Matinée d'août

il y a
1 min
1
lecture
0
De la contrepoche de la veste, une main fine mais vigoureuse faisait progressivement naître un couteau. Devant la fenêtre, le vieillard était assis à sa table, qui s’occupait de faire un sort à un fond de bouteille. Un rayon fit reflet sur la lame maintenant visible. Une giclée carmine nappa la table nue ; et un filet de sang commençait de s’écouler continûment sur le carrelage. La tête, qu’on avait déposée sur la table, gardait les yeux ouverts et la bouche béante à moitié. On pensa à ouvrir la fenêtre. L’air pénétra la pièce d’une fraîcheur matinale et chargée d’odeurs – non loin, une rangée de tilleuls en était la cause. Huit heures trente-cinq à l’horloge au coucou détraqué, la pièce était nue, n’étaient la table, une chaise et un lit en alcôve qui en peuplaient les différentes aires. A présent, des gouttes, dans leurs chutes répétées et sonores, insultaient au silence des lieux. De l’orbite gauche, on extirpa quasi cliniquement et sans l’entamer un œil bleu atlantique. Le nerf optique sectionné, un pochon vert accueillit l’organe extrait. On passa à la première phalange de l’index, après avoir hésité sur l’oreille droite qu’on finit par épargner. L’os demanda plus de temps, qu’on scia d’un quart avant de le rompre comme on ferait de petits bois. Enfin, l’incisive supérieure, après plusieurs coups savamment distribués sur la gencive, céda et se livra. Deux autres pochons sortirent du manteau bleu marine. Toutes ces choses introduites dans leurs pochons respectifs, on referma la fenêtre. Une feuille et un stylo laissés sur place faisaient état de mystérieuses inscriptions, en Italien. Au dehors, le ciel était d’un immuable bleu d’été. Une profonde inspiration et voilà parti le manteau bleu marine, marchant d’un pas gymnastique à travers tilleuls et platanes. La Toscane chérie n’était plus très loin.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,