3
min

MIDI À SA PORTE ÉPISODE 3: RIEN À VOIR

Image de Julie Boston

Julie Boston

43 lectures

15

« Vous êtes bientôt arrivés. »

Sensuelle et rassurante, cette voix, style « on-va-passer-un-bon moment-ensemble-dans- quelque-bar-feutré. » Sauf que le bar feutré, c’est plutôt l’habitacle de notre Volkswagen Touareg et que nous sommes à présent en rase campagne.

Elle a tenu sa promesse, ou presque, cette voix soyeuse qui nous a accompagnés pendant quelques heures sur les départementales françaises. Destination : un lieu-dit insolite recommandé par des amis. Sur un papier était gribouillée une vague adresse: rue du Moulin (Ancien ou Vieux ?), Aspous (Aspout ?)-sur-Ypas. Chambre d’hôte confidentielle, réservation impossible, carte bleue non acceptée. Petite escapade à l’ancienne pour les vacances d’automne.

Nous étions donc partis avides de sensations. Le GPS avait proposé un choix de calculs d’itinéraires délicieux : le plus boisé (nous aimons la nature), le plus économique (nous détestons les péages), et, petit bonus inattendu, le plus « à vol d’oiseau » (nous apprécions l’efficacité). Vive le progrès technique des satellites ! Quant à l’orthographe de la destination finale, après planification sur 35 416 villages possibles, Madame GPS avait préféré occulter la fantaisie locale, optant pour un simple Aspou-sur-Ypas. Soit.

Selon la programmation, il nous reste à peine un quart d’heure. Quant à tel ou tel moulin, elle n’avait pas voulu trancher. Peu importe. Nous verrons ça sur place. Il y aura des panneaux, tout de même. L’essentiel est de profiter de ce retour aux sources, loin du stress urbain.

Quelques minutes plus tard :
« Vous êtes arrivés. »

Et voilà que la voix synthétique nous abandonne brusquement à un carrefour orné de deux panneaux. A gauche est indiqué « Aspout » à un kilomètre. A droite, « Aspous » à un kilomètre.

Quant à Madame GPS, silence radio.

Le jour tombe mais il ne faut pas baisser les bras. Nous allons simplement nous rabattre sur un autochtone. Un vrai. Suffit d’attendre, le bout de papier en main. La connaissance locale va finir par l’emporter sur la technologie moderne.

« Bonsoir, monsieur. Excusez-nous de vous déranger. Nous cherchons la rue.......il y aurait un moulin... dans le village de... »

— Vous allez où ? J’y vois que dalle sur votre papier. Vous cherchez Aspousse ? Ou Aspoute ? Attention, ça n’a rien à voir Faut savoir ce qu’on veut, vous savez ! Un moulin, vous dites ? Lequel ? Par là il y a l’ancien moulin, et là-bas, c’est le vieux. Mais non, c’est pas pareil. Les moulins par ici, c'était comme les cloches des églises, fallait pas qu’ils fonctionnent en même temps ! Vous voyez un peu les dégâts ? On en a connu par ici, dans le temps. Et les cloches, on a dû s’arranger aussi. Quand il y en a une qui sonne, faut surtout pas entendre l’autre en même temps. Vous imaginez un peu le boucan que ça ferait ! Elles avaient été bien décalées, les cloches. De cinq secondes. Ben oui, y a des siècles de ça. Du coup, quand il est midi à Aspout, à Aspous ils attendent encore. Vous me direz que c’est pas bien beaucoup, cinq secondes. Dites ça à ceux qui traînaient derrière Usain Bolt quand il a couru cent mètres en neuf secondes ! Et vous savez, la nourriture qui reste par terre à peine cinq secondes ? La quantité de bactéries qui pousse ? Sans parler des blessures si vous faites une chute de cinq secondes ? Croyez-moi, si vous passez d’Aspout à Aspous, pensez à régler vos montres.
...
— Non, c’est pas pareil. Nuit et jour. Vous n’avez qu’à demander aux vignerons. On vous dira qu’à Aspout les coteaux attrapent le soleil matinal. Ça donne un vin charpenté, plutôt masculin, disent certains. Alors qu’à Aspous, disent les autres, c’est la fraîcheur du soir qui caresse les vignes. Ça donne un vin plus subtil et féminin.
...
— Vous venez de la capitale ? Vous ne connaissez pas par ici ? Alors, pas d’amalgame, s’il vous plaît. À Aspout, ils perpétuent la tradition du blé tandis qu’à Aspous ils sont fiers de leur orge. Question de patrimoine, vous savez. Faut revenir pour un comice agricole. Les dates sont affichées dans les deux mairies. Et non, c’est pas les mêmes. Faut pas mélanger. Surtout pas ! Comme ça vous pourrez aussi admirer nos races de vaches. À Aspous vous verrez que leurs cornes sont dressées alors qu’à Aspout elles ont les cornes vers le bas. Deux espèces complètement opposées. Quelqu’un a bien tenté un croisement, mais le résultat a donné des hybrides douteux.
...
— Ah, ça ! On n’a pas voulu renouveler l’expérience. Tout comme ces mariages mixtes. Dur pour les familles. Ça s’est fait une fois, ça aussi. Il fallait tout faire en double. Les messes dans les deux églises et puis ils ont fait signer les témoins dans les deux mairies. Sinon les parents du couple n’auraient rien accepté. Et après ! Des complications à n’en pas finir ! La pièce montée dans la Salle des Fêtes à Aspous et puis la fontaine de champagne à Aspout, dans la Maison pour Tous. Je vous dis même pas comment ils ont fait pour la jarretière. Un enfer ! De toute façon, ce mariage n’a pas tenu. Au bout de quelque temps, une fois passés les mots doux, le couple ne se parlait plus. Pas le même patois, vous voyez ?
...
— Aspout et Aspout, non, faut pas confondre. Nos ancêtres, par exemple. Ils sont venus exprès, les archéologues, pour chercher les traces. Ils ont fait des fouilles dans les deux villages. Ils vous diront. On n’a pas les mêmes racines, en fin de compte. Là-bas c’est des Ostrogoths et de ce côté c’est des Wisigoths. Ça a été prouvé. Allez faire un tour dans les écomusées, vous verrez bien.
...
— Fusionner les deux, ça a été évoqué au niveau du Conseil régional, question de rationalisation. Mais on a résisté. Faudrait changer tous les panneaux, par exemple. Vous savez combien ça coûte, un panneau ? Diu biban ! »

Ces subtilités locales nous dépassent. Madame GPS patiente pendant la reprogrammation de notre itinéraire, direction Paris. D’une voix sèche, elle nous conseille :

« Faites demi-tour dès que possible ! »

Thèmes

Image de Très très courts
15

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Buono68
Buono68 · il y a
on sent que tu t'es amusée ! bravo
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Les joies du GPS et de l'orthographe, associée ou non . . . je me suis bien amusée Julie, à bientôt !
·
Image de Meg Seaver
Meg Seaver · il y a
JUles...u r something else....wow...I get you ma française ...bravo bravo..Simply I laughed my head off. Thanks
·
Image de Alice Merveille
Alice Merveille · il y a
Jubilatoire ! Merci pour ce savoureux moment de lecture.
·
Image de Arlo
Arlo · il y a
Très agréable détour et une lecture fort agréable.Mon vote. Pour ma part mon poème "j'avais l'soleil au fond des yeux" est aujourd'hui en finale de la matinale en cavale. Ve vous invite à venir le découvrir ou redécouvrir. Bon après midi à vous.
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/javais-lsoleil-au-fond-des-yeux

·
Image de Lammari Hafida
Lammari Hafida · il y a
Bien mené , agréable lecture , bravo Julie
·
Image de Bea Comète
Bea Comète · il y a
J'adore ce texte, cocasse à souhait !
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Comme d'habitude une belle histoire bien écrite, agréable à lire et fascinante à souhait ! Mon vote ! Je vous invite à découvrir “ De l’Autre Côté de Notre Monde”qui est en lice pour la Matinale en Cavale. Merci d’avance et bonne soirée!
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/de-l-autre-cote-de-notre-monde

·
Image de JACB
JACB · il y a
C'est croustillant à souhait! Moi j'ai mis mon GPS avec accent canadien, j'adore! En tout cas on en apprend de belles sur Aspout sans y pointer le bout de son nez! Bien apprécié la promenade Julie...on est fan des itinéraires dynamiques...celui-là l'est !!!!!!!!
·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Comme Elena, je pense même qu'il est interdit de le prendre, tant il est bon d'y flâner.
·