4
min

Manuela dans la brume

Image de Cara Vitto

Cara Vitto

182 lectures

50

Autour de moi, une brume de kouracrite. Je ne vois rien. Rien que de longues volutes d’écumes légèrement bleutées dodelinant sur la roche laiteuse. Ailleurs, tout n’est que brouillard aveuglant et fumée phosphorescente. Manuela est accrochée à mon bras, elle hurle des mots que je ne comprends pas. Je suis encore sonné par l’explosion. À ses gestes secs et nerveux, je comprends : mon masque de silicar est perforé, il m’en faut un autre, vite ! Je tire sur la poignée rouge accrochée à ma combinaison et une coque encercle immédiatement mon visage de sa protection cristalline. Je peux respirer sans me brûler l’intérieur de la gorge, à présent. L’écran du nouveau masque s’allume et je vois Manuela me fixer de son regard perçant des situations d’urgence.
— T’es connecté ?
— C’est bon, j’ai branché le commutoire.
— On va bondir jusqu’au vanSpace. On a été propulsé à trois kilomètres. Pas le temps pour la marche autonome. On a déstabilisé une grosse poche de gaz. Ça va sauter dans cinq minutes. Je branche les propulsars pédestres pour des bonds de cinq mètres, c’est bon pour toi ?
J’acquiesce en hochant la tête. La dernière explosion nous avait projetés comme deux poussières ridicules en dehors de la crevasse. Nous ne résisterons pas à la prochaine. Je suis tellement hébété que je ne sais même pas si je suis allé au bout de l’extraction de la plus prodigieuse et époustouflante boule de kouracrite jamais repérée. La poisse.
— C’est pas vrai ! T’as la jambe paralysée ! T’as rien senti ? Bon, on se solidarise et je branche le propulsar en mode secouriste.
Un voile de silicar se forme aussitôt sur le côté droit de ma combinaison et se soude sur le gauche de Manuela. Nous sommes accrochés des pieds jusqu’aux épaules, prêts à bondir comme une seule bête à trois pattes. Je sens le silicar s’infiltrer le long de ma jambe inerte et s’enrouler autour de celle de Manuela. L’attelle est en place. On n’a jamais eu aussi peu de temps, mais on y arrivera, comme d’habitude.
Tout de suite après la panique, une émotion inattendue apparaît, aussi forte qu’un coup de grisou. Elle surgit de l’intérieur de mes organes : c’est la chaleur de Manuela, pressée contre moi, qui se transforme en un désir brûlant puis en une violente envie de sentir sa chair contre la mienne. Une urgence, encore plus forte que la peur de mourir.
Soudain, la brume s’intensifie, elle devient matière, dense, presque confortable, comme un lit de silicar haut de gamme, comme mon lit, dans l’appartement de la tour Mirma, avec sa vue incroyable sur la ville et sur le Parlement.
Manuela est une géofouineuse talentueuse. Elle dénicherait une boule de kouracrite dans les jardins du Parlement s’il le fallait ! Et comme je maîtrise l’art de m’infiltrer dans les crevasses les plus exiguës, nous formons une des équipes d’extracteurs les plus performantes de Firmi. Comment est-ce que j’aurais pu deviner ce qui allait se passer....
— Bon, tu te réveilles maintenant Charlou !
La brume blanche disparaît. À la place, l’intérieur du vanSpace. C’est beaucoup plus sombre. Plus net aussi. Qu’est-ce qui s’est passé ? J’ai dû perdre connaissance. Manuela n’a pas activé la décoration d’ambiance. Elle est toute seule aux commandes, pas le temps avec le confort. C’est la première fois que découvre l’habitacle du vanSpace brut, sans couleur. C’est pas mal, aussi. Sans fioriture.
Manuela quitte la voie interStellar et rejoint la speedSpace. Elle va pouvoir se brancher en mode automatique, relâcher les manettes et enfin, revenir vers moi. Elle souffle et défait sa combinaison. Ses cheveux auburns scintillent de mille reflets orange. D’un léger mouvement de tête, elle fait voleter ses mèches soyeuses en dégageant son cou et son décolleté si fin et délicat. Je voudrais la prendre dans mes bras, là, maintenant, tout de suite, caresser sa peau de velours et sentir l’odeur de son parfum caché derrière ses cheveux.
— Qu’est ce que t’as foutu, Charlou ? T’avais pas vu la poche de gaz ?
Bien sûr. L’extraction. L‘explosion. Nous sommes vivants. Manuela m’a sauvé. Encore une fois. Je fouille ma poche fébrilement. Si au moins, j’avais le kouracrite, elle serait un peu moins en colère.
— Je l’ai ! Et t’as vu la grosseur ! Incroyable ! Notre plus belle prise. Ça valait le coup, non ?
— T’as encore oublié de mettre tes gants.
— Pas grave.
— Si c’est grave ! Tu m’emmerdes à faire ce que tu veux, quand tu veux, sans écouter les autres ! Bon sang, t’es pas tout seul, Charlou ! Le kouracrite te contamine ! Alors, bordel, fais gaffe !
J’enlève ma combinaison, embarrassé, et m’installe à ses côtés. J’ai du mal à supporter son regard accusateur. Je plonge dans sa colère et découvre encore une nouvelle émotion. Je crève d’envie de l’embrasser.
— Qu’est-ce qui s’est passé hier, Manuela ?
— On ne doit en parler à personne, Charlou, à personne !
— C’était...incroyable, non ?
— Mais enfin, Charlou.... Je ne sais pas si tu réalises....tu aurais pu m’en parler, me prévenir, je suis ta coéquipière tout de même, tu aurais pu me faire confiance. Quand est-ce que tu as commencé à te transformer en homme ?
— Dix mois. Peut-être un an. Tu avais remarqué quelque chose avant...avant hier ?
— Remarqué ou pas, ça ne change pas le problème. C’est à cause des gants, hein ? C’est le contact avec le kouracrite qui provoque cette transformation ? Bon, en tout cas, il faut arrêter, Charlou, c’est trop dangereux.
— Mais Manuela, hier, c’était extraordinaire, à couper le souffle ! Je n’avais jamais ressenti une chose pareille. Et toi non plus, je l’ai bien vu. Tu te rends compte, ça existe vraiment, ce truc qu’on raconte dans les mythes, ce feu d’artifice entre deux corps. C’est pas une histoire, c’est pour de vrai !
— Mais c’est interdit ! Tu deviens un homme, Charlou ! Un homme ! Si on le découvre, tu seras abattu sur le champ !
— Pas de transformation sur la planète Firmi, je sais.
— Si les Cuirassons t’attrapent, ils nous tueront tous les deux, toi pour la transformation et moi pour avoir été ta complice. Sauf si tu arrêtes de toucher du kouracrite et que tu redeviennes comme avant.
— Autant me dénoncer tout de suite et te trouver une autre équipière ! C’est trop fort ce que nous vivons, comment pourrait-on s’en passer ? Non, Manuela, écoute, j’y ai réfléchi toute la nuit, c’est un peu fou, un peu insensé, mais...et si on partait ? Si on allait vivre sur une autre planète ?
— Donc, devenir des fugitifs recherchés par le Parlement.
— Mais c’est quoi ce speedSpace, Manuela ? Je ne reconnais pas ce chemin. On dirait la voie pour le désert de Nogi. On se rapproche de la caserne des Cuirassons, non ?
Une alarme stridente retentit dans le vanSpace. Elle vient d’en haut. Le toit de silicar se fait transparent et laisse apparaître un BombarSpace impressionnant. Deux Cuirassons en sortent. Ils s’avancent, droits dans leur bulle de silicar et l’un deux commence à fusionner son silicar avec le toit de notre vanSpace pour le traverser.
— Qu’est-ce que tu as fait Manuela ?
Ma bien-aimée est livide. Son regard multicolore cherche désespérément quelque chose par terre, des mots qu’elle n’arrive pas à me dire.
— Je savais, Charlou. Je savais tout. Depuis le début.
— Tu m’as trahi ?!
Le Cuirasson est presque à l’intérieur. Il descend et quitte sa bulle de silicar en me regardant. Il n’y a aucune émotion dans ses yeux.
— C’est lui, là ? Charlou ? Bon, allez, on y va.
— Comment as-tu pu me faire ça, Manuela ? Pourtant, j’étais persuadé, hier...
Manuela fouille nerveusement dans sa poche et en sort une petite boule de kouracrite qu’elle donne aussitôt au Cuirasson.
— Une boule de 250. Comme convenu. Maintenant, tu désactives nos deux identités des tablettes du Parlement.
Le Cuirasson attrape la boule, la fourre dans sa poche et se met à pianoter sur son bras en le montrant à Manuela. Puis, il repart, l’air satisfait et renfrogné à la fois.
— Je savais, Charlou. Je savais tout. Bien avant toi. Et il faut croire que je suis amoureuse depuis bien plus longtemps que toi.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
50

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Virginie Lloyd
Virginie Lloyd · il y a
Super rythme ! Poétique ! Bravo !
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
J'aime. Je vote. 5 voix.
Je suis aussi en compétition avec une brume brumeuse ... :
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ainsi-soit-il-2

·
Image de Didier Caille
Didier Caille · il y a
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Un très beau texte !
Si vous souhaitez un commentaire précis et argumenté, n'hésitez pas à demander et, de même, ne vous gênez pas pour venir commenter, critiquer ou même détester ma "Frontière de brumes"...
Tous mes vœux pour cette nouvelle année !

·
Image de Cara Vitto
Cara Vitto · il y a
Merci Richard Laurence, merci pour vos voeux, je vous adresse également les miens, une année d'écriture palpitante et vous avez mes voix!
·
Image de Skimo
Skimo · il y a
Kouracrite, ou , amouracrite, ça s'achète où ? Mes votes. Ailleurs dans l'univers, on joue aussi avec la matière: http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/il-etait-une-fois-dans-lunivers Merci d'avance
·
Image de Cara Vitto
Cara Vitto · il y a
Merci Skimo, vous avez mon soutien et je vous souhaite une très belle année
·
Image de Coraline Parmentier
Coraline Parmentier · il y a
J'aime ce récit et le développement des personnages est très bien construit ! Mes voix !
Si vous voulez connaître mes déesses des eaux, vous pouvez embraquer sur la barque solaire du dieu Rê et rejoindre mon royaume embrumé...
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-royaume-dans-la-brume

·
Image de Cara Vitto
Cara Vitto · il y a
merci Coraline. je vous souhaite une très belle année et je vous ai donné mes voix!
·
Image de Fraziejames
Fraziejames · il y a
Un récit bien construit.
·
Image de Cara Vitto
Cara Vitto · il y a
Merci beaucoup Frazijejames
·
Image de Michel Capelier
Michel Capelier · il y a
Du Cara Vitto pur jus, quelle imagination ! a voté.
·
Image de Cara Vitto
Cara Vitto · il y a
Merci beaucoup Michel!
·
Image de Tontonkostodesiles
Tontonkostodesiles · il y a
Belle histoire !!
Bravo Cara

·
Image de Cara Vitto
Cara Vitto · il y a
Merci beaucoup Tontonkostodesiles.
·