Péripéties nocturnes

il y a
2 min
1 382
lectures
306
Finaliste
Jury
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Une course poursuite effrénée entre un Grand Duc et... On ne vous en dit pas plus, sous peine de gâcher le plaisir de lecture ! Un texte rythmé et

Lire la suite

Pour moi écrire, c'est montrer aux autres ma réalité qui n'est pas forcément la leur. Cléa Barreyre  [+]

Image de 2019
Image de Très très court

Elle court.
Elle court le plus rapidement possible, le plus silencieusement possible. Elle ne voudrait pas s’attirer d’ennuis, mais elle n’a pas de temps à perdre, le jour va se lever. Elle court à travers la forêt, elle court à travers la montagne, elle court à perdre haleine, mais elle est en retard, elle doit faire au plus vite. Elle ne peut simplement pas échouer.
Elle s’immobilise. Elle a entendu un bruit. Elle n’est pas rassurée et commence à stresser. Elle est sur ses gardes. Courir le plus vite possible est une bonne idée pour rattraper la course du soleil, mais pour cela rester en vie n’est pas une option. Elle sent un regard peser sur elle et se recroqueville, tentant de disparaître parmi les rochers.
Un lynx ? Un loup ? Un renard ? Non, pire, elle le voit, ou plutôt elle voit ses deux grands yeux rouges fixés sur elle : un grand-duc. Elle est repérée, elle ne lui échappera pas. Reprendre sa course ? Tenter de lui échapper ? Penser courir plus vite qu’il ne vole est une hérésie, un ultime espoir avant la mort. Elle ne peut pas se le permettre. Elle ne peut pas se permettre de mourir, pas maintenant. Il va falloir qu’elle soit plus intelligente que lui. Scrutant les alentours, elle aperçoit un espoir, une idée. C’est risqué, mais elle n’a pas vraiment le choix, si elle n’essaie pas c’est la mort assurée. Alors elle s’élance, aussi rapidement que ses courtes pattes lui permettent. Elle court comme elle n’a jamais couru, mais derrière elle, elle entend ce bruissement d’ailes si caractéristique et elle a peur. Dans un dernier bon, elle se jette sous les racines d’un arbre creux et entend au même instant le crissement des serres du rapace contre le tronc. Il s’en est fallu de peu. Blottie contre un coin de l’arbre, elle tremble comme une feuille, mais ne peut tout de même pas s’empêcher de réfléchir. Elle n’est pas prête de pouvoir sortir de sa cachette, elle était déjà en retard, elle ne parviendra donc jamais à atteindre son objectif dans les temps...
Les minutes passent, puis les heures, il fait déjà quasiment jour et un hibou comme celui-ci a dû rentrer chez lui se coucher. Doucement, elle sort de sa cachette, centimètre par centimètre. Mieux vaut être trop prudent, on ne sait jamais quelle surprise nous réserve mère nature. Mais rien. Il n’y a plus rien, plus de grand-duc, plus de prédateurs, c’est désormais à leur tour de se cacher. Maintenant elle n’a plus de temps à perdre, on ne sait jamais, il n’est peut-être pas trop tard.
Alors elle reprend sa course folle. Fini la montagne, elle court désormais à travers champs, traverse la cour d’un château, d’un second puis d’un troisième.
À bout de souffle, elle arrive enfin à destination. Le soleil se lève à peine, la maison est encore endormie. Elle entend la respiration de deux parents et d’un enfant à l’étage.
Elle entre dans la chambre, se faufile sous l’oreiller, attrape la dent et laisse une pièce.
Elle a réussi sa mission.

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Une course poursuite effrénée entre un Grand Duc et... On ne vous en dit pas plus, sous peine de gâcher le plaisir de lecture ! Un texte rythmé et

Lire la suite
306

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Noyées

Cléa Barreyre

J’appuyais faiblement sur leurs petits corps sans vie, les laissant glisser parmi leurs congénères qui résidaient ici depuis assez longtemps pour avoir oublié jusqu’à leur forme d’origine... [+]

Très très courts

Léonard

James Wouaal

Il tombe depuis douze jours une pluie tiède qui semble en passe de dissoudre le paysage comme un morceau de sucre sous un filet d’absinthe. Le bruit que font les singes est si assourdissant... [+]