2
min

Pamphlet

Image de Martin Lising

Martin Lising

6 lectures

0

Différence, qui es-tu ?
Meurtrier discret, poison lent ?
Différence, pourtant vertu, pourtant qualité..
Qu’es-tu donc devenue ? Toi, Matrice de notre évolution...
Quand deviendras- tu rébellion ?
Quand deviendras- tu fierté ?
Différence, pour moi synonyme de liberté.

Comment puis- je exister ? Dans un monde ou tous feignent de leur identité... Personne ne se rend compte de ce qu’elle signifie réellement.
Comment être soi–même sachant que n’importe qui influence ce « moi » ? Et vous les verrez défaitistes... vous ne les verrez devenir arrogant... Insectes fou, cherchant la mauvaise lumière...
Tout n’est qu’avis personnel ? et bien m’est avis que L’homme craint sa nature profonde.. Qu’il est incapable de se regarder...
L’homme regarde dans un miroir ne se voit pas... Il regarde cette apparence, sortie de tel magasine, de tel discussion, de tel émission, mais il ne voit pas.. L’homme est né aveugle et sourd... Aveugle car personne ne voit... sourd parce que personne n’écoute.

Regarde, mouton, regarde le ciel ! Pour la première fois ? Savais – tu sa couleur ? Savais – tu son immuable différence ? Demain, il sera autre, Regarde !
Pourquoi attendre que je t’invite à le faire ? Mouton, pour lever les yeux au ciel ?
Était-ce pour rester... Normal ?
Tiens ! Te voilà, ô Normalité, que je te plains, que je te méprise.
J’aimerais rire de toi, mais tu es si vulgaire !
Tu as bon dos, devenue pour eux l’égal de Sécurité, devenue Généralité..
Je te hais Normalité ! Ô Cancer de l’humanité.

Te revoilà Mouton, tu as raison, le ciel est beau aujourd’hui.
J’ai autre chose pour toi, vois ce mouton noir assis là-bas ? Va lui parler, il a beaucoup à partager. Mais fait attention mouton blanc, écoute le, Retiens son idée, mais ne change pas la tienne, C’est ça la vraie nature du partage, Écoute l’opinion, rejette la, gardes la, ou modifie la, Et tu trouveras la force de l’homme. Car Chaque vie est une source de connaissance...
Alors va l’écouter,
Lui au moins à son avis sur la société...
Nouveauté ! Voici qu’arrive Société. Qui es – tu ? Une prison ? Un frein ? Une chaine pour tous ces pauvres esclaves ?

Je dois te féliciter, si, si !
Tu les enfermes tous et, eux, te louangent. Mais tu ne m’as pas dupée, moi, Ma chère..
Tes douces paroles Sonnent creux...
Creux comme le vide qu’il y a en eux...
Ils ont perdu toute foi en eux-mêmes...
Tant et si bien qu’ils ne sont plus qu’images, miroirs..
Ecoute leurs âmes crier, enchaines a des Pantins. Corps de chair, corps de peur, corps de haine..
Dites – leur qu’ils sont mal à cause du bossu, à cause du noir, à cause du blanc, ils vous croiront, ils vous suivront....
Heil Normalité !
Ils vous croiront parce qu’ils ont l’esprit facile, car ils sont irraisonnables.
Car on les a endoctrinés à aimer cette Norme.

Encore Toi !, infamie ! C’est contre toi qu’il faut se dresser, contre toi qu’il faut se battre.
Car tu détruis la vie de tes prêcheurs autant que de tes impies.
Différence, reviens ! Reviens en héroïne ! C’est toi que je veux voir triompher, que je veux voir gouverner... !
Car avec toi, plus de rejets ! Et, même, plus de Différence...
Et bien, oui ! Si tout le monde accepte enfin d’être Différent, a quoi sert de le préciser ?

Je vois, c’est des arguments qu’il te faut Mouton ? Une belle formulation de « Car ceci,... », « Car cela,... » ?
J’en ai à te donner... Te prouver que tu as tors de rester confiné derrière tes barreau de confort et de servitude. Mais je les garde pour moi. Car c’est à toi de faire le pas. Si je t’explique comment voir.. Tu auras été influencé dans ton geste... De nouveau... Et le cercle continuera... Je te propose d’ouvrir les yeux Mouton aveugle, Mais c’est ton choix d’accepter de le faire ou de ne pas le faire, J’ai appris a ne pas juger des décisions.. Quoi que tu choisisses, tu resteras pour moi Mouton, membre de ma famille... Cette grande famille qui nous compte tous...

Tu as appris à regarder le ciel, tu m’as écouté, le mouton noir, alors à toi de de regarder, à toi de voir.
Cesse d’être ce qu’ils veulent que tu sois. Choisit pour toi, sans égoïsme car tu peux choisir pour le bien des autres.. Selon te conviction.. mais ne te confine pas dans la raison.. dit toi que tu auras toujours raison, mais que tu auras toujours tort..
Brise cette chaine de non-dit, brise le fil de ta vie, car ce n’est pas à lui qu’elle tient, mais à toi.
Apprends des autres, apprends de toi...
Tu comprendras qu’il n’y a de barrières, dans cette prairie, que celles que tu t’es tracées.
Repousse-les ! Enlève-les !
Et vis, Vis ô mouton blanc ! Vis Différent.


Malislass.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,