Nahman, le clown

il y a
2 min
1 224
lectures
217
Finaliste
Jury
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Il porte un gros nez rouge, il peut faire rire les enfants, il est synonyme de joie et de gaieté... Et cela même en temps de guerre, au beau milieu

Lire la suite

A 60 ans, je reprends le stylo, ou plutôt le clavier car mon écriture est indéchiffrable. Une écriture de docteur ? Tout de même pas, de kiné. Personne n'est parfait. Des bords de la Dordogne  [+]

Image de Printemps 2021

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

J'ai soigneusement appliqué le fond de teint blanc. Les enfants le méritent bien. J'ai dessiné une larme en dessous de mon œil gauche. J'ai posé mon nez rouge. Dans la vieille glace, je ne vois aucun défaut. Ma perruque de laine jaune est en place, je tourne la tête à gauche et à droite. Dois-je mettre mon chapeau melon aujourd'hui ? J'hésite, puis finalement le vieux melon cabossé prend place. Je dois être parfait, les enfants qui vont arriver y ont droit.
Je ferme la porte de mon baraquement, et je me dirige vers le quai. Le train est annoncé, il a roulé toute la nuit, les passagers seront fatigués. Mais je serai là pour les enfants. Ce sont des Hongrois, ce matin. Ils descendent des wagons, un peu moulus. Pas confortable, le transport. Ma vue semble les rassurer. Les soldats sont égaux à eux-mêmes, ils partagent les groupes. Un sous-officier désigne les plus jeunes, et forme une colonne qui s'éloigne. Les femmes ne veulent pas laisser leurs enfants, mais je fais de grands signes, je me courbe, me redresse, joue quelques notes de ma trompette. Les enfants rient, ils battent des mains. Je leur fais signe de se tenir, et de former une farandole. Ils me suivent. Je continue mes contorsions. Je prends l'air étonné devant un bout de chou blond qui boude. Il finit par sourire, et fait un grand au revoir à sa maman. Je lui dis qu'il la retrouvera bientôt, que je ne mens jamais, « Ikh kenymol ling ». Je garde le petit près de moi.
En dansant et me déhanchant, en parlant par onomatopées, je les conduis. Ils sont séduits, ne voient que moi. Les baraques ne les impressionnent pas. Ils sont joyeux, je lève la main et leur montre des sucres d'orge. Ils les auront s'ils sont sages. Je les accompagne jusqu'au vestiaire, ils posent sagement leurs habits, certains d'entre eux les empilent sans soin. Du doigt je leur en fais le reproche, ils rougissent et les mettent en ordre. Aucun d'entre eux n'a peur. Les petites filles passent les premières, en se pinçant et se tirant les cheveux. Les petits garçons, en pouffant, les suivent dans les douches. Je n'ai plus qu'à sortir.
J'ai bien fait mon travail, les enfants ont été heureux. Ils y avaient droit. Aucun n'a eu peur. L'Hauptscharfuhrer m'a tapé sur l'épaule. « Gut Arbeit, Nahman ! ». Il m'a appelé par mon nom, c'est dire s'il est satisfait. Il a glissé quelque chose dans ma main : vingt grammes de lard. Je suis rentré dans mon baraquement. J'ai mangé lentement, j'ai dégusté ma récompense. Je n'en ai pas tous les jours. Une fumée âcre et noire monte vers le ciel. Le bout de chou a retrouvé sa mère, je n'ai pas menti. Je suis épuisé, des gouttes coulent de ma perruque. Tout à l'heure, je devrai refaire mon maquillage. Un autre convoi arrive cet après-midi.
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Il porte un gros nez rouge, il peut faire rire les enfants, il est synonyme de joie et de gaieté... Et cela même en temps de guerre, au beau milieu

Lire la suite
217

Un petit mot pour l'auteur ? 32 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Chris BÉKA
Chris BÉKA · il y a
Un peu de douceur dans un monde de brutes...
Image de Lyncée Justepourvoir
Lyncée Justepourvoir · il y a
Audacieux sujet de clownerie...
Image de marie van marle
marie van marle · il y a
Superbe texte qui fait frémir.
Image de Mireille Bosq
Mireille Bosq · il y a
Partagé entre héroïsme et contingences personnelle (la faim) sûrement pour ce clown triste.
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
Comment dans ces conditions le clown ne pourrait-il être triste ? Puissant et pathétique.
Je ne me souviens plus si avant le piratage vous aviez eu l'occasion de lire mon poème finaliste "Les bleus au cœur d'un bleu du cœur".Dans la négative , en voici le lien : https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/les-bleus-au-coeur-dun-bleu-du-coeur

Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
Emouvant et beau ...bonne chance à vous !
Image de VERONIK DAN
VERONIK DAN · il y a
Texte très puissant et triste.
Bonne finale pour ce clown.

Image de JL DRANEM
JL DRANEM · il y a
Un récit terriblement efficace. Mon soutient pour cette finale!
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Triste à pleurer, mais je RE-revote donc pour cette RE-finale.
Image de Ralph Nouger
Ralph Nouger · il y a
Triste réalité d'une époque. Un clown tente de dérider
une sombre atmosphère .

Vous aimerez aussi !