2
min

Louis

Image de Cra Gheal

Cra Gheal

31 lectures

3

- Bonjour Madame. Excusez-moi de vous aborder de manière si directe, mais à tout hasard, avant que vous ne rangiez ce chariot avec les autres, serait-il possible que je le prenne ?
La voix agréable qui venait de se faire entendre fit quand même sursauter la femme qui se retourna vivement pour découvrir un petit homme, un béret enfoncé sur son crâne dégarni. Tendant une pièce d’un euro avec sa main droite, l’homme souriait. Ce n’était pas la première fois que l’on posait cette question à Marie et elle-même avait déjà usé de ces mots. Aussi accepta-t-elle la pièce et abandonna-t-elle le chariot sur place. L’homme la remercia et s’avança vers les portes automatiques, poussant le chariot en claudiquant et sifflotant un air guilleret.

S’il y a bien une chose que Louis détestait par-dessus tout, c’était l’injustice. Louis estimait que dans ce monde, dans notre monde, dans son monde, l’injustice n’avait pas sa place. Tout ne devrait être qu’ordre et justice. Et plus particulièrement, tout ne devrait être que dans l’ordre établi par Louis. Si le moindre grain de sable devait venir perturber l’ordre décidé par Louis, alors, la justice se devait d’être appliquée par Louis.

Louis le savait, la justice se devait d’être administrée avec fermeté, avec violence même si cela était nécessaire. Mais la justice devait être juste. Elle devait être équitable et proportionnelle au désordre mis dans le monde de Louis. Louis le savait, il n’appliquait pas sa justice de la même manière selon le degré de désordre mis dans son monde.

Aussi, après avoir attendu plusieurs minutes qu’une place se libère, quand l’autre véhicule prit sa place, celle qu’il attendait patiemment depuis plusieurs minutes, il se mit en colère. Il ne trouvait cela ni juste, ni agréable. Il avait passé du temps à attendre et le gabarit de sa voiture sans permis n’aurait pas dû s’incliner face à l’impressionnant véhicule tout-terrain qui lui avait volé sa place. Le temps que l’autre finisse de se garer, il avait tiré le frein à main, était sorti de sa voiturette en s’appuyant sur une béquille et attendait que l’autre descende de son engin.
- Tu vas pas me faire chier longtemps, connard ! maugréa Louis.
Dès que le conducteur eut posé le pied par terre, il frappa. La rotule de l’autre craqua sous la béquille lestée et il lâcha un cri de douleur en s’affalant, le visage contre le bitume. Louis utilisa sa jambe valide pour lever son pied et abattre violemment son talon sur l’une des mains de son adversaire qui ne cria pas assez fort pour couvrir le bruit des os qui se cassaient. Après un dernier coup de pied à la tête, Louis laissa là sa pauvre victime, remonta dans sa voiture et alla se garer quelques places plus loin.

Tandis que Marie rejoignait sa voiture, elle entendit les pleurs assourdis d’un enfant. Regardant autour d’elle, elle aperçut, à quelques mètres, un 4x4 dont la portière était ouverte. Alors qu’elle s’approchait, les sanglots se faisaient plus fort. Au milieu des larmes, la voix d’une petite fille appelait sa mère. Obnubilée par ces lamentations, Marie ne vit la femme que lorsque son pied buta contre le corps inconscient.

En rejoignant sa place de parking, Louis passa à côté d’une ambulance dont les gyrophares jetaient des lumières bleues sur les carrosseries des voitures à proximité. Lorsqu’il eut déposé ses courses dans le coffre, il ramena le chariot avec les autres. En retournant à sa voiturette, il croisa la femme qui lui avait abandonné le Caddy. Cette fois-ci, elle tenait une petite fille en pleurs dans ses bras, tandis qu’infirmiers et médecins s’affairaient tout à côté. Levant sa béquille d’un geste amical en direction de la femme, il la remercia une nouvelle fois pour son geste alors qu’elle lui répondait d’un signe de tête discret.
- Tu vois ma petite, chuchota Marie à l’oreille de l’enfant, il existe quand même des gens honnêtes et gentils dans ce monde.
3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Oups ! je ne découvre qu'aujourd'hui ce texte horrible...
Ce n'est certes pas agréable de subir les "incivilités" des autres, encore faut-il essayer de comprendre le contexte et... discuter. Cet "extrémiste" du juste/injuste est effrayant !

·
Image de Lammari Hafida
Lammari Hafida · il y a
Aller jusqu'au bout de ses désirs! Passionnante lecture! +1 Je vous invite à lire http://short-edition.com/oeuvre/poetik/voyage-24 et merci!
·
Image de Anna Hoser
Anna Hoser · il y a
quel monstrueux petit homme ! comme quoi, il ne faut jamais se fier aux apparences ...
·