Image de AméliaKate

AméliaKate

5 lectures

0

Un soir où la neige recouvrait encore les branches des sapins, Anna décida d’aller rendre visite à son grand-père. Le lendemain elle partait pour trois jours en voyage à l’occasion de son anniversaire. La lumière déclinait mais la maison n’était qu’à quelques pas de la sienne où elle vivait avec sa mère. Il fallait descendre le long d’un chemin escarpé puis tourner à droite après le grand marronnier. Là, face à elle se trouvait une petite maison recouverte d’un blanc immaculé qui ne laissait voir que la porte d’entrée en bois épais. Elle était si lourde qu’Anna peinait à la pousser pour pénétrer directement dans le salon. Adrien était affaissé dans son fauteuil, les yeux rivés sur sa lecture. Il l’avait entendu mais ne l’avait pas manifesté. Il était plongé dans son roman. Anna s’approcha pour l’embrasser sur le front. Et il lui dit sans un geste : « Ma chère Anna, j’ai entendu du bruit à l’étage. Il provient, me semble-t-il, de l’ancienne chambre de ton père. Peux-tu aller voir ? Un volet s’est probablement ouvert. » Anna s’éloigna de son grand-père pour rejoindre les escaliers menant aux chambres. Ils étaient raides et semblaient interminables. Il y avait bien un bruit qui parvenait jusqu’à ces oreilles. Il s’agissait plutôt d’un son agréable et mélodique mêlé à celui des gouttes d’eau qui tombaient, régulières au dehors. Elles tombaient à petits claquements vifs, dans la rigole qu’elles avaient creusée. La chambre de son père était la dernière sur la gauche. Lorsqu’Anna ouvrit la porte, elle fut saisie par un froid glacial. En face d’elle une fenêtre était ouverte et l’air s’engouffrait dans la pièce. Sur sa route, il pénétrait dans un instrument de musique en faisant vibrer les cordes et raisonner le caisson. Elle perdit pied. C’était sa guitare. Elle ne l’avait plus revu depuis des années. Elle s’en saisit et des souvenirs heureux lui revinrent en mémoire. Elle s’assit sur le lit et se mit à jouer quelques accords qu’elle n’avait pas oublié. Elle était tourmentée et ébranlée parce qu’elle ne comprenait pas comment sa guitare pouvait se trouver dans cette chambre. Elle ferma la fenêtre, traversa le couloir à grandes enjambées et dévala l’escalier pour rejoindre son grand père. En posant son livre et en se redressant légèrement, il lui dit : « Assis toi mon enfant, je vais te raconter une histoire. » Anna s’exécuta avec hâte. « Cet objet que tu viens de découvrir fut tout à tour une carte pour ton père qui lui donna le gout du voyage, un livre pour moi qui me donna l’envie d’écrire. Il est pour toi aujourd’hui cette guitare car tu es une grande musicienne Anna ». Adrien lui expliqua que ses parents étaient orfèvres. Depuis l’âge de seize ans, sa mère possédait un magnifique collier qui lui avait donné l’envie de faire son métier. La veille du 16e anniversaire d’Adrien, alors qu’elle s’apprêtait pour sortir, elle voulut le porter et découvrit à sa place, dans son écrin, un livre. Lorsqu’elle l’ouvrit à la première page, elle lut ces mots : « Pour Adrien et son avenir». Elle l’offrit à Adrien. Il découvrit au travers de ses pages le bonheur de la lecture et l’envie d’écrire ses propres histoires. Il ajouta : « Ton père nous ayant quitté trop tôt, c’est à mon tour de te transmettre cet objet ».

Thèmes

Image de Très très courts
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,