M. Giraud

il y a
2 min
287
lectures
29
En compétition

J'ai envie d'écrire depuis de nombreuses années sans jamais avoir vraiment eu l'audace de franchir le pas. Mon rêve le plus fou serait que le cinéma fasse vivre une de mes histoires  [+]

Image de Été 2020

Monsieur Giraud est femme de ménage, comme il aime souvent le répéter, pour rigoler. Un métier, qui ne se décline pas au masculin, mais pourtant c’est ce qu’il est. Son salaire lui permet de survivre dans un minuscule appartement, au sixième étage d’un immeuble sans ascenseur, dans la banlieue sud de Lyon.
Alors, il boit pour oublier sa femme qui l’a quitté un matin de février et ses enfants beaucoup trop grands qu’il n’a pas vus depuis longtemps. Il boit surtout pour oublier sa vie ratée qu’il ne pourra plus jamais recommencer.
Mais monsieur Giraud a un secret, que personne ne connaît, même pas André son voisin de palier qui l’a souvent ramassé dans les escaliers où il était affalé complètement bourré.
Dans le bar de son quartier, tous les soirs, il retrouve les habitués qui lui payent un verre souvent par pitié.
Quand il parle, personne ne l’écoute, il n’est que l’ombre du décor de ce café fade à crever.
Il y a bien longtemps, un ami lui avait trouvé un poste de professeur. Jusqu’au jour où il a été viré parce qu’il oubliait ses élèves sur les marches de l’escalier, devant la porte fermée.
Un soir de janvier, monsieur Giraud a enfilé son costume un peu serré et il a apporté dans le café une petite boîte capitonnée. Elle contenait trois morceaux qu’il a assemblés avec dextérité, faisant naître sous ses doigts une flûte traversière, « un instrument de femme » comme répétaient souvent ses parents.
Et puis il a joué, faisant vibrer les notes sous ses mains d’artiste, un son d’une pureté sans pareille, d’une beauté à faire pleurer. Dans le grand café de son quartier, chacun l’a écouté, émerveillé. Le brouhaha s’est arrêté avec le temps, suspendu à son souffle.
C’était cela son secret, des années au conservatoire à s’entraîner dans les salles surchauffées. Des concerts dans le monde entier, applaudi et adulé, il a brillé comme une étoile au firmament, jusqu’à se brûler en touchant le sommet. Il s’est éteint comme un feu de paille qui a fini de se consumer.
Il a démonté sa flûte avec délicatesse et l’a rangée dans sa boîte capitonnée, caressant un instant le velours élimé, une larme roulée au coin des yeux. Il est parti sans se retourner en la laissant sur le comptoir du café.
C’est André qui l’a retrouvé devant la porte d’entrée. Engoncé dans ses habits de gala qu’il n’avait pas encore quittés. Monsieur Giraud est décédé sous la pluie d’un matin de janvier ; pourtant, cette fois, il n’était pas bourré.
À son enterrement, point de curé, monsieur Giraud était athée. Il est parti sans cérémonie, en toute simplicité. Il y avait André, son voisin de palier, et Herman, le barman du café où il a passé ses soirées pendant des années.
Sur sa stèle à présent oubliée, les ronces ont poussé, envahissant le caveau que les ouvriers viennent de casser, car les places dans ce petit cimetière sont rares et recherchées.
À vous, monsieur Giraud, dont les adolescentes intransigeantes que nous étions se sont souvent moqué.
À toutes ces heures passées à discuter dans les escaliers de l’école de musique à attendre en vain votre arrivée.

29
29

Un petit mot pour l'auteur ? 48 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Laurent Rétoret
Laurent Rétoret · il y a
Cette flûte-là, ce n'est pas du pipeau! Très joli texte Agnès!
Image de Agnès BERGER
Agnès BERGER · il y a
En effet. Merci
Image de Vrac
Vrac · il y a
Une vie en peu de mots... le mystère de monsieur Giraud, en dépit du secret révélé...
Image de Agnès BERGER
Agnès BERGER · il y a
Merci
Image de jc jr
jc jr · il y a
Ce récit prend aux tripes. Je me suis attaché à Mr Giraud, perdu dans la musique et dans l'alcool.Grandeur et décadence. Émotions et réalité. Merci. JC
Image de Agnès BERGER
Agnès BERGER · il y a
Merci pour votre commentaire
Image de Aurélie Gloux
Aurélie Gloux · il y a
Bravo Agnès pour ce texte bien écrit et enveloppé de poésie.
Image de Agnès BERGER
Agnès BERGER · il y a
Merci
Image de Gina Bernier
Gina Bernier · il y a
Un grand homme ce monsieur Giraud, que la vie l'aura blessée, que sa famille n'aura pas su l'aimer et lui faire oublier ses démons, sa dépendance à l'alcool. J'aime votre histoire.
Image de Agnès BERGER
Agnès BERGER · il y a
Merci
Image de Paul Marie
Paul Marie · il y a
tres emouvante histoire..
Image de Agnès BERGER
Agnès BERGER · il y a
Merci pour votre commentaire
Image de Olessya Mendelevich
Olessya Mendelevich · il y a
Une belle histoire!
Image de Agnès BERGER
Agnès BERGER · il y a
Merci beaucoup
Image de loup blanc
loup blanc · il y a
txte trés poignanat , on sent peut-être que l'auteur a dû rencontrer un musicien qui n'a pas u de trés grande chance pour démarrer une carrière d'instrumentiste
moi m^meme j'ai connu , ilya cnq ans un prof de piano excellent ,mais en fin de crrière das les écoles du secondaire ,avec fermetures d'emploi dans les lycées , s'est retrouvé agent territorial ,dans une médiathéque ,prés de Perpignan !
Certes , cntre mauvaise fortune , elle a dû accepté ce poste , en serrant les dents mais , en 2020 , ellest plus heureuse d' être en retraite et d'organiser ses propres récitals de piano ,à titre personnel ,pour le simple partage d la grande Musique , notamment les "Romantiques " du XIX ° siécle !!
un autre type de destin brisé , en quelque sorte !!!

Image de Agnès BERGER
Agnès BERGER · il y a
Il est vrai que la vie est parfois cruelle et qu'elle n'épargne personne.
Merci pour votre commentaire

Image de Cerise R.
Cerise R. · il y a
C’est poignant ! Combien de « monsieur Giraud » croisons-nous sans le savoir ou tout simplement parce que nous ne voulons pas voir ? Merci pour ce récit qui peut inviter à y réfléchir.
Image de Agnès BERGER
Agnès BERGER · il y a
Merci pour votre commentaire.
Image de Pierre PLATON
Pierre PLATON · il y a
J'aime à entendre ainsi parler de ces personnages que l'on regrette d'avoir délaissés, mal compris ou incompris, cachant leur secret... Un beau récit !
Image de Agnès BERGER
Agnès BERGER · il y a
Merci beaucoup.

Vous aimerez aussi !

Très très courts

La barque neuve

Claude Moorea

Ils sont trois dans la barque toute neuve.
Partis dans cette fraîche aube d’automne qui sent le goémon pourri et les pommes suries. Le temps est encore beau. Les vagues sont au repos.... [+]