Oui, je l'ai lu le film

il y a
1 min
870
lectures
78
Finaliste
Public
Recommandé
Un jour, je les ai rencontrés. Dans un club de cinéphiles. Je les ai vus là sur l’écran, eux que j’aimais depuis si longtemps . Lennie d’abord, mon innocent préféré, mon antihéros, un enfant de Steinbeck, fleuron de mon panthéon personnel. J’ai vu mon personnage tant chéri, si fort mais si enfantin, mon Lennie qui n’avait même pas peur d’être dans la peau de John Malkovich. Enfin, il s’était incarné. Ainsi que le merveilleux George, sorti du livre « Des souris et de hommes » sous les traits de Gary Sinise également metteur en scène du film et devenu Expert depuis. J’ai suivi les deux compagnons sur les chemins qui les menaient au ranch de Salimas. Le colosse tactile, avait envie de caresser tout ce qui était doux comme des petites souris qu‘il étouffait sans le vouloir. Soudain, il ne s’agissait plus pour moi de l’adaptation cinématographique d’une œuvre littéraire. Je ne suis pas sortie de l’écran comme chez Woody Allen, j’y suis entrée. Invisible sur la toile, je me suis assise au bord du fleuve à côté des deux amis et je les ai écoutés , face aux sycomores madrés, raconter leur grand rêve: avoir une ferme pour tous les deux avec des lapins que le gentil géant voulait de toutes les couleurs. Et Lennie disait à George des paroles qui me faisaient fondre mais sans pleures bruyantes car personne ne devait m’entendre dans la salle:
-Parce que...moi, j’ai toi pour t’occuper de moi, et toi, t’as moi pour m’occuper de toi.
Au ranch, ils étaient tous comme je les avaient imaginés. Surtout la très jolie femme de Curley .Lennie, qu’elle provoqua ,ne put résister à l’envie de caresser ses cheveux si soyeux. Elle hurla, il prit peur et l’étrangla. Quand je sus qu’allait venir le moment où Georges allait sortir son Luger pour mettre fin à l’existence de Lennie, afin que Curley et ses acolytes ne le torturent pas, je suis revenue sur mon siège, j’ai baissé les yeux.
Et moi, maintenant, Gary Sinise je me sens intégrée à votre univers car j’ai joué un rôle dans votre film, celui de spectatrice tellement touchée, que je vous regarderai encore des dizaines de fois comme on regarde des films de famille dans lesquels on retrouve des êtres chers, disparus.

Recommandé
78

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Intéressant ♫

Vous aimerez aussi !