Paris, le 14 août

il y a
1 min
1
lecture
0
Il est 13h25 sur mon ordinateur, il marche encore. Je n'ai aucune idée de l'origine de l'électricité, ni non plus combien de temps ça va durer. Il y a toujours de l'eau, je la bois, je me lave, je ne suis pas malade.
Un hélicoptère vient de survoler le quartier, mais ne m'a pas vue : je crois qu'ils n'espèrent plus trouver qui que soit, hier déjà la ville semblait déserte. On entend parfois au loin des bruits de moteur d'avion, mais il s'agit probablement de vols de compagnies aériennes au départ des aéroports.
Tout est calme ici depuis 48 heures, mis à part un voisin qui a scié du bois et planté des clous ce matin très tôt, mais depuis plus rien. J'ai assez de réserves pour tenir probablement jusqu'à la fin du mois, puis je pense partir vers l'ouest, jusqu'à l'océan, là où j'allais quand j'étais enfant, ça n'a pas changé : sûr, ils ne suivront pas, il y a rien là-bas, que du sable, des algues, l'Atlantique et les restes d'un début d'urbanisation maladroit qu'il faudra terraformer un jour (quand ils ne seront plus là).
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,