1
min

Loin d'elle

Image de Marie Kléber

Marie Kléber

185 lectures

21

Qu’avait-elle dit déjà ?

Rien. Ou si que c’était terminé, c’est ça. Plus de sentiments. L’amour envolé. Ou bien un autre. Avait-elle mentionné un autre homme ? Et l’amour nouveau, embrassé. Peut-être.

A quoi bon se souvenir, puisque de toute façon, elle avait dit la fin. Et la fin ça se vit dans le silence tragique de l’après. Ça n’a pas d’autre consistance que le vide. Une fin ne construit rien, elle ne se discute pas. Elle s’insinue en nous et il faut gérer.

Je voudrais ne plus penser, ne plus me souvenir. Je voudrais que son visage disparaisse entre deux stations ou presque, qu’il ne reste plus rien de sa bouche surlignée de rouge, de ses cils noirs recourbés, de ses mains gantées de crème aromatisée à la rose, de la mélodie sensuelle de son buste calé contre le mien.

Immobile au milieu de la foule compacte de l’heure de pointe, je me sens comme un fou perdu dans le bain de la vie, fou d’y avoir cru, fou de m’être laissé emporter par la vague bleue de ses yeux.

Je veux oublier. Tout. Me perdre quelque part dans un univers où la mémoire me quitterait pour me laisser guérir en paix. Un endroit loin du monde, de sa course, de son chaos. Loin de tout ce qui me rappelle, Elle.

Pourtant c’est le monde qui me tient, ce matin, dans cette rame bondée. Il me sert de tuteur, m’aide à rester debout, alors qu’à l’intérieur tout explose, les écrous sautent, les joints se brisent, la machine s’emballe et le cœur se dévisse.

Je suis là sans être. Je respire tout juste. En pilote automatique, je dérive, le regard braqué sur l’absente.
21

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de @ fjäder
@ fjäder · il y a
C'est joliment triste.
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
C'est beau, grave ... doux aussi .. j'ai vraiment aimé !
Image de Vrac
Vrac · il y a
Merveilleux quand la foule nous presse contre l'être aimé. Sinistre quand la presse redevient anonyme. La description est fine
Image de Sidonie Larue
Sidonie Larue · il y a
J'aime beaucoup. Des images très poétiques.
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Vivre sans l'autre , seul au milieu de la foule .
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Votre tristesse est communicative...
Image de Chbani Zaki
Chbani Zaki · il y a
Très poétique. Bravo.
Image de Philippe Barbier
Philippe Barbier · il y a
Un beau texte
Image de Fredo la douleur
Fredo la douleur · il y a
J'ai beaucoup apprécié la justesse de ce Court où l'absence de l'être aimé semble nous amputer d'une partie de notre conscience, de nos fonctions, de notre cœur... La persistance de l'image et du souvenir après la rupture...

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

NOUVELLES

Vie. Trois lettres. Un mot tout petit pour évoquer quelque chose de grand, d’immense, d’indescriptible souvent. La vie qui défile et se défile aussi. La vie qui tient à un fil. Au-dessus du ...