1
min

Marathon

Image de K57

K57

390 lectures

24

Qualifié

En faisant deux fois le tour du stade par la mairie à partir de Newport, la distance exacte qui rejoint Heuxcley, celle que parcourt tous les trois mois en courant Al, est un marathon... 42 km 195...
Sur cette route, il est exceptionnel qu’il croise âme qui vive.
C’est pour cela qu'il l’emprunte pour s’entraîner.
Elle serpente, laborieuse, entre ces deux villes.
Telles sont certaines routes en Amérique.


Du camion :
— T’es taré, se faire quelqu’un gratuitement !

Au kilomètre 26, le téléphone portable d’Al sonne :
— Al j’écoute...
— C’est Marie, excuse moi de te déranger durant ton entraînement chéri... Je voulais te dire deux choses... D’abord de ne pas oublier de demander la clef chez les Hudson à Heuxcley, je t’y reprends tout à l’heure... Et puis... Je t’aime... Ça va ?
— Pas trop mal... Je suis à hauteur des lacs, je tourne à trois au kilo. J’vais m’arrêter boire à la source du Yales. Et toi ça va ?
— Ouais ! Les enfants regardent une cassette et j’prépare le repas... T’as pas l’air trop essoufflé... T’es sûr qu’tu cours ?
— T’es chiante... J’prends déjà le portable, en cas d’urgence... Si j’dois m’équiper G.P.S !
— Mais non, j’plaisante !
— Attends, y’a un camion qui arrive sur moi... A fond de train... J’vais m’mettre sur le bas côté. J’t’aime aussi.

L’impact est si violent qu’il éparpille le corps sur cent mètres carrés. Au bout du bras droit retombé dans un champ de blé, le portable est intact... À l’autre bout du fil, Marie, après avoir décliné les « Allos de l’angoisse », s’est tue... À l’écoute du moindre souffle... Elle perçoit bientôt distinctement deux voix différentes ;
— Putain tu l’as fait t’es cinglé !
— T’as vu, c’est aussi simple que ça ! Quand t’as une idée faut aller jusqu’au bout !
— T’es complètement marteau... J’te suis pas sur c’coup là ! J’te préviens j’dirai tout aux flics...
— J’te dis c’est cool, c’est pas lui qui va parler ! Allez on s’tire... Le temps de laver le camion au Yales... Le patron ferait la gueule de voir son logo jaune repeint en rouge...

À l’autre bout du fil Marie avait assez d’indices pour enfoncer dans la bouche de deux pauvres types la gueule de son P.38... Il lui manquait juste un peu de courage...
Il lui vint deux mois après lorsque en fouillant le grenier, un de ses fils trouva une lettre, qui commençait par ces mots :

« Marie,
Depuis le temps que je cours, la seule douleur que j’ai ressentie, est celle de m’éloigner de toi... »

PRIX

Image de Hiver 2017
24

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Zurglub
Zurglub · il y a
Court mais intense... celui-ci ne sera plus jamais finisher...
·
Image de JACB
JACB · il y a
Lapidaire mais bien construit, la chute apporte un peu de douceur...en tout cas c'est original comme histoire! Mon vote!
·
Image de Philippe Clavel
Philippe Clavel · il y a
J'ai bien compris que cette histoire, c'était juste pour nous faire marcher
·
Image de Mary Benoist
Mary Benoist · il y a
Bravo pour la construction de la nouvelle, le style, la fin.
·
Image de Didier Poussin
Didier Poussin · il y a
Folie des hommes
·
Image de Claire Pegan-Lhermitte
Claire Pegan-Lhermitte · il y a
Téléphoné mais net et sans bavure, enfin presque.
·
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Sombre histoire bien construite. J'aime la chute même si se faire justice soi-même n'est pas la meilleure chose à faire.
·
Image de Athor
Athor · il y a
Un bel exemple de lâcheté et de cruauté sur un innocent désarmé. L'utilisation du téléphone dans la narration est très bien pensée, on imagine l'horreur de Marie qui assiste à distance l'agression de son mari en n'ayant que le son et va utiliser par la suite le moindre indice qu'elle aura pu capter. Ce récit reste très pudique sur la vengeance en insistant sur l'élément déclencheur : quelques mots écrits qui font office de dernières paroles. Bravo ! +1
·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Dur et en même temps, prenant.
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Bien construit et bien mené avec un chute splendide. Bravo, K57 ! Vous avez mon vote.
Un peu de patinage pour changer ? http://short-edition.com/oeuvre/poetik/verglas

·