1
min

Parole d'une mort

Image de SDM_nightmare

SDM_nightmare

3 lectures

0

Une fillette, à peine âgée de cinq ans. Et déjà la mort s'offre à elle. C'est une question de minutes. Son souffle est saccadée, entremêlée de sanglots. Elle ne doit pas avoir ce destin, pas aussi tôt, pas aussi jeune. Mais ce n'est pas sa faute, elle veut juste survivre au milieu de ces rues assassines. Ses longs cheveux noirs tombent sur son visage, cachant ses yeux bleus effrayées. Il ne semble pas avoir meilleure fin pour elle. Elle est couchée sur les sinistres pavés froids de la prison, son regard se perdant et serpentant sur les murs épais. Tout semble aller au ralentit lorsque l'horrible moyen de torture s'élève dans le ciel, pour s’abattre ensuite sur ce frêle cou. Entre deux faibles et lents battements de cœur, elle la voit. Au milieu d'un champ au crépuscule, le soleil orangé aveugle les yeux de la fillette. Elle papillonne plusieurs fois des paupières, espérant ne plus la revoir. Mais elle est là, toujours là. Se baladant au milieu du champ, une main effleurant les blés, l'autre tenant la fauche tranchante et aiguisée. Sa cape en peau de serpent virevolte derrière elle. Tout à coup, elle se tourne brusquement vers celle qui l'observe, toujours couchée. Elle s'approche silencieusement, un sourire presque doucereux étire ses lèvres. Elle se penche vers la fillette, ses yeux sont cachés par la capuche, mais la petite voit ses longs cheveux noirs et sa jeunesse mortelle. Celle que tout le monde surnomme "La Faucheuse", sourit à l'enfant criant de terreur, avant d'annoncer d'une voix calme :
" - Eh, petite princesse, cris-tu ? Tu essaies de sauver ta vie misérable et insignifiante ? Continue, mon ange sombre, tu n'auras bientôt plus la force de crier... Pourquoi pleures-tu, ma sombre fille ? Tu devrais garder tes larmes, ce sera la seule chose que tu pourras boire... Regarde-toi, ta place est parmi les cendres. Tu es amoureuse de ta tristesse. Pourquoi ne pas t'arrêter là ? Regarde ce que tu es devenue, une moins que rien. N'essaie pas d'échapper à ton destin petite étoile, ce n'est qu'un doux sacrifice. Tu es condamnée. D'ailleurs, ne vois-tu pas cette lumière ? Elle t'appelle, elle t'attend, c'est ta sombre fin."
Avec toute l'énergie qui reste en la fillette, elle se met à crier en reculant violemment. Elle évite de justesse l'arme qui devait lui trancher le cou. Non, elle ne voulait pas mourir. Vivre. Peu importe le prix, ou la souffrance à endurer. Un étrange rictus étire les lèvres de La Faucheuse.
"Je sais que tôt ou tard, on se reverra, mon ange sombre"
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,