Moi Six, fille de bibliothécaire.

il y a
3 min
145
lectures
5

Jeune fille de 17 ans qui a toujours rêvé de devenir une écrivaine connue pour rester gravée dans le temps, pour ne pas être oubliée. Écrit au fil de ses envies et de ses inspirations, aucune  [+]

Image de 2014

Thème

Image de TTC
Je m'appelle Six et j'ai huit ans. Mon prénom peu paraître étrange mais c'est normal, j'ai une maman bibliothécaire.
Au début on a un peu de mal à s'y faire ( à mon prénom, pas à ma maman). Les copains, par exemple, ils pensent que c'est un surnom comme Sissi ou je ne sais plus quoi. Et puis il y a la maîtresse qui, croyant elle aussi que mon prénom est un diminutif, m'appelait et m'appelle toujours, Sylvette.
Mais en ce moment mon problème ce n'est pas mon prénom, je m'y suis habituée depuis le temps, mais c'est ma bibliothécaire de mère : elle veut apprendre à lire. C'est sûr qu'une bibliothécaire qui ne sait pas lire ça peut surprendre mais écoutez-moi et cela vous paraîtra peut-être moins bête.
Je disais donc que ma maman est bibliothécaire mais elle ne sait pas lire ou du moins elle ne sait lire qu'une chose : les codes-barres. Elle passe ses journées à la borne de prêt à passer les codes-barres des livres empruntés sous la douchette. Tous les jours elle regarde et enregistre des dizaines, des centaines de carrés monochromes. Du coup, ma maman ne sait plus lire que ça.
Une fois, lorsque nous sommes partis en vacances papa, maman et moi, nous nous sommes jurés ( surtout papa )d'acheter un GPS. Ni l'un, ni l'autre de mes deux parents ne connaissaient la route alors papa a demandé à maman de regarder sur la carte mais malheureusement il n'y avait que des mots, maman, comme vous le savez à présent, est incapable de lire ces mots. S'ils échangeaient de place me direz-vous ? Mais maman ne lit pas nom plus les panneaux de signalisations indiquant des noms de villes.
Par contre, lorsque l'on va au supermarché, maman rayonne (c'est le cas de le dire), elle trouve tout ce qu'il faut en un rien de temps et passe même des heures à discuter avec la caissière (je la soupçonne aussi d'avoir la même maladie que ma mère).
Ça n’empêche pas notre famille d'être heureuse. Mais je vois bien que maman se sent inutile. C'est tout le temps papa qui m'aide pour mes devoirs (pour les maths ma maman c'est la plus forte), c'est aussi papa qui me lit des histoires (cocasse non?). Je vois bien que maman est triste dans ces moments là même si elle essaye à tout prix de le cacher.

Un jour maman m'a prise à part et m'a dit que l'anniversaire de Papa arrivait et qu'elle aimerait lui faire un beau cadeau mais que pour cela elle aurait besoin de mon aide. C'est là qu'elle m'a expliqué qu'elle voulait que je lui apprenne à lire.
Je pris donc la décision de passer tous les soirs après l'école à la bibliothèque dans laquelle travaillait maman. Elle prenait alors une pause et on se posait dans un une pièce à l’arrière de la bibliothèque (la réserve en fait). Ça s'entait un peu le renfermé et il y avait quelques fuites dans le plafond mais c'était suffisant pour quelques heures. De plus avec l'anniversaire de papa qui approchait, on avait plus une seconde à perdre et on ne s'occupait alors plus que de notre objectif.
Ceci étant dit, je n'ai que huit ans (mais je vais sur ma neuvième, comme dit papa), et moi aussi je commence à peine à lire un roman. J'ai donc proposé à maman un livre simple, un album pour enfant. Maman m'a alors regardé tendrement, a sourit puis a prit le livre, l'a ouvert sur ses genoux à l’étroit et a dit : « Allons-y. »
On a fait ça pendant près d'un mois. Papa n'y a vu que du feu (il faut dire que des fois il n'est pas très éclairé), heureusement pour nous.

Puis vint le jour J, on était tous les trois autour de la table basse, remplie de bonnes choses à manger que maman avait préparé la veille pendant que je lui lisait les recettes. Je remarquais que maman exécutait les actions un peu plus en avance par rapport à ma lecture. Je souriais et maman me lança un clin d’œil.

Soudain maman se leva et alla chercher le cadeau de papa, il était joliment emballé dans un papier violet qui s'accordait tout à fait avec la tenue de maman (coïncidence?). Maman tendit le présent à Papa qui le prit en l'ouvra aussitôt mais en respectant le papier et en commençant pas le scotch, je frappait du pied nerveusement (j'avais envie de lui prendre des mains et de l'ouvrir moi même, vite, vite).
Il sortit de son papier un livre ou plutôt l'album que maman et moi avons choisi. Maman prit alors le livre des mains de mon papa puis l'ouvrit à la première page et commença à lire. Mon père et moi, on l'écoutait tranquillement. Elle ne buta que sur très peu de mots. Puis elle arriva à la dernière page et lut la dernière phrase : « Elle l'aimait très fort pour ça ». Elle referma le livre, leva la tête et sourit à mon père en lui souhaitant un joyeux anniversaire. Lui se leva et alla l'embrasser de ses grands bras de papa et moi je les regardais s'enlacer, souriant tous les deux. Je souriais aussi. Puis me jetais dans leurs bras.
Je m'appelle Six et je suis dans ma neuvième année, je sais c'est un prénom étrange mais ma maman est bibliothécaire – c'est tout.

5
5

Un petit mot pour l'auteur ? 3 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de No
No · il y a
Sympa, la mélodie du texte est bonne, mais c'est plus fort que moi, les fautes d'orthographe et d'inattention me gênent...
Image de Ernest Fourachault
Ernest Fourachault · il y a
La bibliothécaire qui ne sait pas lire : bravo, belle idée. La suite est tendre, malgré les fautes d'orthographe (vous pouvez les faire corriger, savez-vous?). +1
Image de Yuki
Yuki · il y a
Le texte a déjà été corrigé une première fois. Un deuxième passage aurait sans doute été nécessaire, merci pour les remarques.