5
min

L'homme de pierre

Image de André Page

André Page

545 lectures

543

FINALISTE
Sélection Jury

En fin de séance, le notaire décacheta une grande enveloppe blanche posée bien en évidence sur sa table depuis le début et qui attirait le regard intrigué des trois personnes assises devant lui, un homme et deux femmes. Après un bref coup d’œil sur le contenu de la mystérieuse missive, il en commença la lecture après s’être tellement éclairci la voix qu’elle en sortit presque aussi blanche que la grande enveloppe.

« Mes enfants... Un homme doit toujours dire par prudence “mes enfants” même s’il croit comme moi n’en avoir eu qu’un, c’est l’une des grandes lois de la nature, généreuse en surprises de toutes sortes... Ceci est mon testament moral, écrit pour vous parler de votre arrière-grand-père Robert qu’aucun de vous n’a eu le temps de connaître, enfin rien n’est moins sûr, car contrairement à moi, il n’est peut-être pas mort. »

Un murmure parcourut la petite assemblée. Impatient de connaître la suite, le notaire continua, d’une voix qu’il voulait la plus neutre possible, mais qui lui échappait parfois.

« Ses muscles étaient étonnamment durs. Aussi durs que les statues qu’il sculptait. Il marchait sur un fil dans son jardin, faisait la croix de fer aux anneaux à un âge avancé, l’équerre et des tractions sur un bras dans son atelier sur un trapèze, la planche avant ou le drapeau pour un oui, pour deux non. C’est pour cette raison qu’en mon for intérieur, je l’appelais “l’homme de pierre”.

Son travail était de sculpter des meubles, et ses gouges frappées au marteau ou de sa paume faisaient jaillir de l’âme du bois rosaces, volutes, frises, animaux divers, mais aussi ces chutes, copeaux et sciure avec lesquels je passais des heures à m’amuser. Mais sa vraie passion était la sculpture de statues de bois et de pierre, et sa femme passait pas mal de temps à faire visiter sa maison et son jardin aux classes d’école et à tous ceux qui le voulaient.

Sa première œuvre fut réalisée au canif pendant son service militaire. Il y eut ensuite des animaux de toutes sortes, des Christs, piétas, têtes d’enfants, Marcel Cerdan, Beethoven, Henri IV ou ce buste de Luis Mariano que le théâtre du Châtelet voulut lui acheter un bon prix, mais qu’il refusa de vendre, disant qu’il était invendable à sa vraie valeur, vu le temps qu’il y avait passé.

Il sculptait ses œuvres en cachette dans un autre atelier construit au fond d’un champ, à distance de la maison. Son plaisir était de les dévoiler entièrement terminées à sa femme qui faisait alors semblant de les découvrir, alors qu’elle en avait observé à plusieurs reprises la longue évolution. Mais il ne se contentait pas de sculpter et déployait une énergie farouche à mettre en valeur ses créations, à les animer, même, en inventant des machines qu’il prenait plaisir à me montrer, quand j’étais petit.
— Tu vois, cette machine à polir le marbre, c’est moi qui l’ai inventée. Aucune machine existante n’aurait pu le polir si finement. Regarde le socle de cette statue. On dirait que c’est une seule plaque de marbre rose et vert, en réalité ce sont des centaines d’éclats de marbre assemblés, collés avec une colle spéciale de mon invention, aussi, qui m’a demandé un an d’essais. Ses yeux brillaient d’une fierté contenue qui me faisait du bien, car je me disais que je descendais de lui.

D’un cercle de roue de charrette il fit un jeu d’échecs selon le même principe et partait souvent en montagne chercher du marbre tandis qu’il ramenait du bord du gave des pierres ou du bois, et un jour un tronc d’arbre entier, dans lequel il sculpta une Diane chasseresse nue. Il portait malgré sa petite taille des charges énormes sur sa brouette et ceux qui voulurent parfois l’aider se souviennent encore avec effarement du poids qu’il arrivait à déplacer.

Sa première invention fut une main gratte-dos au bout d’un bâton, qui a fait rire toute la famille. Ont suivi des personnages animés par des moteurs électriques et des fils, comme le loup et les trois petits cochons dansant sur un char, ou un moulin dont les ailes tournaient tandis qu’une fenêtre s’ouvrait à l’étage laissant le meunier se pencher vers la porte du bas qui s’ouvrait alors, faisant apparaitre la meunière avec un balai. Ces portes et fenêtres se refermaient ensuite en claquant, pour ma plus grande joie. Des poules se déplaçaient aléatoirement à côté grâce à un aimant et un tapis roulant emmenait de petits personnages vers le moulin, conduisant des chevaux et des mules y apportant des sacs de grain. Juste avant de disparaître il était en train de concevoir une grenouille animée jouant de la guitare, disant ainsi joindre l’inutile à l’agréable. »

Le notaire s’arrêta un instant, hésitant à poursuivre. Il continua enfin, détachant bien ses mots.

« Je dis bien “disparaître”, car il n’est probablement pas mort. Il venait de réaliser des œuvres étonnantes que toute la ville vint visiter. Le pont-vieux d’Orthez sur un petit bassin de son jardin, la tour Moncade et la maison ronde, un ancien moulin à eau. Des œuvres construites avec un ciment spécial de son invention dont il n’a voulu révéler la composition à personne. Je peux seulement dire qu’il se servait d’éclats de coquilles de bigorneaux pour produire des reflets nacrés sur ses poissons ou sur la collerette de son d’Artagnan.

Il validait ses décisions à l’aide d’un pendule qui lui servit aussi à trouver de l’eau pour des puits et même une jeune personne disparue. Un jour, il m’annonça que j’aurai trois enfants et comme il ne se trompait jamais, je préfère utiliser le vouvoiement à l’heure où est lu ce testament. Ce pendule valida enfin la plus étrange de ses inventions, l’immortalité. Condamné par la médecine pour un cancer de la peau à l’oreille et au front, il se mit à ingurgiter jour après jour de petites quantités de l’un de ses ciments spéciaux, avant d’augmenter peu à peu les doses. Ma grand-mère était horrifiée.

— Les statues n’ont pas faim, n’ont pas soif, n’ont pas froid et ne sont pas malades ! Elles n’ont plus envie de pisser ! assena-t-il enfin en voyant nos regards atterrés. Et elles vous aiment, se radoucit-il brusquement.

C’est à ce moment qu’il devint pour de vrai l’homme de pierre. Après un long dernier regard à sa femme, nous le vîmes avaler coup sur coup quatre verres de ciment colle spécial de plus en plus épais. Sa peau durcit peu à peu et ses yeux devinrent soudain d’un gris pâle et lointains. Il versa sur sa tête et ses vêtements un récipient contenant un ciment blanchâtre plus liquide qui épousa vite toutes les formes de son corps, puis son visage esquissa un sourire qui se figea en quelques secondes pour l’éternité. Nous nous demandâmes s’il était immortel ou bien mort, s’il fallait rire ou pleurer, et avions tous en tête ce jour où s’étant levé pour partir à la fin d’un repas nous nous étions aperçus qu’il n’avait pas de chaise et n’était assis sur rien.

Nous veillâmes une partie de la nuit cet homme qui était en train de sécher sur pied sous nos yeux et, à la lueur des lampes, nous vîmes briller au fond de ses prunelles de ciment ou de plâtre le frais éclat de la jeunesse et la promesse enfouie d’une éternelle Renaissance. Au matin, il avait disparu. Nous comprîmes plus tard qu’il n’avait pas voulu voir mourir les siens et que jamais nous ne le reverrions. Des traces très profondes imprimées dans la terre du jardin en dernière signature nous montrèrent qu’il avait acquis une densité exceptionnelle.

Voilà, cette histoire est la plus belle partie du maigre héritage que j’ai pu vous laisser, elle était ma seule vraie richesse. Comme l’homme de pierre, il faut garder un cœur d’enfant, comme un pendule être attentif aux forces de la Terre, et savoir que le plus petit oiseau est bien plus fort que nous, qui prend appui sur l’air. »

Le notaire reposa la lettre sur la table et fut incapable de rajouter un mot. Quand il leva les yeux, il vit les trois personnes devant lui laisser couler leurs larmes puis ces larmes sécher, et naître dans trois regards une nouvelle jeunesse, une vraie Renaissance.

PRIX

Image de 2019

Thème

Image de Grand Public
543

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de André Page
André Page  Commentaire de l'auteur · il y a
À mon grand-père, le sculpteur Robert Page ( 1903 - 1987 ) .
·
Image de Marie
Marie · il y a
J'ai beaucoup aimé ce texte original, fort et tendre.
·
Image de André Page
André Page · il y a
Merci beaucoup Marie :)
·
Image de Jeanne
Jeanne · il y a
Belle chance André à cet Homme de pierre qui vous tient à cœur et belle journée.
·
Image de André Page
André Page · il y a
Je pense qu'il me pardonnerait d'essayer de le rendre immortel dans cette histoire :) :) Merci beaucoup Jeanne :)
·
Image de Jeanne
Jeanne · il y a
Vous pardonner... à mon avis, il serait fier de votre action... de grâce. Les artistes sont sensibles aux petites et grandes intentions, aiment que l'on parle d'eux au passé, au présent, au futur, le temps d'un instant, d'un concours SE. ;-)
·
Image de Jeanne
Jeanne · il y a
Un Homme de pierre qui ne laisse ni de glace ni de marbre. Un bien bel hommage à Papy Robert, artiste-sculpteur qui revit joliment dans ces lignes, sur cette Page sous l'impulsion d'André, auteur-compositeur, conteur-écrivain.
·
Image de André Page
André Page · il y a
Merci beaucoup Jeanne :)
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Je suis allée voir la page où l'on montre ses sculptures… Quel que soit l'endroit où il se trouve maintenant, il doit être fier de vous ! :)
·
Image de André Page
André Page · il y a
Merci Joëlle, je pense qu'il n'y a en fait pas de page sur son œuvre qui date déjà, mais je vois qu'il y a un Robert Pagès sculpteur également qui existe pas trop loin de notre région , c'est peut-être lui que tu as vu, ma famille n'a rien fait paraître, à ma connaissance... :)
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Ben… j'avais trouvé ça : Images de robert page sculpteur
bing.com/images

·
Image de André Page
André Page · il y a
Oui, je n'ai rien trouvé le concernant sur ce lien, c'est normal... Merci d'avoir cherché, Joëlle :)
·
Image de Cécile Boizard
Cécile Boizard · il y a
Les mots de ce texte n'en résonnent que mieux. <3
·
Image de André Page
André Page · il y a
Merci beaucoup Cécile :)
·
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Je me disais aussi, cela sent le vécu ! Quel beau texte...
·
Image de André Page
André Page · il y a
Merci beaucoup Dolotarasse :)
·
Image de Laurence Delsaux
Laurence Delsaux · il y a
Superbe hommage... Comme je l'aurais aimé ce grand-père!
·
Image de Aristide
Aristide · il y a
A propos de Léonard... j'invite aimablement tous ses admirateurs à consulter cette tentative à la fois technique et littéraire, que l'inadaptation du support de Short-Edition ne permet pas de publier https://www.dropbox.com/s/84n7zqwjnhfha31/RENAISSANCE.pdf?dl=0 - Merci de transmettre cette information
·
Image de André Page
André Page · il y a
Merci beaucoup Aristide :)
·
Image de Gina Bernier
Gina Bernier · il y a
une belle histoire
·
Image de André Page
André Page · il y a
Merci beaucoup Gina :)
·
Image de Bozlich
Bozlich · il y a
Mes votes ! Bon chance ! Mon histoire "L'étrange histoire de Frank et son ami monsieur Stims" est aussi en finale.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/l-etrange-histoire-de-frank-et-son-ami-monsieur-stims

·
Image de André Page
André Page · il y a
Merci beaucoup Bozlich :)
·
Image de Alex Des
Alex Des · il y a
Très beau portrait et le crescendo vers le fantastique fonctionne à merveille... La vénus d'Ille a trouvé son pendant en ce mars bienveillant :)
·
Image de André Page
André Page · il y a
Merci Alex, du coup je suis allé voir ce qu'était cette Vénus, Mérimée a apparemment écrit une très captivante nouvelle :)
·
Image de Alex Des
Alex Des · il y a
Un grand classique dont je recommande chaudement la lecture!
·
Image de Romane González
Romane González · il y a
Je découvre votre texte André, et je l'ai beaucoup aimé.
·
Image de André Page
André Page · il y a
Merci beaucoup Romane :)
·
Image de Dolores
Dolores · il y a
Tres beau texte j ai voté !Bonne finale a vous !
·
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Un vote confirmé.
·
Image de Ismène Turlepin
Ismène Turlepin · il y a
Bonne chance à vous!
Très beau texte empreint de tendresse, d'amour. Il vit...

·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur