Nos ruelles illuminées

il y a
1 min
19
lectures
0

Quand les voix sont contraint de se taire. Il reste à ceux qui ne sont pas tenu à l'obligation de se soumettre de les libérés. Ainsi se propagera l'écho vers les sommets dans l'espoir qu'un jou  [+]

Nous avons tous au plus profond de nos pensées un zèbre. Une part de notre être qui n’est ni tout à fait blanc ni tout à fait noir. Mon zèbre à moi, il est hilarant. Il me fait tergiverser telle une girouette une journée de grand vent tantôt vers des pensées de paix pour ensuite réveiller en moi le désir de secouer les masses crédules. Chaque jour, il me fait promener dans le long labyrinthe de mon esprit me faisant miroiter des contrées où je me ferais justicier. Justicier de quoi? Justicier pour qui? Allons donc savoir! Bref! Un sourire humain me sort de ma rêverie et je le savoure tels les doux rayons chauds des premiers jours du printemps. C'est à ce moment que j’arrête de tergiverser. Mon zèbre s’est endormi dans les bras de Morphée.

Je suis prête à commencer ma journée.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

La plume

Cathy RAIMOND

Quand il était venu au monde ce bébé-là, la sage-femme avait tout de suite pressenti quelque chose d’inhabituel. Pas de trace sur le corps, pas de signe de maladie, pas de difficulté à... [+]