Ode à la forêt

il y a
2 min
4
lectures
0
Mon mari Arnaud, nos jumeaux Théo et Lise et moi-même adorons nous promener en forêt. C’est un instant familial et magique. Nous nous y rendons tout au long de l’année, à n’importe quelle période, notamment parce que nous avons chacun notre saison préférée.

La petite Lise préfère la forêt en hiver car ça lui rappelle Noël, avec ces grands pins qui nous surplombent et gardent leur magnifique parure. Elle aime le froid qui lui permet de porter son manteau à capuche souris et les gants assortis qu’elle aime tant. Et quand la neige est au rendez-vous, elle est la première à taquiner son frère en lui jetant toujours la première boule de neige.

Le petit Théo préfère la forêt en été car il aime la chaleur et les pique-niques à l’ombre des grands chênes. Sa sœur et lui ont beau être nés le même jour d’été six ans plus tôt, il est le seul des deux à apprécier le soleil. De plus, il adore écouter et observer les oiseaux qui gazouillent dans les branches des arbres. Et surtout, ce qu’il préfère, c’est pouvoir tremper ses pieds dans le cours d’eau qui passe par ici, et essayer d’apercevoir un ou deux animaux « sauvages ».

Arnaud préfère la forêt au printemps car c’est la période du renouveau. Il aime voir les oiseaux revenir dans les branches des arbres. Il adore regarder les fleurs bourgeonner de jour en jour. Il pourrait nous nommer toutes les fleurs et plantes qui composent la forêt. Comme son fils, il adore pouvoir tremper les pieds dans l’eau, et le printemps lui rappelle que ce moment arrive à grand pas. Le matin, il aime que la forêt soit encore un peu dans le froid, immobile et silencieuse.

Aujourd’hui, c’est ma saison, l’automne. La forêt en automne a quelque chose de magique. Comme au printemps, elle est encore un peu dans le froid, comme une peinture ou une photographie surréaliste. Ce que j’aime en automne, ce sont les couleurs. Ce jaune, ce rouge, cet orange... Des couleurs si chaudes pour une saison de plus en plus fraîche. J’aime l’odeur des pins et de la pluie récemment tombée sur la terre. En automne, les odeurs semblent décuplées, comme si une fée était passée par là et avait ensorcelé la pluie pour qu’elle les stimule. La brume donne un effet inquiétant à la forêt, comme dans ces contes qu’on nous raconte quand nous sommes enfants, à base de loups et de sorcières, mais je me sens bien.

Je prends la main d’Arnaud pendant que les enfants s’amusent à construire une cabane de fortune avec le bois tombé des arbres à cause de la tempête des derniers jours.

— Tu as raison, la forêt en automne a un côté apaisant et magique... Et ces odeurs sont incroyables.

— Serais-tu en train de changer de camp ? lui demandé-je avec un sourire en coin.

— L’automne et le printemps sont-ils si différents l’un de l’autre ? Après tout, les deux marquent une période de renouveau. Non, je ne change pas d’avis. Mais on se complète plutôt bien, pas vrai ?

— Pour le moment mon cœur. Mais j’en connais un ou une qui devra bientôt choisir sa saison.

Je pose ma main sur mon ventre tout en regardant mon mari dans les yeux et en lui souriant. Il me sourit en retour, les yeux remplis de larmes de joie.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Nine

Nicola Florin

0 minute sous l’eau.
Il prend son inspiration et plonge dans l’eau.
Ça se passe toujours un jour comme les autres. D’ailleurs, ça reste un jour comme les autres, mais j’ai... [+]