Petite conversation entre amies

il y a
2 min
832
lectures
65
Qualifié

Je ne comprends pas pourquoi j'écris, ni comment. C'est tout ce que je peux dire. À certains moments, un être que je ne connais pas prend possession de mon esprit et écrit des choses que je  [+]

Image de Été 2021
Au téléphone, en reniflant, elle me demande si elle peut passer. Je réponds : « oui, bien sûr ».

Je ne vois pas ce que je pourrais dire d'autre à une amie de vingt ans, même si je connais la suite par cœur. Elle arrive une demi-heure plus tard, dans tous ses états, si bien qu'elle manque d'emboutir le portail.

Sur le canapé, elle s'épanche : ça va mal avec Paul en ce moment. Elle a d'ailleurs découvert que c'était un pervers manipulateur. Elle vient d'acheter un livre sur le sujet et il correspond tout à fait à la description. Il y a un questionnaire à la fin et elle a pu répondre affirmativement à presque toutes les questions.
Je l'écoute. Je me dis que c'est la mode en ce moment, les pervers manipulateurs. Il me semble avoir lu quelque chose à ce sujet dans un magazine avec un test : Avez-vous épousé un P.M. ? Et des questions du genre :

. Prêche-t-il le faux pour savoir le vrai ?
. Est-il égocentrique ?
. Est-il jaloux ?
. Supporte-t-il mal les critiques ?

Je m'étais demandé à qui ça ne correspondait pas. En tout cas, ça correspond à Paul d'après son épouse en larmes. Mais je ne dis rien et elle continue ses litanies :

— Et tu sais ce qu'il m'a dit ?
— Non.
— Eh bien figure-toi que ce matin, dans la salle de bains, je chantais. J'aime chanter dans la salle de bains et tu sais comme il a brisé ma carrière et que j'ai dû abandonner mes cours de chant peu après notre mariage parce qu'il ne supportait pas que je rentre plus tard que lui deux soirs par semaine. C'est d'ailleurs typique du pervers manipulateur. Donc alors que je faisais mes vocalises, j'ai dû m'interrompre parce qu'il tambourinait à la porte. Je lui ai demandé ce qu'il y avait et il me dit : « C'est à toi qu'il faut demander ça ». Je lui réponds « Moi, ça va, pourquoi ? » et il me répond « Ah bon, je croyais que tu criais ».

Elle a prononcé la dernière phrase d'une voix brisée. J'ai un peu envie de rire, mais je me retiens. Et si c'était de l'humour après tout ? Mais il faut dire que c'est peu probable, ce n'est pas le genre du bonhomme.

Depuis le temps qu'elle s'en plaint, je me demande ce qu'elle fait encore avec lui. Alors, suivant la logique de ma pensée, je lui pose imprudemment une question :

— Qu'est-ce que tu comptes faire ?
— Comment ça ?
— Je ne sais pas, mais s'il te rend si malheureuse, il serait peut-être temps que tu prennes une décision. Pourquoi tu ne le quittes pas ?

Elle est éberluée. Elle n'a jamais envisagé cette éventualité. Elle semble vexée. Je ne sais pas ce qui lui passe par la tête, mais elle se rebiffe et me dit :

— Tu as des visées sur lui ?

J'ai dû faire une gaffe et j'aggrave mon cas en lui disant que non, je n'ai pas de vues sur son australopithèque de mari que je trouve trop rustique à mon goût, bête comme ses deux pieds et fort laid.

C'est alors qu'elle prend sa défense. Il a toutes les qualités d'après elle. J'ai sans doute oublié qu'il a une situation fort enviable qui nécessite un bagage intellectuel conséquent. De plus, ancien rugbyman, il a encore très fière allure et son nez écrasé lui confère un charme certain. Et la voilà partie dans les louanges de l'homme qui n'était qu'un vil pervers manipulateur cinq minutes avant. J'ai comme l'impression que je viens de sauver un ménage.

Puis elle endosse son petit sac à dos qui la rend parfaitement ridicule et se dirige vers la sortie d'un pas décidé.

Je la suis, histoire d'être polie, et de la porte, je la vois passer en voiture, le menton en avant, les yeux rivés sur l'horizon sans un regard pour mon signe de la main pourtant amical. Elle passe le portail avec brio.

Me voilà tranquille pour quinze jours. Peut-être même un mois parce que, là, j'y suis allée fort.
65

Un petit mot pour l'auteur ? 20 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Elle l'a cherché...
Image de Bob Pollen
Bob Pollen · il y a
Pauvre Paul... :))))
Image de Hortense Remington
Hortense Remington · il y a
Je reviens vous lire avec plaisir !
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
Jolie découverte ... un moment léger, un sourire, une écriture qui vit !
Image de François B.
François B. · il y a
Très bon moment de lecture
Image de Randolph B.
Randolph B. · il y a
Voici une découverte qui confirme ma vision positive du piratage. J'évoque une reconstruction de nos pages, mais aussi, et surtout, de nouvelles lectures et rencontres. Cette petite conversation est délicieuse, vous maitrisez les dialogues et l'humour, votre écriture plus qu'agréable. Merci. Je me permets de m'abonner, évidemment.
Image de Anne K.G
Anne K.G · il y a
J'étais déjà passée. Je reviens🤗
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
J'avais déjà apprécié... Avant
Image de Carl Pax
Carl Pax · il y a
Je reviens liker votre texte qui m'avait bien fait rigoler (et je ris à nouveau d'ailleurs), particulièrement le « Ah bon, je croyais que tu criais ». Une chouette écriture, ce n'est pas évident de retranscrire de l'humour, moi je n'y suis jamais arrivé (ou alors mes textes que je pensais très drôles ne faisaient rire que moi) Bref, bravo ! :)
Image de Mary Benoist
Mary Benoist · il y a
Merci beaucoup mais que de modestie ! Quand l'auteur s'amuse c'est déjà bon signe quand même !
Image de Carl Pax
Carl Pax · il y a
Pas de la modestie, de la clairvoyance 😁 Tiens, une autre œuvre que j'ai trouvée subtilement drôle aussi "ça ne va pas bien " de Pierre Hervé Thivoyon. J'ai vu dans les commentaires qu'elle vous avait plu également. Bonne journée Mary !
Image de de l air
de l air · il y a
Je découvre. Très agréable à lire cet instantané entre "amies" ...
Image de Mary Benoist
Mary Benoist · il y a
Merci.

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Les petits Lu

Pascale Dehoux

C'était la première fois que je faisais ça. Aussi ai-je composé, un peu fébrile, les dix numéros fatidiques. J'avais fermé auparavant toutes les fenêtres de ma maison. Il n'y avait plus que... [+]