Mon petit Versailles

il y a
2 min
77
lectures
10

Je ne me shorte plus, prisonnière comme le thon en boîte, frileuse malgré tout sous mon anorak alors qu'il n'y a pas d'hiver, assoiffée de beauté que l'on peut découvrir, comme la crème qui  [+]

Les petits matins frais du mois d'avril m'avaient enveloppée d'un manteau frileux. Mais j'aimais, vêtue de ma douce robe de chambre, faisant concurrence factice à ma robe de lumière, me promener quelques minutes dans mon petit Versailles, pieds nus. Là ! J'aimais toujours faire mieux, avec cette inspiration naturelle, en compagnie de Miss Tondeusagazon., bien qu'empêtrée dans son cordon ombilical la reliant à la centrale de Malgovert, en direct du fameux barrage de Tignes, dessiner notre destin géométrique et plombé d'un cosmos invincible.

Dans ce gazon, qui n'a rien du british green, j'aime à dessiner, comme si j'avais le même crayon que Coco, mais en bien moins talentueux. J'aurais aimé dessiner un labyrinthe, mais c'est très difficile. Autrefois, j'avais déambulé, abasourdie, dans le fameux labyrinthe de la cathédrale de Chartres. C'était comme si j'étais en apesanteur, mais pas dans la fusée Ariane. Moi, je cherchais le fil qui me mènerait à l'extase spirituelle. Là ! justement !

A l'heure qu'il est, comment faire autrement pour plaire et donner de l'image visuelle et vraie, donc naturelle à sa Majesté mon mari, car au moment de tondre avec Miss Tondeusagazon, de son prénom Flora, je me sens coupable de décapiter autant de plantes vivaces. Toutes ces fleurettes qui pullulent dans le gazon, qui n'est pas anglais, ont tant de vertus médicinales, que je culpabilise de ne pas les laisser en bonne place, comme elles ont aimé à y prospérer. Par ordre à peu près alphabétique j'ai repéré plus de cent cinquante plantes utiles à la vie. Lorsque je pense qu'une vie humaine n'a aucune valeur aux yeux des héritiers de... non, je ne dirai pas le nom, mais vous avez compris.

Mon mari, un ancien dur, qui m'en fit voir de toutes les couleurs (depuis  que je pris le relais auprès de sa vieille mère), ancien commando de choc du sixième bataillon de chasseurs alpins, (service militaire oblige), n'a plus le même langage qu'autrefois, pauvre petite chose dans son fauteuil roulant ou dans son lit médicalisé. Il adore mes fleurs. Et les abeilles qui n'ont pas encore disparu, comme malheureusement on nous le propose, rappliquent toutes dans mon jardin botanique. Les oiseaux, à qui je parle, y sont nombreux. Trop nombreux, d'ailleurs !

A l'iinverse, chez mes anglais voisins, pas un pissenlit, pas une pâquerette dans leur green, et là je me pose la question : est-ce bien la nature qui a poussé là ? Ma pelouse est devenue mon "petit Versailles" et je vais vous parler de géométrie en accord avec le Grand Univers : à partir d'un losange, j'ai tracé des allées avec Miss Tondeusagazon. Petit à petit, me frayant un chemin à travers les fleurs que je n'osais détruire en totalité, j'ai dessiné géométriquement parlant. Dessiné, tout en n'étant pas Ch... Qui ?...Je me suis vue devant plusieurs axes, de manière totalement incontrôlée, mais qui aujourd'hui représentent les quatre points cardinaux du nord, du sud, de l'est et de l'ouest. L'orient, l'occident, le septentrion et le midi, sous le nadir, quoi !

En Haute Tarentaise, domaine de grandes stations de ski où se vulgarise un manque de respect de la nature, ,juste au passage dans notre triste village, je suis cette petite bonne femme, amoureuse du moindre caillou, rocher, et n'oublie pas que notre fromage (Beaufort et tomme au lait issu des alpages) est fabriqué à partir du pis d'une magnifique vache, dont les beaux yeux sont maquillés, quasiment prête à participer au Festival de Cannes. Le Festival de Cannes, surtout ne plaisantez pas avec ça, puisqu'il s'agit de comprendre le nouvel septième Art nommé le septième ! Après celui de Miss Tondeusagazon !

Pour l'heure, je fais mon modeste jardin, maquillée dès le matin, lorsque à l'est, à l'Orient autrement dit, je jette un coup d'oeil discret sur ce que j'ai créé avec Miss Tondeusagazon. J'ai juste remarqué que le Soleil se lève encore et que, si Mercure gravite tout près de lui, c'est pour nous redonner un peu de richesse. La richesse, mais pour partager tout un jardin fleuri. Unique, dans ce genre, je suis fière de moi. Et pi, à l'opposé, j'en ai marre de ce qu'est la vie quotidienne répétitive, mais d'un devoir absolu, envers mon Commando de Choc, dont je fêterai, avec vous, bientôt les quatre-vingt ans ,alors qu'il était mourant à l'âge de vingt ans !... Ne nous oubliez pas. Dieu merci !

Au fait, Il est où Dieu ?
10

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,