3
min

Merveilleux hasards

Image de Laurence GDN

Laurence GDN

86 lectures

125

Julie entra dans le "Café de la Tour" et sourit en pensant que c'était sans doute l'endroit idéal pour rencontrer le prince charmant. Elle s'installa et commanda une bière blanche tout en songeant qu'il ne s'agissait peut-être pas là d'une boisson bien convenable pour une princesse.

Elle était en avance. C'était voulu. Quelle serait la réaction de son rendez-vous ? S'imaginerait-il en retard, légèrement ennuyé de l'avoir fait attendre ? En ferait-il cas ? Peut-être arriverait-il également plus tôt que prévu ? Elle posa son talisman sur la table. Un simple galet d'un blanc presque pur, en forme de cœur fendu.

Son rendez-vous fut ponctuel et s'inquiéta effectivement de l'avoir fait patienter. Au moins était-il attentionné ! Il était également souriant, volubile comme on l'est souvent lors d'un premier tête à tête. Ils s'étaient rencontrés chez des amis communs et c'est lui qui avait suggéré de prendre un verre. Julie avait accepté sans hésiter. Il s'appelait Victor, ne manquait ni de charme ni d'atouts. Julie avait envie de croire en un avenir à deux.

Elle effleura le galet du bout des doigts, comme s'il faisait partie de la déco, comme si elle le découvrait. Il le remarqua à son tour et en profita pour lui effleurer la main. Julie prétexta de regarder dans son sac pour la retirer. Il fallait que Victor touche ce galet. Le mieux serait même qu'il le prenne et le tienne quelques secondes dans ses mains.

Quelques années auparavant, Julie avait cru vivre son grand amour, celui qui rime avec toujours, celui qui construit une vie, celui qui rend meilleur. Un beau matin, son amour était parti. Avec pour seules explications, des récriminations qu'elle n'avait pas compris. Elle avait eu le sentiment d'être une pauvre bête accusée d'avoir la rage pour mieux s'en débarrasser.

Il lui avait alors fallu changer d'air pour ne pas devenir folle. Elle avait pris un congé, cherché un billet d'avion bon marché et s'était retrouvée dans un petit hôtel, en bord de mer, en Tunisie. C'était la fin de l'hiver, le temps n'était pas à la baignade et elle avait vite réalisé que l'éloignement n'apaisait que peu son chagrin qui se transformait bien vite en amertume. Elle n'avait même pas songé à emporter un livre. Alors, elle partait promener son âme en peine en bord de mer.

La plage était quasiment déserte, à part quelques pêcheurs. Il était très tôt ce jour-là, quand l'un d'eux la salua d'un sourire. Julie répondit par un signe de tête et poursuivit son chemin. Une fois d'un côté, une fois de l'autre, elle longeait la mer en des aller-retour mécaniques qui laissaient libre cours à ses pensées de plus en plus mélancoliques. Quant le même pêcheur la salua de nouveau un peu plus loin, la jeune femme eut un sursaut d'angoisse. Comment était-ce possible ?

Puis, elle se laissa happer par le regard transperçant de cet homme sans âge, vêtu d'une jebba d'un ton clair, que le soleil juste levé illuminait. Sans se poser davantage de questions et sans aucune appréhension, Julie le rejoignit et s'assit à côté de lui. Et face à l'horizon, elle lui raconta son histoire.

Alors que le soleil déclinait, le vieux pêcheur, qui n'avait presque rien dit, tendit le galet, d'un blanc presque pur, en forme de cœur fendu  :

—Trop de larmes étiolent, l'amertume rend faible, la tristesse est vaine. Va, et construit ta vie, lui confia-t-il les yeux dans les yeux en refermant les doigts de la jeune femme sur la pierre polie.

Julie vit tant de bonté et de sagesse dans le regard du pêcheur qu'elle douta de la réalité du moment. Quand il partit le premier, sans se retourner, Julie le suivit des yeux, aussi longtemps que cela lui fut possible. Lorsqu'elle se leva enfin pour regagner son hôtel, elle se sentait rassérénée. Prête à retrouver sa vie et inventer son chemin.

Sans doute Victor avait-il perçu l'absence momentanée de Julie et, pour se donner une constance, il caressait le galet. Julie vit alors défiler des images de ce que serait leur vie à deux : tranquillité fut le premier mot qui lui vint à l'esprit ! Victor resterait un homme affable, sans aspérité, plutôt casanier mais gentil. Tranquillité ne signifie pas monotonie, songea-t-elle.

Car lors de précédentes rencontres, elle avait vu des images beaucoup plus tumultueuses, parfois douloureuses, souvent simplement tristes avec des chemins qui croisaient plus qu'ils n'avançaient ensemble. Elle s'était vue trompée aussi.

Ils convinrent de se revoir. Un diner dans un restau à la mode pour discuter plus longtemps. Julie voulait se donner un temps de réflexion : après tout, elle connaissait de nombreux couples qui filaient ainsi un amour tranquille. Ne semblaient-ils pas heureux pour autant ? Elle récupéra discrètement le galet et le glissa dans sa poche.

Elle prit le bus, perplexe, se reprochant son exigence et son manque d'enthousiasme. Perdue dans ses pensées, elle en oublia de se tenir à une poignée et fut déséquilibrée à l'approche de l'arrêt suivant. Elle se retrouva à terre, un peu sonnée, un peu honteuse aussi. Déjà plusieurs personnes l'aidaient à se relever. Elle les remerciait encore gênée, quand un trentenaire lui demanda si le galet qu'il tenait dans la main était à elle.

Lui apparurent alors des images de rires sincères, de regards complices, de mains entrelacées. Elle plongea son regard dans celui de son interlocuteur puis sur le galet : la pierre n'était plus fendue et était d'un blanc éclatant. Le vieux pêcheur souriait.

PRIX

Image de 6ème édition

Thème

Image de Très très court
125

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de RAC
RAC · il y a
Bien joué ! j'ai baucoup aimé "la boisson pas convenable pour une princesse" !
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Un conte bien écrit et envoûtant ! Mes voix ! Une invitation à
découvrir “Le Vortex” qui est aussi en compétition pour la
Matinale en Cavale. Merci d’avance et bonne journée!
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-vortex-1

Image de Laurence GDN
Laurence GDN · il y a
Un grand merci ! J'irai découvrir "Le Vortex" avec plaisir !
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Merci beaucoup, Laurence GDN !
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
Un galet comme symbole magique ..il fallait y penser...mes voix!
En lice aussi avec ' Les liaisons miraculeuses ' si vous aimez...

Image de Laurence GDN
Laurence GDN · il y a
Merci beaucoup Zouzou ! Et à très bientôt :)
Image de Vinvin Vinvin
Vinvin Vinvin · il y a
Un joli texte plein de tendresse et de simplicité.
Image de Laurence GDN
Laurence GDN · il y a
Merci beaucoup ! C'est gentil à vous !
Image de Keita L'optimiste
Keita L'optimiste · il y a
Je vous donne mes trois voix.je vous invite à découvrir mon texte sur le lien ci-dessous https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/apparait-maintenant
Image de Laurence GDN
Laurence GDN · il y a
Merci Keita de votre visite et de votre soutien !
Et je passe vous lire au plus vite :)

Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Quelque chose de magique. !
Image de Laurence GDN
Laurence GDN · il y a
Merci Ginette !
Image de Dimaria Gbénou
Dimaria Gbénou · il y a
Super bien écrit avec de belles lignes. Excellente histoire bien menée.. Mes voix. ***. +3. Je vous invite à parcourir mes textes en compétition.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/malchance
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/achou-lamour-empoisonne

Image de Laurence GDN
Laurence GDN · il y a
Merci beaucoup !!! Et à très bientôt sur votre page :)
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Ce galet artefact magique est un peu à l'amour ce que fut Excalibur à Arthur. En tous cas, l'idée est excellente et très bien exploitée. J'aime la chute/chute, et je vote.
Image de Laurence GDN
Laurence GDN · il y a
Un grand merci à vous !
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Un très joli conte ! Bravo et bonne chance à Julie… Mais si tout le monde disposait de ce galet, il y aurait sans aucun doute beaucoup moins d'unions ;) ;) ;) ;) ;) ;)
Image de Laurence GDN
Laurence GDN · il y a
Merci Joëlle ! Il faut bien rêver un peu ...
Image de Lyriciste Nwar
Image de Laurence GDN
Laurence GDN · il y a
Merci de votre enthousiasme !
Je passerai vous lire bien sûr !

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Hermia regarda la foule qui se pressait sur la place malgré le froid, sans s'attarder sur aucun visage. Encore une poignée de minutes, le temps pour son bourreau d'égrener les accusations ...