" Je doute de tout, de moi-même le premier. Il est des journées où je me crois sans intelligence, où je me demande ce que je vaux pour avoir fait des rêves si orgueilleux. Je n'ai même pas  [+]

J’écris au nom de la pièce. La pièce découpée, emportée un jour de janvier. Avant l’endormissement, je lui ai dit adieu, je connaissais son triste sort. Vivant toujours cachée, comme d’habitude elle ne s’est pas prononcée et elle est partie sans un mot, sans une larme.
Nous avons passé un demi-siècle ensemble et aucunement elle ne s’est plainte. J’ai appris dernièrement qu’elle s’était fait attaquer par une bande de nécrosés, ils lui ont bien pourrie la vie.
Pour résumer, il a fallu enlever la pièce. Toujours tapie dans l’ombre, cette fois-ci, elle était la star sous les feux des projecteurs, jamais elle n’avait été autant à découvert. Je ne sais pas dans quoi ils l’ont transportée. Se rendent-ils compte que j’étais très attachée à elle ? Ils vont sûrement l’étudier puis la jeter ou la brûler !
Cette pièce unique, nées ensemble, c’était ma propriété et nous formions un tout. Aujourd’hui, elle me manque et personne ne pourra lui succéder.
Que dire ! Que faire ! Quelle impuissance ! Je n’aurai plus jamais le même poids dans la balance ! De quoi j’ai l’air sans elle, elle était un instrument de beauté, de féminité. Nous sommes de la même graine, je l’ai vue grandir, se transformer. Avec moi, elle a passé toutes les étapes de l’enfance, de l’adolescence, de la vie de fille, d’épouse, de mère.
Aujourd’hui, la pièce est coupée et son absence me pèse. Je vais devoir apprendre à vivre sans elle, me faire une raison, penser à l’avenir quand même et accepter de ne plus être un tout avec le temps, l’effort, la force.
J’y arriverai, je vais puiser au plus profond de moi-même l’énergie nécessaire. Je vais me battre pour elle et lui montrer que je ne lui en veux pas. C’était juste une expérience, laissons faire la science, elle fait partie du progrès.
J’en veux juste à cette bande de nécrosés qui l’avait sérieusement bien entamée ! Comment sont-ils entrés ? Par où sont-ils arrivés ? Se sont-ils dispersés ?
A-t-elle eu un coup de calcaire dans les canaux qui aurait déclenché un embouteillage ? C’est probablement ce qui lui est arrivée, se retrouvant bloqués, les petits cailloux blancs noircissaient provoquant mon mal silencieux.
Heureusement qu’il existe le coupeur de pièces, grâce à lui je m’en suis sortie et je n’ai pas attendu pour lui dire « Merci ». Il était abasourdi sachant très bien qu’il avait enlevé un mal précieux, il pensait peut-être que j’allais lui en vouloir mais je le considérais comme étant le sauveur actif, celui qui avait érigé un rempart, une forteresse et qui m’avait relâchée sous liberté conditionnelle.
Le coupeur est aussi copieur et colleur. Différentes options m’ont été proposées pour remédier à cette perte : reconstruire celle-ci avec les mêmes origines ou trouver une pièce détachée complètement figée.
Couper, copier, coller, non merci !
J’ai refusé toutes les propositions, je ne désire pas combler le vide et je ne ressens pas le besoin de la remplacer. Je veux juste penser à elle de temps en temps comme on pense à quelqu’un qui est parti pour toujours.
Peu importe cette image que je renvois et pourquoi ne pourrait-elle pas être différente des autres images ? Choque-t-elle ?
Je ne veux pas effacer l’histoire, je veux qu’il reste des traces rappelant son existence, les vestiges de mon passé.
Sans faire un bruit, le visage assombri, les mains dans les poches, il est parti, regrettant ma décision de non reconstruction. Néanmoins, il s’est dit que je reviendrais sur ma décision un jour ou l’autre comme toutes les autres. Il est si sûr de lui par expérience côtoyant l’évidence, il va me tourner autour et à chaque visite me montrer ses plus beaux atours.
Saura-t-il convaincre la forte tête que je suis ? Quels arguments utilisera-t-il ?
Je lui souhaite beaucoup de courage face à mon entêtement, ma désobéissance. Toujours est-il qu’il a remarqué que j’en connaissais un rayon sur le sujet, cela risque de lui mettre des bâtons dans les roues face à ses objectifs, son but ultime.
Longeant l’interminable couloir, « l’indocilité » ce mot traverse son esprit, la partie n’est pas gagnée. J’espère qu’elle changera d’avis. Je connais la raison pour laquelle elle est très bien renseignée, elle s’est fabriquée un bouclier, quelle bonne stratégie ! Elle est prête pour le combat.
Patiente atypique, c’en est une pour qui j’aiguiserai mes armes, mes griffes afin de parfaire mon œuvre.
Quoi qu’il en soit, j’attends notre prochain rendez-vous... à l’évidence.
91

Un petit mot pour l'auteur ? 131 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Françoise Desvigne
Françoise Desvigne  Commentaire de l'auteur · il y a
Une pensée et un texte dédié à Janine, Nathalie, Patricia, Lulu, Georgette, Nicole, Marc, Mattéo, toutes les femmes et tous les hommes qui souffrent, ont souffert, ne sont plus parmi nous...
La suite de l'histoire est dans "Parenthèse désenchantée".
Entretemps, j'ai demandé des nouvelles de la pièce, elle est conservée dans un grand bâtiment pendant une dizaine d'années.

Image de Gina Bernier
Gina Bernier · il y a
L'aspect physique est largement évoqué, pas trop la peur ,le mal ,l'avenir?.... je n'ai pas voté,désolée
Image de Françoise Desvigne
Françoise Desvigne · il y a
Ce texte ne concourt pas, il raconte le passage glaçant sur la table d'opération et les questions que l'on se pose. Merci d'être passée Gina :-)
Image de Petit Soldat De la Poésie
Petit Soldat De la Poésie · il y a
J'ai beaucoup aimé
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Que te dire ?
J'ai adoré et pour cause...
Moi j'ai laissé quelques bouts de méningiomes sur la table d'opération et sous les rayons...

Image de Françoise Desvigne
Françoise Desvigne · il y a
Merci d'être passée Christine, bon courage à vous .
Image de Mirgar Dudou
Mirgar Dudou · il y a
Beau récit de combat!
Image de Françoise Desvigne
Françoise Desvigne · il y a
Oui, merci d'être passée Mirgar lire mes deux textes sur le cancer du sein. Cela me touche beaucoup. Au plaisir.
Image de Nicolas Auvergnat
Nicolas Auvergnat · il y a
Homme jeune, je me suis demandé de ''quoi'' il s'agissait au début... Puis bien entendu j'ai compris.
C'est fort à vivre, fort à écrire, et fort à lire.

Image de Françoise Desvigne
Françoise Desvigne · il y a
Merci beaucoup Nicolas d'être passé :-)
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
Très beau texte.
Image de Didier Poussin
Didier Poussin · il y a
Lutte permanente
Image de Françoise Desvigne
Françoise Desvigne · il y a
Merci d'être passé Didier :)
Image de Fid-Ho LAKHA
Fid-Ho LAKHA · il y a
Cette histoire a dû vous libérer ! Bel exemple de courage aussi pour toutes celles qui sont passées par là : il en faut pour continuer à se battre au cas où les «  nécrosés «  reviendraient , et pour s’accepter sans remplacer la «  pièce manquante »...
Image de Françoise Desvigne
Françoise Desvigne · il y a
Merci Fid-Ho !
Image de Thara
Thara · il y a
Raconter une histoire sur le mal qui ronge les chairs, n'est pas toujours évident.
Votre texte souligne des moments forts avec vos mots émouvants...

Image de Françoise Desvigne
Françoise Desvigne · il y a
Merci Thara d'être passée !
Image de Cristo R
Cristo R · il y a
Après avoir lu la parenthèse, on comprends le véritable sens de ce texte.
Merci

Image de Françoise Desvigne
Françoise Desvigne · il y a
Merci Cristo d'avoir lu mon témoignage .

Vous aimerez aussi !