis adossés sur un banc solitaire.

Foule grouillante, fourmilière mouvante que je traversais.

Et puis soudain, je reconnus, cette mèche en épis, ces cheveux à la couleur incertaine, ces grands yeux bruns, cette démarche assurée.
C’était lui, il n’y avait aucun doute.
Un étudiant toujours très sûr de lui, assis au fond de la salle qui arrivait systématiquement et quotidiennement en retard à tous les cours.
L’excuse de l’éloignement géographique, le train raté de peu, le TER retardé, le réveil qui oubliait de sonner, sa pile qui rendait l’âme ou le propriétaire de ce mécanisme déglingué qui ne l’avait pas réglé en temps et en heure.

Je ne l’attendais pas mais pourtant, il semblait chercher quelqu’un, ne ratant aucun visage sur sa route, sa tête pivotait frénétiquement de gauche à droite, lançant un sourire, un hochement interrogateur à l’index sous-jacent, un quart de tour jusqu'à moi...
Il proposa un café gourmand sur le vieux port, à une terrasse et nous mettions plus tard le cap vers le quai Rive Neuve, nous tournant ainsi vers l’avenir.

Les mouettes ricanaient, le soleil distillait un charme incroyable à cette mer miroir où flottait des voiliers et barques provençales de toutes tailles. Pointues par leur nom mais enrobées de douceur.
Les couleurs se mêlaient et s’offraient telles des palettes impressionnistes pour nos yeux qui se croisaient.

Nous avions pris une photo du bout de nos bras, au sommet du grand fort qui domine, sous le regard bienveillant et protecteur de Notre Dame, gardienne de la cité. Un mistral rebelle soufflait avec force, faisant tourbillonner nos émotions pleines de fougue et de rêves.
Après un arrêt au pied de la tour Saint Jean, nous nous étions amusés à écrire un acrostiche sur cette ville où nous étions nés pour faire vivre cet attachement si particulier que seuls les habitants d’ici connaissent.

L’écriture : une inclinaison commune, échappatoire à deux mains et envolée miraculeuse. Ce moment de création sur le vif, nous avait considérablement rapprochés.

À présent, au dos de la photo que je tenais face à moi, on pouvait lire ce petit poème dédié à la belle phocéenne :

M c’est la mer et l’écume qui jouent sur la jetée.
A c’est l’attrait du soleil qui illumine la toile.
R c’est un regard libre posé sur l’horizon.
S c’est la sagesse de Notre Dame qui trône et culmine.
E c’est l’encre qui dépeint l’entaille des voiliers.
I c’est l’incertitude d’une ruelle, d’un quartier.
L c’est une langue multiple, l’écho de nos voix.
L c’est une lecture sous un pin, les cigales en orchestre.
E c’est une escapade du connu vers l’inconnu.

28

Un petit mot pour l'auteur ? 14 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de SEKOUBA DOUKOURE
SEKOUBA DOUKOURE · il y a
Bravo pour ce beau texte ! Vous avez mon like ✔️.
ET merci de passer faire un tour chez moi et soutenir mon texte si vous avez le temps. 🙏🙏
*Le lien du vote*
👇👇👇👇.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-village-doukourela

Image de Madeleine Duval
Madeleine Duval · il y a
j'ai aimé ce texte à l'écriture variée mon vote je vous invite sur ma page si vous avez un peu de temps♥
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Une jolie échappée sous le soleil de Marseille !
+1

Image de Aliénor Oval
Aliénor Oval · il y a
Un joli moment à travers votre regard dans cette ville où je ne suis jamais allée. + 1
Image de Stelline
Stelline · il y a
Merci pour ce retour personnalisé! Votre oeil de lecteur décrypte chaque ligne lue.
Image de Frédérique Lechat-Lechat
Frédérique Lechat-Lechat · il y a
Un texte qui donne envie d'une promenade en la Belle Phocéenne, et d'être amoureux, peut-être ;-) ? Mes synapses s'en sont émues, un mistral rebelle les chahutent ! Juste une petite rectification (peut-être vous l'a-t-on déjà dit ?), erreur commune que j'ai toujours moi-même envie de faire, car l'inclinaison est si jolie : vous parlez, je pense, d'inclination. Mon vote pour le bonheur insouciant et l'avenir ouvert que dégagent vos mots :)
En compétition, mon tanka, si vous voulez, http://short-edition.com/oeuvre/poetik/mains-en-etoiles

Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Texte charmant où la prose introduit les vers libres d'un acrostiche qui magnifie cette ville contrastée honnie les uns et adorée par les autres : +1 !
Image de Anna
Anna · il y a
Beau voyage dans le sud! Je vote pour vous!
Image de Stelline
Stelline · il y a
Merci! Visite sur le vif qui pourrait chasser les vieilles rancunes et réconcilier deux belles villes!
Image de Thierry Dellac
Thierry Dellac · il y a
Moi Parisien (d'adoption), voter pour une Marseillaise, ça ferait presque jaser ;-)
...mais j'aime cette ville et vous en décrivez bien l'atmosphère dans un style agréable.

Vous aimerez aussi !