Mort sur catalogue

il y a
2 min
1 069
lectures
72
Finaliste
Jury

Boulimique de lecture dès que j'ai su décrypter mes premiers mots...la science fiction avait mes faveurs à l'adolescence ! En écriture, j'ai retrouvé mes premiers amours : j'adore mettre en  [+]

Image de Hiver 2016
— Tu choisiras quoi, chérie ? Embolie pulmonaire, infarctus du myocarde, accident vasculaire, ...
— Arrête, tu me fais froid dans le dos !
— Personnellement, je préfère une mort rapide, continuait l’homme, penché sur l’écran implanté dans la paume de sa main. Quoi que..., réfléchissait-il en se grattant le crâne avec l’autre main. Une maladie longue, un déclin progressif des facultés permet de se préparer en douceur, hum ?
— Tu dis n’importe quoi, chéri, répondit sa compagne, une moue réprobatrice aux lèvres, qu’elle avait carmin et charnues.
— Non pas. Tu devrais y penser, réussir sa sortie, c’est important. Mais après tout, si tu préfères avoir la surprise ? la taquina-t-il, en la dévorant du coin de l’œil.
— Quelle horreur ! cria la jeune femme.
Ses yeux bleus quittèrent un instant la contemplation de son reflet dans le miroir pour interroger le visage de son compagnon. Celui-ci semblait beaucoup s’amuser à comparer les propositions et les prix des catalogues en ligne. Confortablement installé sur le canapé, l’idée de préparer son propre décès ne paraissait pas le perturber. Il avait allongé ses grandes jambes, hâlées par l’exercice au grand air, et calé sa tête dans les coussins. Impeccablement rasé, la bouche à demi ouverte, des boucles de cheveux bruns lui retombant sur le front, il avait l’air serein.
— Bien entendu je choisirai ce qui me convient, reprit la fille, mais pas maintenant.
— Il ne faut jamais remettre au lendemain, ...
— Je sais ce qui ne peut pas attendre, enchaîna-t-elle en s’approchant de son compagnon, son ventre dénudé chaloupant à hauteur de ses yeux.
Elle l’enlaça de ses bras dorés et dodus, puis tenta de l’embrasser, mais il brandit sa main-écran.
— Regarde, tu peux même choisir la date, l’heure, le lieu ! Les prix varient en fonction de...

La jeune femme s’éloigna, découragée par le manque d’enthousiasme de son compagnon. Elle ne l’écoutait plus. Il était encore parti dans l’un de ses voyages virtuels, dont aucune stimulation ne pouvait le tirer. L’après-midi était pourtant idéal... Elle se frotta le ventre l’air désoeuvré, puis caressa ses cuisses fuselées du dos de ses mains. Le contact doux, dans l’entrejambe, lui tira un soupir douloureux. Un juron de déception lui échappa. D’un geste brusque, elle tira ses longs cheveux châtain en arrière, puis se dirigea à grands pas vers le balcon pour prendre l’air.

— Chérie, chérie, chér...

Eva, sur le balcon, n’entendait pas. L’homme s’était redressé, le cou tiré, le menton pointé vers le haut, et tentait d’appeler sa compagne. Sa voix s’étranglait, son long buste musclé se raidissait ; il tenta de se lever, mais tomba sur les genoux. La bouche grande ouverte comme un poisson tiré de l’eau, il porta ses mains à sa mâchoire inférieure, mais pas un son ne venait. Dans un dernier réflexe de lucidité, il balaya d’un geste la table du salon. Le bruit des objets renversés attira l’attention de sa compagne.

— Qu’est-ce qui se passe, ici ? demanda-t-elle, irritée, en faisant irruption dans le salon.

Elle se figea une fraction de seconde à la vue de son compagnon suffocant. Puis se jeta sur lui.
Dans sa paume écran, qu’il brandissait vers elle, clignotait le message suivant :

— Félicitations ! Vous avez choisi une mort courageuse ! Vous avez confirmé l’activation immédiate. Votre commande est en cours de livraison. Mortenligne vous remercie de votre confiance. Grâce à nos facilités de paiement, votre compte ne sera débité que le 5 du mois prochain.
— Lucas, Lucas, cria Eva affolée, mais qu’as-tu fait ?
Malgré ses efforts désespérés pour annuler la commande, son compagnon suffoquait, bleuissait, les yeux exorbités, l’air épouvanté. Il s’affaissa, et, avant que le voile opaque de la mort ne recouvre ses yeux, elle put y lire l’incompréhension et la stupéfaction d’avoir commis l’irrémédiable.

72

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !