Ni d'ici, ni d'ailleurs

il y a
2 min
501
lectures
291
Qualifié
Image de Hiver 2020

Alger.
Alger la blanche.
La casbah. Au bout de la rue, la mer. Chaleur humide avant l’orage. Odeurs d’épices mêlées aux odeurs fétides des égouts. C’est toujours comme ça avant l’orage. Ciel qui se charge de nuages.
Abdel, accoudé au balcon, regard perdu, là sans y être. C’est ainsi chaque jour, il attend, peut-être, ou bien il meurt, tout doucement, sans même y penser.
S’il attendait quelque chose, ou bien quelqu’un, il vivrait encore, c’est sûr. Son regard irait vers l’extérieur de lui alors que là, il s’enterre à l’intérieur...
C’est long, une vie.
Les images se mélangent. Enfant, en Kabylie, vie sauvage, pieds nus et tête au soleil. « Imma », maman, qui fait la galette, qui roule le couscous et le fait sécher au soleil. La « djuse », grand-mère, qui jardine dans le potager, les enfants qui lui tournent autour pour quémander un bonbon. « Baba », papa, qui revient de sa tournée sur sa charrette tirée par l’âne. Les mouches s’incrustent partout. La nuit, profonde, ne supporte que la lumière de la lune et celle des étoiles.
Zaïa, dans sa robe de mariée chamarrée, ses lourds cheveux bruns relevés dégagent son cou, blanc comme le lait de leur chèvre.
Sa main à lui qui, dans le secret de la chambre, caresse un sein, avant qu’il ne la chevauche comme un guerrier, droit et fier.

Les visages se superposent. C’est Monique qu’il caresse, dans leur chambre d’Asnières. Elle exige, il se plie... parfois...
Zaïa, Monique, elles ne se connaissent pas, ne se sont jamais vues, n’est-ce pas...
Une vie dans le Paris des émigrés, OS chez Renault, les copains, le syndicat, le FLN, le café des bicots à Babel Oued sur Seine. Il sait écrire, c’est un des rares qui sait. Il trône à une table du café tous les samedis et écrit les lettres pour toutes les femmes des autres qui sont restées au pays. Il connaît la vie de chacun des copains, il connaît leurs mensonges, il connaît les siens.
Il rentre au bled presque chaque été. À chacun de ses départs, Monique pleure. À chaque retour là-bas, il fait connaissance avec le petit nouveau, fruit de la semence dont il a lesté le ventre de Zaïa, l’été d’avant.
Il y a Rachid, Samia, Lilia, Yacine, Slimane. Les derniers, il en a perdu le compte. Il ne voit plus que Samia. Elle lui rend visite, parfois. Une assiette de couscous, un bouquet de fleurs sauvages qu’elle a cueilli en route, une grappe de raisins, les blancs, si sucrés, ceux qu’il aime.
Les autres, les françaouis, il ne les voit plus non plus ; ils lui ont tourné le dos ; ou bien c’est lui qui est parti. Il ne sait plus. D’ailleurs, quelle importance ?
Maintenant, il est seul, dans cette chambre, à Alger, tout comme il l’était dans cette chambre, à Paris.
Ni d’ici, ni d’ailleurs.
Il attend.

291
291

Un petit mot pour l'auteur ? 76 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Chantal GOYAT
Chantal GOYAT · il y a
D'ici, de là- bas et vice et versa ......de nulle part , on imagine la souffrance ....grâce à ton écriture!
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Le titre est un bon résumé pour ces vies écartelées. Belle écriture !
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Une belle plume pour de très beaux portraits.
Image de De margotin
De margotin · il y a
J!ai bien apprécié.

Bonjour à vous!
Je vous invite à découvrir et à soutenir Nilie au concours du Prince oublié. Merci beaucoup

https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/nilie-3

Image de Eliane Martin
Eliane Martin · il y a
Deux vies en une, si différentes et si bien évoquées que l'on s'y glisse avec beaucoup d'émotions.
Image de christine MAESEN
christine MAESEN · il y a
2 continents , 2 vies , semblables et différentes .... et vivre la moitié d'une existence dans chacun des pays
Justesse des mots , des situations , des lieux
Bravo , mes 5 voix pour ce beau texte

Image de Chantal Cambrezy
Chantal Cambrezy · il y a
Merci Chris pour vos voix !
Image de Florence Simonnet
Florence Simonnet · il y a
Une écriture touchante et sensible..Beaux portraits d'hommes et de femmes aux cultures contrastées
Image de Monique LE Fur
Monique LE Fur · il y a
une écriture envoûtante...
Image de Patrick Labadie
Patrick Labadie · il y a
Superbe texte
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Relu avec plaisir à attendant la finale.

Vous aimerez aussi !