Lire

il y a
1 min
21
lectures
0

Petite brune, tout ce qu'il y a de plus banal mais inspirée au détour d'une belle mélodie. Amoureuse des mots et des personnages attachants  [+]

« Il faut écrire pour soi, c’est ainsi que l’on peut arriver aux autres » Ionesco
Alors si j’écrivais pour moi afin d’arriver aux « autres »... Sur la lecture, mes lectures.

Pour être sincère c’est pas brillant...

Ma mémoire me ferait-elle défaut ou est-ce bien vrai?

J’ai quelque peu perdu le plaisir des pages...

Mes lectures sont devenues celles imposées. Et lorsqu’on m’impose, je m’oppose, ça bloque. Aie mes études sont faites de ça.

Mais j’aime lire lorsqu’une musique, une luminosité, une chaleur, un reflet, une citation, une émotion, un souvenir m’en donnent l’envie.

Désormais c’est une succession de « il faut ».

Les phrases, le papier, les pages qui tournent, le livre abimé par le temps, les chapitres raturés, surlignés. Leur aspect me plait.

Mais...

Ce Stendhal, ce Sterne. Hermétisme total.

Dans le bus, le métro, ou lorsqu’il y a une coupure électricité : au coin d’une bougie, avec petit chat sur les genoux, sous le plaid, sur le canapé douillet, là, le plaisir de lire revient. Parce que c’est l’origine. Plus de télé, plus de facebook. Juste les pages et le silence. Pas de fond sonore télévisuelle. Juste le plaisir virtuel et « fictionnel » dont la lecture a le secret. Un retour aux choses essentielles, un retour à soi, très simplement.

Lecture imposée. Lecture difficiliement digérée. Lecture qui ne me reste plus gravée.

Pour faire face à ces lectures « imposées » je feuillette l’encyclopédie du rock’n roll, le dictionnaire mondial des films ou celui des mythes littéraires. Je cherche ailleurs, je fuis ces phrases qui ne me touchent pas.

Triste de ne plus aimer emmener un livre partout et l’ouvrir dès que l’occasion se présente. Triste de ne plus vouloir lire. Triste de devoir écrire une envie qui n’est plus.

Merci à Salvayre et Siméon. J’ai retrouvé le gout de lire sans se forcer, juste lire sereinement, à travers leurs mots.

Siméon. Auteur qui m’a touché par la chair de sa plume. Bienfait énorme. Je pensais n’être sensible qu’aux mélodies et aux paroles. Mais non. Merci, je suis un peu rassuré.

Avec sincérité je confesse, la lecture n’est plus ce qu’elle était à mon coeur. Bref en soit, Bon j’espere que ça reviendra.

C’était personnel, donc parfaitement brouillon.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Papy

Vin Yl

Rien ne mord. Des heures que nous sommes ici et rien ne mord. Le temps est pourtant clément, d'un bleu infini qui s'étend sous nos yeux, sur l'océan comme dans le ciel. Ce miroir idyllique est la... [+]


Très très courts

Noël Market

Nicolas Juliam

Les illuminations se sont installées dans les villes, portées par l’enthousiasme des enfants et l’énergie débordante des centrales nucléaires. Les papiers cadeaux vont bientôt se déchire... [+]