MON PETIT VERSAILLES (suite)

il y a
1 min
32
lectures
6

Je ne me shorte plus, prisonnière comme le thon en boîte, frileuse malgré tout sous mon anorak alors qu'il n'y a pas d'hiver, assoiffée de beauté que l'on peut découvrir, comme la crème qui  [+]

Par ce matin frileux, et cette moitié du mois de mai dont le muguet devrait nous porter bonheur, je vois tout un tas de vibrations et agitations contradictoires. Et puis, je me dis, il vaut mieux le vent que le feu. Mes frères canadiens, (avril-mai 2016) confrontés à une destruction totale de leur lieu de vie, comparés à Sodome et Gomorrhe, ou même à Pompéi, doivent souffrir le martyr dans leur esprit. Prier Dieu pour qu'il nous veuille absouldre (poème du Moyen-Age) ? Mais il est où Dieu ?

Dieu, il est partout. Il ne juge pas. Il enregistre les désordres, puis comme un boomerang, Il nous renvoie tout sur la tête. Et que de diversités humaines pour le comprendre. Où se trouve la sagesse ? Dans un ordinateur ? Cela dépend de ce que l'on y met. De ce que l'on y cherche, tout comme dans la grande mémoire universelle qui, elle, n'est jamais saturée. A moins qu'un jour ou une nuit, elle n'inverse le procédé. Il n'y a pas de "beugue" et, chez nous, les vaches, se taisent, paissent paisiblement, remplissant leurs chères réserves, d'un lait riche en fleurs des alpages, que nous aimons tant.

Cependant, je sais d'une manière instinctive, que le feu est purificateur. Dès qu'il fut découvert par nos ancêtres autralopitèques il devint source de bienfait. Puis, peu à peu, devint malfaisant, détruisant, plutôt que de construire. Mais que ferions-nous sans une source de feu, pour faire bouillir nos marmites, là-bas, partout dans le monde. Marmitons, vite ! à vos plaques de cuisson et découvertes gastronomiques ! Tout ce que vous découvrez est bon, pour le goût, mais peut-être nocif pour l'esprit. Allez savoir, exactement ! Mais pourquoi, dans d'autres cas, est-il tellement injuste, ce feu ?

Enfin, une petite pluie printanière est venue raffermir mes pâquerettes, afin que je puisse raisonner avec elles, par un matin plus rayonnant. Elle fera pousser quelques violettes, aussi, et peut-être des champignons et cent cinquante plantes médicinales que vous foulerez du pied, sans aucun respect. Pourvu qu'elles ne soient pas irradiés, comme à Tchernobyl. Nos chères montagnes n'en furent, certes, pas épargnées. Et vous ?
6

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,