2
min

Noir c'est noir

71 lectures

55

Trente-sept degrés à l’ombre sur la terrasse protégée par un auvent en toile, pas moins, foi de Celsius et Ra réunis ! Quelle fournaise ! La déesse Arinna, planquée dans les dégagements de cette scène torride, n’en peut plus ; elle se liquéfie en grosses perles de sueur acide qui crépitent de façon inquiétante en venant s’écraser sur les dalles surchauffées. Le chat Mouta, réfugié sous la table de jardin en plastique et résine, commence à sentir des gouttes de cette résine poisseuse et chaude lui tomber sur le pelage. C’est comme si la table fondait. Il en est tout con, Mouta, ne sait plus quel dos rond adopter pour se protéger. Les volets clos de la maison se dilatent en craquant légèrement, le bois gonfle : demain matin, j’aurai un mal fou à les ouvrir, le bois se sera exacerbé et protestera de toutes ses fibres rougies à blanc.
Tous les glaçons du monde n’y pourront sans doute rien changer : cette canicule est littéralement infernale. Voilà une semaine qu’elle entretient le feu de son brasier, la pelouse est devenue semblable à un vieux paillasson desséché, les arbres déjà sèment lamentablement leurs feuilles racornies sur ce tapis désenchanté. Aujourd’hui, c’est le summum. Je suis certain que si l’on posait un oeuf tout frais sur les dalles, il pourrait sans nul doute durcir en quelques brèves minutes pour trouver ensuite sa place, émincé, dans la salade de saison. La couche d’ozone, désintégrée, ne parvient plus à protéger quoi que ce soit, la chaleur qui règne en cet été est comparable à celle d’un four à pizza. Oui, cet été, peu réussi, est un four — une catastrophe. Je ne sais si je m’en tirerai vivant, foi de mortel...
Mais il faut vaille que vaille tenter de vivre, comme disait le poète enflammé, même au sein de la canicule la plus défoliante.
Soudain, un oiseau en flammes vient s’abattre à mes pieds et s’y consumer, petite masse vite carbonisée. Heureusement qu’il n’est pas tombé sur l’auvent en toile, le malheureux. Je m’empresse d’aller relever l’auvent. Un autre oiseau, les ailes calcinées, vient rejoindre le premier. Seraient-ce là les signes annonciateurs d’une apocalypse ? Mouta, affolé, en a le poil complètement hérissé. Je décide de me réfugier à l’intérieur de la maison, où la température est relativement fraîche. Le matou s’engouffre à ma suite sans demander son reste. Je me poste alors derrière une fenêtre dont je viens d’entrouvrir les volets.
Plusieurs oiseaux de feu, flèches incandescentes, subissent le sort des deux précédents. Soudain, une parcelle de pelouse jaunie s'enflamme. Je me précipite à l’extérieur, ouvre à fond le robinet du jardin, pointe l’extrémité du tuyau d’arrosage sur les flammes, réussis à circonscrire le départ de feu. Je mouille et re-mouille. Un oiseau me tombe sur le sommet du crâne, quelques cheveux crépitent, ça sent un peu le roussi, je m’asperge hardi-petit. A l’intérieur, Mouta, grimpé sur une chaise près de la fenêtre, sidéré, n’en croit pas ses yeux : jamais il n’a vu une telle hécatombe d’oiseaux grillés. Mais il n’a aucune envie de sortir pour les aller déguster : trop, c’est trop.
Quelques heures plus tard, un peu de fraîcheur étant venue adoucir l’atmosphère d’enfer, je sors, suivi prudemment par le chat : la pelouse, du moins ce qu’il en reste, est jonchée de cadavres rabougris de piafs.
Autrefois, il y avait des pluies de poissons, affirment certains, c’était miraculeux. Aujourd’hui, ce sont des pluies d’oiseaux, c’est répugnant : décidément, tout là-haut doit être pollué, il y a quelque chose de pourri au royaume de la planète terre. Etre ou ne plus être, telle est la question qui nous pend au nez et nous brûle les neurones.

PRIX

Image de 2019

Thème

Image de Très très court
55

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de JACB
JACB · il y a
Canicule quand tu nous tiens!!! J'ai bien peur qu'elle prenne ses aisse chaque année dans nos paysages.
·
Image de Sisi Benh
Sisi Benh · il y a
Texte original qui amène à la réflexion, je vote.
Passez me lire si le cœur vous en dit ^^

·
Image de Bernard Martin-Dostal
Bernard Martin-Dostal · il y a
Grand merci. Ai voté pour la mystérieuse chaise.
·
Image de Sisi Benh
Sisi Benh · il y a
Merci à vous
·
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Après les "cats et dogs" qui pleuvent chez les anglais, voici venu l'averse des oiseaux en feu . Le ciel est vraiment tombé sur la tête !!
·
Image de Bernard Martin-Dostal
Bernard Martin-Dostal · il y a
C'est le monde à la renverse — l'averse est renversante et létale.
·
Image de Christopher Olivier
Christopher Olivier · il y a
terrible vision d'enfer
·
Image de Bernard Martin-Dostal
Bernard Martin-Dostal · il y a
Mais l'enfer nous guette — enfin, espérons que non...
·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
L'enfer de la canicule est bien décrit . De quoi méditer .
·
Image de Bernard Martin-Dostal
Bernard Martin-Dostal · il y a
Cordial merci. Oui : méditons.
·
Image de Mireille Bosq
Mireille Bosq · il y a
Un mélange de dérision et de raffinement vers la fin. Surprenant je vote.
Si le coeur vous en dit et dans un genre plus classique, moi, c'est:
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-rescape-de-montsegur

·
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Méditons tous !
·
Image de Bernard Martin-Dostal
Bernard Martin-Dostal · il y a
Oui, il serait temps... Cordial merci pour votre vote.
·
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Plaidoyer pour la planète, je vote !
Et vous invite sur ma page, merci !

·
Image de Bernard Martin-Dostal
Bernard Martin-Dostal · il y a
Grand merci !
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur