2
min

L'heure des arbres noirs

321 lectures

129 voix

Qualifiée

C'est l'heure où le soleil levant étale dans le ciel toute la beauté du monde. L'heure du peintre universel qui a le secret des couleurs. L'heure où les difficultés de la vie commencent pour moi. Je ne suis pas du matin, jamais je ne l'ai été. Le sommeil tenace referme mes paupières au moment d'apparaître au jour, à un nouveau jour. Sera-t-il nouveau ? La question ne me vient que beaucoup plus tard, en l'instant l'esprit est dans la ténèbre mourante ; il lui faut du temps, un temps que je n'ai pas ! Les enfants à préparer, le bus à prendre, pousser la porte du collège, se poster devant le rang d'ados sans vie pour certains, déjà en effervescence pour d'autres.
C'est ici que tout commence. Gonfler, les poumons, prendre l'air assuré et solide, être présent ; je la vis depuis si longtemps et si naturellement cette théorie de « l'instant présent ». Il n'existe aucun autre choix dans ces classes ; la moindre fatigue, la moindre absence, le moindre manque d'attention et c'est le chaos. JE suis Présente. Je suis présente parce que je les aime ces jeunes avec tous leurs défauts, toutes leurs faiblesses, leur impertinence, leur violence... Je ne sais pas pourquoi, j'ai toujours aimé la difficulté et la vie m'en a donné une sacrée dose. Demander et l'on reçoit. Je n'en ai jamais formulé clairement la demande mais ce simple goût inné du défit et de la douleur a suffit à m'attirer tout ce qui pouvait y répondre d'une manière ou d'une autre. Je ne l'ai compris qu'à force de me débattre comme un cafard sur le dos, agitant frénétiquement les pattes dans l'inutile devant les arbres noirs. Je ne voyais dans l'aube que ces figures sombres se détacher ; ils étaient au premier plan et c'est là tout le problème.
A moins que ce goût pour la mortification et le sacrifice, cette âme de martyre ne soient le legs d'un lointain aïeul, qui tend la joue droite quand la gauche est en feu : je n'ai pas aimé la vie. J'avance avec ça, malgré ça, animée par un souffle subtil, qui ne me donne pas le choix. Je n'ai pas aimé la vie, me revient en leitmotiv sournois et incontrôlable devant chaque arbre noir et pourtant je sais apprécier la beauté de ces silhouettes crépusculaires ornant le ciel joyeux de l'aurore ; ombres chinoises sur point du jour rougeoyant qui annoncent de nouveaux possibles ; dans quelques instants ils montreront une autre allure, un autre visage, une autre couleur. Métamorphose qui impose de conjuguer au passé mon leitmotiv ? ou regard fatigué d'une mémoire globalisante.
Le présent par précaution ne s'invite pas dans la conjugaison de cette triste rengaine. « Je n'aime pas la vie » ne peut pas exister, façon de laisser sa chance à la pensée créatrice de m'offrir des fleurs au parfum paisible, dans l'éphémère de chaque instant. J'ouvre la porte. Par miracle, ni chewing gum dans la serrure ni crachats sur la poignée. Le rang s'avance et l'oeuvre de Dieu se répand dans la classe en silence. Fugace fragrance de paix. Je SUIS là.
Je suis là, pour distribuer la connaissance, les yeux dans les yeux. Je suis là face à chacun, alors que le tout guette ma défaillance ; je suis là pour le désespoir aux grands yeux du deuxième rang.
Le sauver des harceleurs du fond de la classe ; ne pas se satisfaire de remplir des têtes : teinter les consciences de bien et de mal, badigeonner les cœurs d'émotions, colorer les vies de respect. Deux heures de combat pour instruire et éduquer. Il faudra recommencer avec ceux-là et avec d'autres.
La journée a couru son marathon de classe en classe. Des mains se sont levées qui tenaient la bonne réponse ; des voix ont rugi qui n'avaient pas su dire. Quelques esprits pétillent du savoir acquis. Il est temps de rentrer. Dix huit heures en hiver. L'heure est aux arbres noirs autour de la maison mais la lune sourit largement de tout son blanc croissant. Aujourd'hui était un jour de plus. Un beau jour.

Prix

Image de Printemps 2018

129 VOIX

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Thomas d'Arcadie
Thomas d'Arcadie · il y a
Très très beau, Bravo !
·
Image de Marie Mauve de Montaucieux
Marie Mauve de Montaucieux · il y a
Merci Thomas ce superlatif.
·
Image de Thomas d'Arcadie
Thomas d'Arcadie · il y a
De rien, j'ai vraiment été agréablement surpris
·
Image de Yha
Yha · il y a
La fin est sublime. Belle plume
Mes voix.
Je vois convie à une "Rencontre Insolite"
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/rencontre-insolite-6

·
Image de Delo
Delo · il y a
J'aime bien ce texte. Mes voix.
·
Image de Marie Mauve de Montaucieux
Marie Mauve de Montaucieux · il y a
Merci d'avoir lu et voté.
·
Image de Untrucbadour
Untrucbadour · il y a
Bonjour Marie Mauve De Montaucieux, Quel beau nom. Mais c'est votre texte poignant qui compte, J'aime tout, du début à la fin. La personne sur la bonne estrade, derrière le bon bureau pour le plus beau et difficile métier au monde. Mes 5 voix.
·
Image de Marie Mauve de Montaucieux
Marie Mauve de Montaucieux · il y a
Merci pour cette lecture attentive. Le pseudo était au départ le titre d'un texte que je comptais déposer sur le site lors de mon inscription et comme je ne suis pas douée avec la chose informatique , je suis devenue Marie Mauve...!
·
Image de Kiki
Kiki · il y a
beau texte. Mes voix.
Si vous n'avez pas visité les cuves de Sassenage je vous invite à aller les découvrir. Merci d'avance

·
Image de Marie Mauve de Montaucieux
Marie Mauve de Montaucieux · il y a
Merci de m'avoir lu; votre titre seul invite à la visite.
·
Image de Klelia
Klelia · il y a
Malgré les difficultés, la vie est belle et votre texte en est une jolie illustration
·
Image de Marie Mauve de Montaucieux
Marie Mauve de Montaucieux · il y a
Merci Klelia.
·
Image de Flore
Flore · il y a
Un TTC dans lequel je me suis vite retrouvée.
Educatrice spécialisée auprès de jeunes ados en difficulté, je suis à la retraite. et c'est souvent que je pense à des situations vécues. Avec le recul...j'appréhende les choses d'une autre façon bien sûr...
Une écriture solide...et votre texte m'a bien intéressé.

·
Image de Marie Mauve de Montaucieux
Marie Mauve de Montaucieux · il y a
Merci de m'avoir comprise.
·
Image de Marie Mauve de Montaucieux
Marie Mauve de Montaucieux · il y a
Simple constat qui concerne d'autres professions à "vocation" qu'elles sont exercées par des personnes qui rencontrent quelquefois de graves problèmes dans leur vie personnelle, qui ont leur fragilité et qui s'accrochent comme elles peuvent pour exercer au mieux et humainement leur métier. Désolée de n'avoir pas su l'exprimer mieux...Merci pour votre lecture
·
Image de Jean Jouteur
Jean Jouteur · il y a
J’ai eu un peu de mal à rentrer dans votre texte. J’ai des difficultés à définir s’il s’agit d’une longue plainte, mêlée de craintes, d’incertitudes, de désabusements, presque la description d’une corvée journalière et marathonienne, ou au contraire l’affirmation d’une vocation assumée. C’est un simple ressenti bien sûr, qui n’enlève rien à la qualité de votre récit. Pour travailler régulièrement auprès d’enseignants, je rencontre souvent cette hésitation exprimée entre l'amour d’enseigner, ce besoin, ce devoir presque vital, et cette déception d’être conscient que, comme le dit ce vieux proverbe, “L’enseignement est le labourage des intelligences, mais toute terre ne donne pas une riche végétation.” Même si, et c’est sans doute contradictoire : « Ce sont les élèves les moins doués qui forcent les professeurs à mieux enseigner.” Quoi qu'il en soit, un texte témoignage des plus intéressant, et bien écrit de surcroit.
·
Image de Graziella
Graziella · il y a
très beau texte sur l'enseignement, je vote !
Je vous invite à faire un tour sur ma page et notamment le texte "Dis au revoir '" qui participe à la matinale des lycéens, voici le lien si vous le souhaitez :http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/dis-au-revoir

·