2
min

Mon prénom comme doctrine

Image de Joye

Joye

0 lecture

0

Après avoir marché, couru puis tombée, elle était de nouveau droite et fière. Bien décidée à faire de sa vie un paradis, elle avait aujourd’hui la force de se lancer dans les grands chantiers de son existence, et ils étaient nombreux. Elle ne se souciait plus du regard des autres, ni de ce que les bonnes mœurs attendaient d’elle. Elle assumait entièrement et pleinement tous les bons et mauvais côté de sa personnalité et de ses choix. Son cœur s’enrobait de miel et la douceur envahissait son esprit apaisé. Boulimique de vie, elle allait mordre ses projets. Nous déterminons ce que nous sommes par nos actes et non nos paroles, alors elle allait agir. Riche d’une nouvelle maturité qui lui permettait d’enfin assumer ses fragilités, elle se sentait la reine du monde. Elle se préparait intérieurement et insidieusement à ce moment depuis un an maintenant et elle était prête. Et même si certaines choses paraissaient insurmontables, elle se voyait capable de franchir des montagnes. « Plus que des plumes, elle y a laissé des morceaux entiers », mais cette victoire sur elle-même le valait bien. Le gout de la liberté salait ses lèvres. Elle se sentait revivre. Elle voulait lutter de tout son être contre ce qui était la pire chose pour les hommes : se résigner. Elle savait qu’elle tomberait surement encore et encore mais jamais elle ne restera à terre : pour Charly, pour elle et parce que la vie est trop courte pour s’apitoyer. La joie parcourait chaque veine de son corps pour exploser en larmes. Elle était heureuse. L’énergie l’inondait comme une immense vague, prête à écraser tous les problèmes et toutes les barrières qui se mettraient sur son passage. Elle était tellement fière d’être encore capable de s’émerveiller et d’être naïve malgré ce qu’elle avait traversé. C’était précisément là que se jouait la différence fondamentale entre être en vie et être VIVANTE. Et plutôt que de s’agacer à ne pas comprendre les gens qui ne vivait pas comme elle, elle se contentera de leur transmettra juste son bonheur, sa joie de vivre et de penser un peu à elle. Elle savait que la contagion se ferait auprès des gens émotionnellement intelligent et qui le méritent. Les grandes émotions ne naissent pas de grands bonheurs mais de l’ouverture de cœur qu’on leur accorde. Chaque moindre petit grain de sable de bonheur qu’elle souhaitait mettre sur la plage de sa vie. Elle connaissait à présent la couleur qui illuminerait son ciel. Des moments magiques : voilà ce qu’elle voulait faire de sa vie. Mettre des fleurs dans le cœur des gens et de l’intensité dans leur âme. Elle voulait réchauffer, être le soleil des autres en leur apportant de la chaleur. L’émotion à son paroxysme pour être capable de vivre chaque instant comme s’il était l’Eternité sans arrière-pensée sans être ailleurs : Etre Juste là. Juste des sensations et une envie de se sentir vivante. Hymne à l’instantanéité japonaise d’une branche de cerisier, elle était plus déterminée que jamais. Elle voulait aimer la vie de toutes ses forces.
0

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème