195 lectures

17

Qualifié

Il erre en compagnie du froid, gardant les palmiers comme point de référence, il s’enfonce dans le désert. Sur l’arête d’une dune, il observe, ému, les rares brins d’herbe qui dansent et dessinent sur le sable des cercles parfaits. Dans le lointain résonne la voix du muezzin, signal du retour. Là-bas, dans Palmyre, l’attend un thé chaud.

Il est assis, le regard oublié dans un autre âge. Appuyé sur sa canne, il raconte dans un français approximatif sa campagne de France. Ses mots, ventriloques, sortent de la bouche de son petit-fils qui les rend admiratifs.

Assis à la table voisine, les deux voyageurs écoutent ce lent monologue et s’étonnent de cette vénération pour le général.

Leurs regards vagabondent sur la ville et son oasis, sur les ruines de la cité antique, terrain de jeux de tant d’enfants, sur la citadelle, rayonnante sur sa colline, qui rend hommage à l’astre couchant.

Ils marchent sans se poser, malgré la faim. Ils écoutent la rue, puis une voix qui les invite et qu’ils suivent. Une pièce chaleureuse les reçoit. Un foulard retrouve sa tête. Les mots sont rares mais précieux, surtout quand ils viennent du regard. Même si l’accueil aura son prix, en sortant, réajustant les polaires, boîtes de figues sous le bras, ils remercient les étoiles pour cette belle rencontre.

La reine Zénobie proclame son rêve d’un empire romain d’orient et chrétien. Rome s’en offusque, Rome la capture, Rome la marie, veut l’oublier.

Pourtant, la ville impériale l’observe, impuissante. Elle marche éternellement dans les rues de sa ville, longe le splendide temple de Baal. Sous la lune, elle entraîne les voyageurs dans la vallée des tombes. Les tours, où reposent tant de générations, les subjuguent. Le sable et les chiens offrent un concert en l’honneur de la grande reine.

Mes histoires s’éteignent. Ces légendes que le vent m’a raconté, je vous les offre. Contez ce pays des sables paisibles, afin qu’il le redevienne.


--
à Claudio pour ses silences face à l’admirable



PRIX

Image de Hiver 2016
17

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Nabelle Martinez
Nabelle Martinez · il y a
les mots sont rares et précieux, surtout quand ils viennent du regard ... j'adore !
si le coeur vous en dit, j'ai deux poème saint valentin en compèt' : http://short-edition.com/oeuvre/poetik/de-toute-eternite-1
et aussi
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/foudroyes
si l'un ou l'autre (ou les deux vous plaisent)... mais sans obligation.

·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Un air d'antiquité et de désert. Beau texte, j'ai voté.
Je vous invite à aller consoler mon Ombrecito qui a perdu son ombre et qui est en cavale avec moi. Merci.

·
Image de Moniroje
Moniroje · il y a
Joli!!!
quel dommage que Palmyre soit privée de ses plus beaux atours!

·
Image de Marie Guzman
Marie Guzman · il y a
A la suite de votre superbe texte je suis allée regarder à nouveau des photos de Palmyre ... quelle beauté quel endroit de rêve et pourtant ... Merci pour cet écrit !
·
Image de Miss Free
Miss Free · il y a
Très beau! J'aime beaucoup ce retour au passé!+1
Si le cœur vous en dit je vous invite à venir visiter ma page.

·
Image de Marie
Marie · il y a
Un texte superbe qui va me replonger dans quelques recherches historiques. Mon vote.
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Joli tableau d'un passé révolu! Bien écrit et très instructif! Mon vote # 8! Mon poème, FROIDEUR, est en compétition pour le Grand Prix Haïku Hiver 2016!
Je t’ invite à venir le lire et le soutenir si le cœur t’ en dit. Merci!
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/froideur#vote-form

·
Image de Frédéric Bernard
Frédéric Bernard · il y a
Une belle vision d'Histoire qui m'a permis d'enrichir ma culture sur la Syrie antique et l'ancien empire de Palmyre. Ce regard sur le passé pousse à s'interroger sur le présent et sur l'avenir. Mon vote !
·
Image de Albéric
Albéric · il y a
Merci Athor.

Les romains avaient essayer d'effacer les nabathéens à Pamyre et à Pétra et il aura fallu les propres descendants de ceux-ci pour que cette sinistre œuvre s'approche de la réalité.

·
Image de Frédéric Bernard
Frédéric Bernard · il y a
Il n'y a pas de quoi !

Effectivement mais il faut garder en tête que ce ne sont des descendants qu'au sens génétique. Aucun mouvement ne se construit sur la barbarie et le rejet de la culture. La suite nous dira si on a raison d'affirmer que l'Histoire est encore plus rancunière que les hommes.

·
Image de Albéric
Albéric · il y a
bien sûr
·
Image de Jaspeer Zaporogues
Jaspeer Zaporogues · il y a
Nous nous efforcerons de transmettre ces délicieuses légendes, bonne route et bravo!
·
Image de Albéric
Albéric · il y a
merci :)
hum la route... Son appel est de plus en plus insistant...

·
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Superbe hommage d'actualité, tout en délicatesse contenue qui renforce l'émotion ressentie.
·
Image de Albéric
Albéric · il y a
Le texte est antérieur au carnage actuel de palmyre. J'pense que je ne pourrais plus l'écrire aujourd'hui.
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

NOUVELLES

Brno – République Tchèque Nous avons trouvé ce conte, avec mon pote Claudio, sur le menu d’un vieux restaurant du centre de Brno. Cette roue, vous pouvez même l’admirer sous les ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Dorian Blake aimait les femmes et il était aimé d’elles, passionnément, à la folie... Il était si beau avec ses yeux gris-bleus à faire chavirer une frégate, sa démarche à la fois virile et...