Lettre à toi mon prince, toi qui ne viendra pas

il y a
1 min
22
lectures
0

J'aime les mots, les images et la musique (et les bonbons à la violette :D). Je crains les gens qui ont autant d'ouverture d'esprit qu'un composant électronique d'ordinateur et apprécie tout ce qui  [+]

Lettre à mon prince, toi qui ne viendras pas.

Lettre à toi, mon prince. Celui des contes de mon enfance passée, celui qui sauve du terrible danger. Toi si grand et si beau, charmant, attentif, cavalier. Mon prince rêvé métisse aux yeux verts, athlète et habile de ses mains. Mon prince soigné, ouvert d’esprit, tolérant, généreux. Mon prince qui a le cœur sur la main et la main musicienne. Mon prince intelligent qui apprend de ses erreurs, mon prince qui parle et qui sourit, souvent.

Lettre à toi mon prince, dont je ne veux pas. Je ne veux pas de ta beauté, de ton attention, de ton sourire et de ta tendresse si ce n’est que paraître, façade et masque. Je ne veux pas d’un prince qui m’aide à vivre, qui me laisse à la maison et qui me promène de temps en temps. « Voyez comme ma femme est belle ! Et intelligente qui plus est... » Je ne veux pas de ces longs discours convenus, de ces dîners entre gens du monde. Je ne veux pas de ton argent et de ta bravoure. Je ne veux pas de tes convenances, de ton mépris des laids et des besogneux. Je ne veux même pas de ta compassion ou de tes bonnes œuvres envers eux. Je ne veux pas de tes prières pour avoir un fils. Je ne veux pas de tes prières pour avoir une fille non plus.

Je ne veux pas de toi mon prince, toi qui ne viendras pas.

Tu ne viendras pas parce que tu as peur, peur de moi qui vous renvoie, un par un, méticuleusement. Tu ne viendras pas parce que j’ai des arguments auxquels tu ne sais répondre.

Dans conte y a con tu vois, et le con te le dis à toi, qu’on se le dise à soi, un conte c’est bien, pour faire joli.
Pour faire rêver oui, peut être ! Mais préparez des marches gentes dames, pour faire descendre en douceur,
L’enfant qui croit,
A Merlin l’Enchanteur.

A l’heure des comptes, le beau nuage de notre enfance laisse place à la pluie, à l’orage de l’adolescence.
Alors mon joli prince ne viendra pas.

Lettre à toi mon prince, que j’empêcherai d’arriver.

En revanche si ta sœur voulait s’approcher... qu’on fasse connaissance, et plus si affinités !
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Quai des Indes

F. Chironimo

Bonjour.
Pour ceux qui ne me connaîtraient pas encore, je m’appelle Jean.
Comme vous le savez, nous devrions profiter de cette petite soirée entre amis pour nous lire quelques textes, écrits... [+]