Ma langue au chat

il y a
3 min
140
lectures
69
Qualifié

Soutirer une larme, provoquer un sourire, faire naître une émotion. Telle est ma devise  [+]

Image de 2021
Image de Très très courts
Chers lecteurs, je vais vous révéler un secret , car je sais que vous saurez le garder. Ce n'est pas un simple secret, c'est Le secret, celui que j'ai farouchement gardé pour moi durant toutes ces années.
Je sais parler aux animaux. Plus précisément, je traduis de façon spontanée ce qu'ils disent et l'interprète dans notre langue.
Je l'ai découvert par hasard. Un jour que je corrigeais des copies à la maison tout en caressant mon félidé domestique, une adorable petite boule de poils, j'ai entendu une voix mielleuse me dire : » Tonton Zak, gratte-moi le crâne ! » Tout d'abords, j'ai cru que mon smartphone avait lancé une recherche sur Google et me donnait les résultats à voix haute. Ne voyant rien venir, mon chat me regarda dans les yeux et répéta sa demande, cette fois avec un fort accent oriental et en roulant le « r » de crâne. Il faut dire qu'elle était Persane. En état de choc, je m'entendis lui demander
- » Comment tu t'appelles ?
-Mon vrai nom est Mi-Yao » me répondit-elle.
-Et cela veut dire ? » me surpris-je à demander.
-Devine ! Me défia-t-elle.
-Je donne ma langue au chat » capitulé-je.
-Chat-perché, » lança-t-elle, sur un ton professoral. Elle m'avoua qu'elle aimait bien aussi le nom de Zineb Berrada ( grande famille au maroc dont les origines remontent jusqu'en espagne) que je lui ai donné en hommage à sa nonchalance, à la blancheur de son pelage et le bleu de ses yeux, malgré qu'elle n'aimait pas cette manie d'anthropomorphisme et l'insistance que les hommes ont pour attribuer des caractéristiques du comportement ou de la morphologie humaine à d'autres êtres vivants.
J'avais lu quelque part que les gens qui communiquent avec leur animal de compagnie sont des personnes intelligentes et sensibles. Dans mon cas, je sentais que j'étais sur le point de perdre la raison et toute sorte de sensibilité. Quelques jours plus tard et quelques nuits agrémentées par des cauchemars où je me voyais constituer le plat de résistance trônant sur un buffet d'une grande cérémonie dont les invités sont des léopards et des tigres, habillés en Djellaba pour les mâles et caftan pour les femelles, j'ai fini par me rendre à l'évidence. J'ai hérité du don de Salomon. Il s'ensuivit de longues conversations avec mon chat. En rentrant le soir du travail, on se mettait sur la véranda pour profiter de la beauté du jardin en ce début de printemps. Des fois, on admirait en silence la verdure et les orangers en fleurs. D'autres fois, mon chat avait la Tchatche et il parlait durant des heures.
Elle me raconta notemment que sa lignée remonte jusqu'en Egypte pharaonique. Grâce au courage de ses ancêtres qui protégeaient les silos de blé contre les rongeurs et éliminaient en même temps des vecteurs potentiels de maladies comme la peste , les chats y jouissaient d'un grand respect. A mon tour, je la pris pour confidente et lui racontait mes petits déboires de la vie.
Une idée naquit dans mon esprit qui, me semblait-il constituerait un nouveau départ pour moi, une renaissance en quelque sorte. J'allais enseigner quelques tours à mon chat, faciles maintenant que la communication passe entre nous, mais qui paraitrons géniaux au public. Nous irons nous produire dans les plus grands cirques du monde. Je lui apprendrais à chanter et en ouvrant et fermant la bouche, me ferais passer pour un grand ventriloque. Les talk-show nous inviterons et payeront le prix fort, assurés qu'ils sont de faire exploser l'audimat. A nous la célébrité, les voyages et les séjours dans les grands hôtels du monde et pourquoi pas la Mamounia (célèbre palace dans Marrakech, la ville ocre). Mon ambition n'avait plus de limites.
J'enregistrais donc une vidéo de notre duo artistique et l'envoya un peu partout. Deux semaines plus tard, je reçu une invitation pour une audition au Cirque du Soleil. Ma joie était grande. J'allai tout de suite présenter ma démission au travail, retirer mes économies à la banque et réserver un billet d'avion pour New-York.
Durant tout le voyage, le chat garda le silence. J'expliquai cela par le stress et la peur de monter sur scène. Le soir, dans la chambre d'hôtel sur la cinquième avenue, il refusa de répéter, prétextant une fatigue. Le lendemain, nous nous rendîmes au studio pour l'épreuve orale. Le chat resta aussi muet qu'une carpe et, malgré mes supplications, refusa d'exécuter aucun de nos numéros convenus. L'examinateur, peu enclin aux plaisanteries, nous congédia sèchement. Depuis ce jour, mon chat partit et je ne le revit plus.

C'est en tombant sur cette citation de Théophile Gautier :
''Le chat est une bête philosophique, rangée, tranquille, tenant à ses habitudes, amie de l'ordre et de la propreté et qui ne place pas ses affections à l'étourdie : il veut bien être votre ami si vous en êtes digne, mais non pas votre esclave'', que je comprit. Au fait, je n'avais aucun don ; c'est le chat qui s'était mis au diapason de mes ondes cérébrales et nous communiquions par télépathie. Mi-Yao, si tu lis cette lettre, reviens ! Je promet d'être à la hauteur de ton amitié.
69

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,