Paris, les Odalisques, 13 Mai 1901

il y a
3 min
6 155
lectures
16
Qualifié
Image de Été 2021
Madame Jeanne,
Je voulais vous le dire directement, mais les choses vont souvent plus vite qu'on ne le prévoie. J'ai quitté les Odalisques ce matin pour l'étranger. Je regrette de vous laisser, vous ainsi que toutes les filles de la maison, mais chacun doit savoir où est sa place, comme vous nous le disiez souvent. Se lever à 11 heures du matin la tête vide et le corps gonflé, attendre que les journées passent et ouvrir ses cuisses le soir aux hommes qui ne pensent qu'à leurs affaires en faisant la mienne n'était pas ma destinée. Je le savais depuis que je suis rentrée chez vous, il y a 3 ans, sans le sou. Mais il faut que je sois honnête avec vous, même si les premiers temps furent violents, je n'ai pas passé que du mauvais temps dans votre maison. J'y ai trouvé le peu d'instruction et d'amour que mes parents m'ont toujours refusés. D'ailleurs, je ne leur en veux pas non plus. Que peut espérer la douzième fille d'une famille de métayers de l'Allier, qui peut à peine se nourrir, qui n'a d'espoir que dans l'au-delà ?
La seule occasion d'évasion de ma mère était la messe du dimanche matin, lors du prêche, quand le curé lui promettait la jouissance de l'éternité. Je la revois, les yeux embués de ferveur vers la chaire où le jeune abbé Morin jetait en l'air des paroles de félicité feinte, pendant que moi, débordée par mes 16 ans, j'échafaudais déjà des pensées impures en imaginant la vie s'agiter sous sa soutane. Je ne voyais en lui que l'objet de désirs refoulés, que nous partagions chacun de notre côté. En quelque sorte, c'est lui qui m'a conduite vers vous, ses paroles vaines m'ont poussée à chercher à savoir ce qu'il y a derrière le rideau des bonnes pensées. Suis-je perverse, trop intelligente, un instrument du Diable ? Dieu m'a fait ainsi et il doit l'assumer. On ne peut pas espérer que tout le monde suive le troupeau de la même manière. Jésus ne dit-il pas que le bon pasteur sait accepter que des brebis se perdent ? Mon chemin d'égarée fut de m'enfuir et de rencontrer votre julot en arrivant à Paris, où j'avais épuisé les derniers deniers que j'avais volé au marché.
Il faut que je vous l'avoue. Chez vous, Madame Jeanne, pendant que les filles pensaient à se faire les ongles, à se brosser les cheveux pour les rendre lisses, à se parfumer pour se faire dominer, moi je me suis préparée à l'inverse. J'ai étudié chaque pensionnaire des Odalisques pour prendre avantage de leurs désirs les moins avouables, les plus contrôlables. Agnès et son amour immodéré pour le sucre, que je faisais disparaître un jour ou deux pour la mettre à ma botte. La passion d'Eulalie pour les fleurs la mettait à la disposition des moindres pétales que je lui offrais. Mélanie et Honorine, qui s'épuisaient parfois des heures dans les plaisirs réciproques que vous aviez formellement interdits, étaient à la merci de petits chantages. Et encore, j'y pense, Adélaïde et son avarice qui tombait en épilepsie à cause d'un sou glissé sous une commode où, vu ma petite taille, je pouvais me faufiler ; Georgette et son goulot en pente qui était bien contente que je la remplace sous le mâle quand elle n'arrivait même plus à monter sa graisse sur le lit....
Les jours de repos, elles ont toutes adoré mes histoires, écouté avec frayeur les Mystères de Paris, pleuré le sort d'Esmeralda, accepté avec dégoût la mort de Quasimodo, et reculé d'horreur devant la description de l'incendie du Bazar de la Charité. En lisant ces histoires, je comprenais que celui qui sait raconter contrôle la vie des autres. Dans les journaux, j'ai appris plus sur les hommes qu'en absorbant leur trop-plein de vie chaque soir. Pendant tout ce temps chez vous, j'ai joué la chatte docile, toujours souriante, avenante, prévenante, mais sous la peau blanche et frêle de Marie, c'est une panthère qui miaulait.
Aujourd'hui Madame Jeanne, j'ai sorti les griffes. J'ai vidé votre cassette secrète, mais je vous ai laissé de quoi survivre quelques jours, et je suis sûre que vos protecteurs sauront vous consoler et garder intact l'écrin dans lequel ils laissent aller les sens qu'ils contrôlent toute la sainte journée. Ne cherchez pas à appeler la police, vous savez que j'en sais trop sur nos clients pour ne pas manquer de raconter des histoires aux beaux journaux que je lisais chez vous. Dites aux filles que je suis tombée malade et que vous avez dû m'écarter pour ne pas contaminer les hommes. Et au fond, ce n'est pas si faux.
Marie.
16

Un petit mot pour l'auteur ? 21 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Texte bien réjouissant, je ne l’aurais pas interdit aux moins de 18 ans.
Image de Jean-Pierre MAHE
Jean-Pierre MAHE · il y a
Merci Fred. Effectivement ce n'est pas un texte très osé, sinon par le ton d'écriture qui ne devait pas être fréquent à cette époque.
Image de Marie Guzman
Marie Guzman · il y a
une femme doit toujours observer le manège humain pour s'en sortir, à cette époque le choix de vie de certaines femmes était restreint
vous vous glissez admirablement dans la peau de cette femme
un texte original qui parle sans fards
touchée

Image de Jean-Pierre MAHE
Jean-Pierre MAHE · il y a
Merci Marie pour ces remarques et heureux de vous avoir touchée. Donner une voix à une femme enfermée dans sa vie et sa condition était mon ambition...
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Un sujet bien traité, bien mis en scène et chiadé, compliments ♫ (le classement en "érotique" est une hérésie à mon sens)
Image de Jean-Pierre MAHE
Jean-Pierre MAHE · il y a
Merci beaucoup pour ce commentaire. Je suis comme vous, je ne comprends pas pourquoi ce texte a été classé érotique, puisqu'il s'agit bien du contraire...
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
...algorithmes ou programmations automatiques sans doute ♫ (je n'ose penser que cela puisse venir d'un Comité de Lecture)
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Le classement en érotique interdit aux mineurs n’est pas justifié à mon sens, mais sachez que cela fait augmenter considérablement le nombre de lectures !
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Je le note ! Merci Fred ♫
Image de Marc d'Armont
Marc d'Armont · il y a
Voilà un texte original et vraiment très bien écrit. J'ai beaucoup aimé. Merci pour cet agréable moment de lecture.
Image de Jean-Pierre MAHE
Jean-Pierre MAHE · il y a
Merci Marc pour ce commentaire. Heureux de vous avoir distrait !
Image de Julien1965 Dos
Julien1965 Dos · il y a
Eh bien, en voilà une belle histoire sur le combat pour la Liberté...Et c'était loin d'être gagné au départ.
Image de Jean-Pierre MAHE
Jean-Pierre MAHE · il y a
Merci Julien pour ce retour. Oui un combat pour la liberté, qui mériterait sans doute une suite... Je vais y réfléchir...
Image de Élise Marie
Élise Marie · il y a
Vous nous offrez ici un texte aussi élégant qu'incisif. Une force féminine. Et une très belle maîtrise de la langue, du style, qui nous plonge dans une époque que nous ne pouvons connaitre. Mon soutien.
je vous invite également à lire mon texte, si le cœur vous en dit... https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-mort-de-narcisse

Image de Jean-Pierre MAHE
Jean-Pierre MAHE · il y a
Merci Elise Marie pour cet encouragement !! Je vais lire la mort de Narcisse de ce pas... Bon weekend, J Pierre
Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
Je reviens dire que j'avais apprécié ce texte original.
Image de Jean-Pierre MAHE
Jean-Pierre MAHE · il y a
Merci Annabel. J'ai effectivement essayé d'être original. Et il n'était pas facile étant un homme de se glisser dans la peau d'une femme de cette époque..
Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
J'aime beaucoup !
Image de Jean-Pierre MAHE
Jean-Pierre MAHE · il y a
Merci Ombrage !
Image de Albanne R.
Albanne R. · il y a
Un récit vraiment très agréable à lire. Merci beaucoup pour ce moment. Je vous invite à passer quelques minutes avec mes mots https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/sa-fierte
Image de Jean-Pierre MAHE
Jean-Pierre MAHE · il y a
Bonjour Albanne, merci de votre message. Je vais de ce pas lire vos nouvelles. Bien à vous, J Pierre

Vous aimerez aussi !