L'expérience

il y a
2 min
7
lectures
0

Auteur de six manuscrits en vente sur le site Amazon -Trafic sans Escale 06/2016 -Wanted 04/2017 -Un indigène dans la Carlingue 06/2017 ->Une ligne de trop 01/2018 -Alliance douteuse -Angel  [+]

Cervelet qu’on l’appelait, un illuminé complétement à coté de la plaque, le souffre-douleur de Fredo dit le renifleur, un junkie des bas-fond qui le narguait insidieusement par des provocations, à la limite du raisonnable, il faut dire qu’il avalait tout et n’importe quoi, je parle de poudre bien sûr, et ses sautes d’humeur, c’était pour Bibi, de son patronyme Lucien Langlois.
Toujours est-il que ce farfadet travaillait en secret sur une expérience inédite, un peu astrophysicien à ses heures perdue, notre ami est en quête du graal, dépassé la vitesse de la lumière, et mettre un terme au discours du fameux Einstein, qui prétend le contraire.
Pas très riche le blaireau, mais une tronche, il crèche chez ses vioques, dans un pavillon de la banlieue parisienne, il a élu domicile au grenier, seul il passe ses journées à potasser, et à traficoter une espèce de machine, un scooter rafistolé couplé, à un halogène ou un truc dans le genre, ce branque n’a pas encore étudier la manière de sortir l’engin du baraquement, mais faisant lui confiance, il en a dans le ciboulot.
Sa dégaine et sa triste mine, ne fait pas l’ombre d’un doute, il a peu dormi, en classe ses ronflements agacent un tant soit peu le père Ferdinand, professeur de science physique de son état, qui lui fit une remarque :
—Monsieur Langlois, aurons-nous le plaisir, de vous compter parmi notre assemblée, un de ces jours, ou devrons-nous encore absorbé l’odeur putride qui inhale votre corps, par vos ronflements sarcastiques ?
Lucien sort de sa léthargie, observe le tableau et note :
—V3 au carré, vous avez par mégarde, oublier de reporter, la somme du carré de l’hypoténuse, monsieur.
Ferdinand lève les bras au ciel, puis étudie son manuscrit et reprend :
—Effectivement, je m’en excuse et vous autres tas d’ignares, aucun d’entre vous n’a pris la peine de me corriger.
Un silence de mort, ça sent l’heure de colle générale, Fredo lance un regard haineux à l’encontre de cervelet qui rumine :
—J’en prends l’entière responsabilité, monsieur le professeur, mes bourdonnements empêchent de suivre vos cours correctement.
—Qu’à cela ne tienne, restez un instant, pour les autres regagnez vos tanières.
Le professeur observe le jeune albâtre et considère :
—J’ai du mal à discerner le génie qui sommeille en vous, les mathématiques ne semblent pas avoir de secret à vos yeux, vos camarades parlent d’un curieux engins sur lequel vous vous acharnez depuis plusieurs mois, dites m’en un peu plus, je vous prie.
La tête basse, cervelet passe à confesse :
—Je travaille sur un engin capable de dépasser la vitesse de la lumière.
Un rire rauque, pour seul réponse, Ferdinande se reprend :
—Vous voulez parler de la vitesse supraluminique, mon jeune ami ?
—Tout à fait monsieur, je fais ma première sortie cette nuit, désirez-vous y assister ?
Ferdinand se prend au jeu et soupçonne :
—D’autres que nous dans la confidence ?
—Non monsieur
—Soit j’accepte.
La nuit venue, le professeur assiste à une curieuse représentation, une rampe de lancement, murement étudiée a été installé sur le haut du logement, où sied une diabolique invention, Ferdinand interroge Lucien, qui arbore un costume extravaguant :
—Quelle énergie utilisez-vous mon brave ?
—Nous en parlerons après mon essai, je vous demanderai de vous éloigner de quelques centaines de mètres, eu égard à votre précieuse personne.
—Soit
Lucien enfourche, la mystérieuse machine, et devant les yeux effarés de Ferdinand, décolle à la vitesse grand V, entendez rapide comme l’éclair, en un mot Einstein doit revoir sa copie.
Lucien est aux anges, emmitouflé dans sa carapace, il approche de Saturne, contourne Jupiter, frôle le soleil qui caresse sa joue lui donnant un teint halé, s’arrête un instant sur la lune, une poussière dans l’injecteur, une petite tracasserie, puis il s’en retourne vers son professeur qui lui fait une courbette en ajoutant :
—Maître je suis votre disciple.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,