Pas assez de couchers de soleil.

il y a
1 min
47
lectures
1

Enfoirée affective  [+]

« Ouvre les yeux, s’il te plaît. Ne te laisse pas couler, ne pars pas. J’ai besoin de ta chaleur encore. Tu ne peux pas partir. Tu ne peux pas abandonner notre histoire. J’ai le cœur qui saigne et qui pleure, tout mon être se recroqueville sous la douleur. Tu n’as pas le droit. Tu n’oses pas. Je ne peux pas avancer sans toi.
Si tu laisses tomber, tout cela n’aura servi à rien. Je ne suis pas prête à te lâcher, désolée. Ce n’est pas possible. Si tu regardes bien, le soleil va se coucher. Et c’est notre moment préféré, depuis toujours. Je n’ai pas encore eu assez de couchers de soleil. Donc tu dois encore rester.
Serre ma main. Regarde-moi. Il n’y a eu que toi, et tu veux me laisser là ? Je ne suis pas forte, tu le sais, tu me traites de « princesse » parce que j’ai peur de tout, et que je n’aime pas être seule. Si vraiment tu dois partir, alors prends-moi avec toi. C’est la seule solution.

Personne ne peut te comprendre comme moi. Je n’ai que toi. Tu es le seul. Je ne veux personne d’autre. Notre histoire vient de commencer. Il n’y a aucun moyen pour moi de te laisser t’en aller et tourner la page. Tu me comprends n’est-ce pas ? Voudrais-tu ouvrir les yeux ? Que je puisse encore y lire cet amour infini, cette affection que tu me portes ? Que je puisse me voir telle que tu me vois ? S’il te plaît ? J’ai déjà froid, et mon cœur se gèle à l’idée de ne plus battre à l’unisson avec le tien. Avec qui écouterai-je les musiques qui nous faisaient vibrer ? Qui me fera encore danser? Personne. Il n’y aura plus jamais personne.

Ouvre les yeux. Ne me laisse pas. Nous avons encore tant de choses à vivre... »

- Madame ? s’il vous plaît, écartez-vous. Je suis désolée, mais il n’y a plus rien à faire. Nous allons l’emmener.

Alors que les larmes ravagent ses magnifiques traits, les 2 infirmiers la dévisagent. Et voici qu’ils chuchotent :

- Tu te rends compte ? 60 ans qu’ils étaient ensemble ! Et elle se comporte comme une ado amoureuse de 15 ans.

- Et qui va s’occuper d’elle maintenant ? Ils n’ont jamais eu d’enfants.

Puis ils s’éloignent.

1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

En marchant...

Emmanuelle Daché

Mois de janvier. T-shirt. Fermeture du bar. Discussion avec le chauffeur de taxi de Pascal. Munie de ma pinte de bière.
Marche.
Arrêt sur une borne en béton pour finir la bière.
Marche.... [+]