Lettre à Marie ( humour, Amour, quand tu nous tiens ^^)

il y a
1 min
111
lectures
0

Une face Asiatique et un coté Gaulois, donnent Zénitude et patience, mêlés de chauvinisme et d'humour un peu noir. Le malvenu introverti, est de ma création  [+]

Marie,

Juste ce petit mot, ou bien un long discours, je n’ai pas décidé.
Je t’ai vu te pencher, il y’a six mois de ça, je n’ai pas fait exprès, mais j’ai vu ta culotte.
Jamais je ne dirais qu’au tout premier regard, j’ai été transporté.
Il m’a fallu du temps, et de nombreux baisers, pour que je n’évolue plus loin que tes coupoles.

Je te parlais souvent de tout ton contenu, mais je pensais en fait à tout le contenant.
Je t’ai vu tant de fois, au sortir de mon lit, dans ton simple appareil
Je m’étais habitué, aux éclats de tes cris, dans nos petits ébats, et nos enjambements.
Les voisins se souviennent, les fenêtres entrouvertes, de toutes tes voyelles.

Je trouvais très gentil, pendant que je dormais, tu faisais la vaisselle.
Dès que je me levais, je prenais mon café, toi tu étais douchée, prête à rentrer chez toi.
Le peu de nos échanges, quand je m’intéressais, semblait superficiel
Rien n’était convenu, mais l’on se respectait, pas de coups à coté, aussi chacun chez soi.

Un jour tu es parti, tu m’as fait une lettre, pour dire que tu m’aimais
Tu ne comprenais pas que je ne fasse plus, que sortir avec toi, et te tenir la main
Tu voyais dans mes yeux, un peu de jalousie, quand on se promenait
Je ne disais pas plus, qu’ensemble on était bien, je n’avais rien prévu au-delà de demain.

Ceci est ma réponse, j’ai tourné la semaine, sur ton petit courrier.
J’ai fait toute la vaisselle, j’ai fermé les fenêtres, j’emmerde les voisins, ils n’ont qu’à la fermer
Autant ton contenant j’ai vu ton contenu, vous allez me manquer
Je veux tout me reprendre, si je peux te reprendre, je promet de changer, et ne plus te laisser.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Parfum d'orchidée

Yves Le Gouelan

La sonnette, un coup bref, presque hésitant. Un second en écho, plus long, plus affirmé.
— Papa, on sonne !
Je sursaute, la douce léthargie du salon s’estompe rapidement. L’écran de... [+]