4
min

Noces de coton

Image de Odile Nedjaaï

Odile Nedjaaï

123 lectures

110

Le paysage alentour avait perdu tout relief et toute nuance. Il se fondait dans un dégradé de noir et de blanc où seule la carrosserie rouge de leur voiture faisait une tache de couleur. Un voile de gaze flottait sur la forêt de Brocéliande dont ils ne pouvaient que deviner l’immensité et les chênes majestueux s’étaient évanouis. Les essuie-glaces repoussaient avec peine la brume mouvante qui léchait le pare-brise tandis qu’Alban concentrait son attention sur la route vide et ses virages imprévisibles. Manon frissonna. Pour se distraire d’une légère nausée, elle regardait défiler les conifères encore visibles en lisière de forêt et observait les grosses boules de coton blanc suspendues à leurs branches. Ce n’étaient pas des nids d’oiseaux comme elle aurait aimé le croire, mais des cocons couvant des chenilles processionnaires dévoreuses d’arbres. Ils se trouvaient dans un panorama invisible avalé par un brouillard avide, et des larves prédatrices se préparaient à engloutir une forêt entière. C’était comme si le paysage allait être gommé et si leur voiture avait été blanche, elle se serait déjà évaporée dans cette ouate mortifère.

Le malaise de Manon augmentait et elle espéra une trêve quand ils approchèrent de Paimpont. Mais après le bourg désert qui suintait l’humidité, il fallut replonger dans un brouillard diffus. Aux abords de Concoret, c’est avec soulagement qu’elle aperçut dans la lumière des phares, le vieux panneau de bois qui indiquait le manoir où ils avaient choisi de se rendre. C’était un bâtiment du quinzième siècle, entouré de murs percés d’une grille de fer rouillée. Ils venaient y faire une brève escapade romantique pour fêter leur premier anniversaire de mariage. Enfin ils étaient arrivés et la vue féérique qui s’offrait à eux les récompensait de ce trajet épuisant : éclairé par la pleine lune, le manoir semblait flotter dans les nuages. La nature s’était mise au diapason de leurs noces de coton en drapant la bâtisse de voiles soyeux. C’était une image si poétique qu’ils la contemplèrent quelques instants sans bouger, empreints de la magie de ce moment inoubliable.

Dans la chambre aux murs blancs, un feu crépitait dans la cheminée et le grand lit était recouvert d’une couette moelleuse. Toutes ces émotions leur avaient donné une faim de loup et ils étaient impatients de découvrir le dîner qui s’annonçait savoureux. Après avoir défait leurs légers bagages, ils quittèrent leurs vêtements de voyage pour une tenue plus appropriée et gagnèrent le restaurant sans attendre. Seule une table ovale était occupée par des hommes âgés revêtus de larges tuniques immaculées. Ils portaient de grandes barbes et de longs cheveux blancs et des couronnes de gui enserraient leurs crânes. Ils avaient l’apparence de membres d’une confrérie druidique en séminaire. Ils ne prêtèrent pas attention aux nouveaux arrivants qui choisirent de s’installer près de l’âtre. La nuit était complètement tombée et les fenêtres sans rideaux ne laissaient voir que les vapeurs dansantes de la brume. Aux murs, des tableaux de différentes époques, représentaient le manoir depuis son origine. Etrangement, il apparaissait toujours nappé de brouillard et on pouvait à peine le distinguer.

La conversation des druides n’était pas perceptible. Ils parlaient une langue inconnue, sans doute du gaélique remarqua Manon. Alban s’étonnait de la survivance de cette pratique ancienne mais Manon lui précisa qu’elle existait secrètement pour quelques férus de merveilleux et de légende arthurienne. Cela conférait du mystère à leur soirée et le serveur y participa en leur proposant en apéritif « une petite potion magique ». Philtre d’amour, élixir de jouvence ou poison mortel ? lui demanda Alban en plaisantant mais il n’eut en réponse qu’un rire aigrelet de farfadet. Servi dans un élégant hanap, le breuvage était délicieux et ne semblait guère nocif.

Le dîner était à la hauteur de leurs attentes et Manon et Alban célébrèrent avec émotion la première année de leur union. Ils étaient encore bien loin des noces d’or et de diamant mais ils avaient le sentiment que ces noces de coton seraient les plus belles de leur vie. Pourtant, Manon ne se sentait pas parfaitement détendue. Elle avait la désagréable impression d’être observée derrière les carreaux par le visage blafard d’une femme immatérielle qui n’avait rien d’amicale. Elle lui faisait penser à Achlys, déesse de la brume, fille de Nyx, déesse de la nuit et du chaos. Maîtresse du brouillard, son fidèle serviteur, elle avait le pouvoir de changer en brume de la mort toute personne qui lui déplaisait. Alban était un esprit cartésien, peu impressionnable et ne voyait aucune figure, humaine ou pas, derrière la vitre. Manon avait trop d’imagination et sa connaissance de la mythologie influençait sa sensibilité.

Quand ils décidèrent de regagner leur chambre, la confrérie était toujours attablée et à la lumière dansante des flammes, les visages des vieillards semblaient irréels. Ils portaient à leurs bouches des calices emplis d’un liquide écarlate trop épais pour être du vin et leurs lèvres se teintaient d’une écume rougeâtre. L’angoisse de Manon ne cessait d’augmenter. La face livide se collait maintenant à la fenêtre de leur chambre et semblait lui sourire avec une cruelle ironie. Manon ressentait ses ondes délétères et une intuition irrépressible lui intimait de quitter immédiatement les lieux. Alban essaya de la rassurer mais devant sa pâleur et sa nervosité, il comprit vite qu’il fallait renoncer à l’en dissuader. Ils s’enfuirent discrètement et purent se réfugier dans une auberge du village voisin.

Au petit déjeuner, sans indiquer qu’ils y avaient passé la soirée, Manon demanda à l’aubergiste s’il connaissait le manoir. Ni lui, ni sa femme n’en avaient entendu parler. Mais un ancien du village, qui avait l’habitude matinale de prendre son café au comptoir avec une goutte de gnôle, se souvenait des veillées de son enfance et d’une histoire qui lui glaçait le sang : des druides qui avaient besoin de jeunes couples humains pour leurs étranges rituels, avaient conclu une alliance avec des fées aux pouvoirs maléfiques. Elles faisaient apparaître le manoir à la tombée de la nuit et prenant l’apparence de la brume, elles l’aspiraient avant le lever du jour avec ses occupants. Tout cela n’était sans doute que des légendes mais il aimait les conter à ses arrière-petits-enfants, qui adoraient en frémir.

Quand ils sortirent de l’auberge, la brume s’était volatilisée et le soleil resplendissait. Ils reprirent la route de la veille au travers d’une forêt beaucoup moins hostile où les arbres avaient repris leur place. Ils n’eurent aucune difficulté à retrouver l’allée qui menait au manoir. Mais il avait disparu, ne laissant qu’une vaste clairière baignée de lumière. Sur un rocher, une couronne de gui avait été oubliée, prouvant qu’ils n’avaient pas rêvé.

Alban et Manon se serrèrent alors l’un contre l’autre avec une frayeur rétrospective. Leurs noces de coton avaient bien failli être éternelles...

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
110

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Odile Nedjaaï
Odile Nedjaaï · il y a
Merci beaucoup ! Sans espérer le Prix, j'aurais aimé que ce texte soit finaliste. Mais c'est ainsi...
·
Image de Lilipop
Lilipop · il y a
Superbe texte bravo Odile!
·
Image de Odile Nedjaaï
Odile Nedjaaï · il y a
Merci beaucoup, Sylvianne, cela me fait très plaisir !
·
Image de Régine Aubert
Régine Aubert · il y a
Waouh vraiment super bien. Au début on pense à la dame blanche mais génial.
·
Image de Odile Nedjaaï
Odile Nedjaaï · il y a
Je suis très contente que tu aimes. Cela me touche beaucoup ! Pour le nombre de votes, le maximum est défini selon l'assiduité sur le site; Mais 4 voix, c'est déjà très bien.
·
Image de Leméditant
Leméditant · il y a
Très réussi ce récit fantastique qui nous tient en haleine! Des descriptions poétiques qui confèrent beaucoup de charme à cette aventure.
·
Image de Odile Nedjaaï
Odile Nedjaaï · il y a
Très sensible à votre commentaire et à votre vote; Merci beaucoup !
·
Image de Martine Monnet
Martine Monnet · il y a
Suspens, frissons, amour de bons ingrédients pour ce beau texte que j ai lu avec plaisir.
·
Image de Odile Nedjaaï
Odile Nedjaaï · il y a
Un grand merci !
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Brrrr... Voilà une histoire qui fait froid dans le dos, dans la pure tradition des récits fantastiques teintés de vieilles légendes celtiques et de châteaux hantés... L'aventure de ce jeune couple célébrant ses noces de coton est très touchante et fait souffler comme un vent de fraîcheur sur ces antiques légendes un peu poussiéreuses... Bravo !
·
Image de Odile Nedjaaï
Odile Nedjaaï · il y a
Merci beaucoup pour ce magnifique commentaire et votre soutien !
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Ravi qu'il vous ait plu ! Et mon texte (la "frontière de brumes"), actuellement sur la brèche en 15e position aurait grand besoin de votre soutien également... Si vous souhaitiez y faire un tour, j'apprécierais beaucoup !
·
Image de François Duvernois
François Duvernois · il y a
Très beau texte qui ne manque ni de mystère, ni de poésie.
·
Image de Odile Nedjaaï
Odile Nedjaaï · il y a
Merci François pour ce commentaire qui me touche
·
Image de Cannelle
Cannelle · il y a
Suspense dans la forêt magique
·
Image de Maour
Maour · il y a
Merci pour ce texte que j'ai lu avec plaisir. J'espère que vous apprécierez aussi le mien :)
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-veritable-histoire-du-petit-poucet

·
Image de Iducat
Iducat · il y a
On en frisonne...
·
Image de Odile Nedjaaï
Odile Nedjaaï · il y a
J'espère bien ! Merci de ta lecture amicale !
·