2
min

Les voyages de Chiral – la ville de toile

1575 lectures

91

Qualifié

Le vent agitait les hautes herbes. Les rafales les courbaient dans un sens, puis dans l’autre, leur donnant l’aspect d’une houle d’un vert profond. Les nombreuses collines qui enflaient la vaste plaine simulaient des vagues vertigineuses, Chiral s’attendait presque à les voir courir d’un horizon à l’autre.
Voilà des jours que le matou errait sur cette mer herbeuse. Dans sa petite tête grise, trottait toujours cette fameuse légende, attrapée au détour d’un rêve : l’existence de l’oiseau de feu.
Un oiseau de feu ! Pour un matou, quel trophée ! La perspective déclencha des grondements dans son estomac affamé. Une récompense magnifique, mais surtout un bel espoir pour un chat qui n’avait pas mangé depuis son arrivée dans la prairie sans fin ! Le doute qui le taraudait au début de sa quête ne le turlupinait même plus. Il verrait bien sur le tas comment s’y prendre pour avaler un animal réputé enflammé.
Ces idées occupaient le plus clair de son voyage, aussi peut-on comprendre l’élan de joie qui le fit frémir lorsque, au détour d’une éminence, il aperçut la ville de toile. Ce haut-lieu pouvait très bien cacher l’oiseau de feu ! Et si ce n’était pas le cas, un de ses habitants aurait peut-être pitié de lui, et des manifestations de son ventre.
Chiral accéléra la cadence, tout en tentant de conserver une certaine contenance. Il ne seyait pas à un noble chat de débarouler en terrain inconnu, la langue pendante, tel un vulgaire teckel. Néanmoins, en pénétrant sous les premiers voiles, le minet ne put empêcher ses yeux de luire d’un éclat d’admiration. De mémoire féline, on n’avait jamais rencontré de ville aussi incroyable !
Ce serait un lieu commun de décrire cet endroit comme un agglomérat de tentes. Certes, la cité se composait d'une succession ininterrompue d’abris de toiles, mais ils n’avaient rien du caractère provisoire et portatif qui sous-tend généralement l’image qui accompagne le mot dans l’esprit du voyageur moyen. Les plus grands pavillons concurrençaient aisément de petits palais, tandis que les silhouettes les plus tarabiscotées se succédaient en un kaléidoscope de couleurs. Rondes et bombées comme les yourtes de guerriers tatars, carrées et sobres comme celles d’un campement romain, indescriptibles et foisonnantes de formes comme les refuges de magiciens aux pouvoirs insoupçonnés. Le vent agitait des lambrequins mordorés qui serpentaient sur le ciel bleu, des frises ondulaient le long des chapiteaux, parés de toutes les nuances de verts, de rouge, d'orange. L’œil aguerri du matou peinait à discerner les dais des auvents. Les premiers ombrageaient d'étroites ruelles, les seconds protégeaient des jardinets fleuris. Des femmes et des hommes aux sarouels aussi bariolés que leurs habitations binaient, marchandaient, agitaient leurs mains chargées de bagues. Ils sirotaient des thés fumants, installés autour de samovar ou de narguilés ouvragés. De ces groupes affairés se dégageaient des parfums capiteux, mélanges des huiles qui couvraient leurs corps, des fruits qui imprégnaient les fumées et des plantes qui infusaient. Plus forte, s'insinuait dans ces fragrances l’odeur des chameaux, que le matou voyait chiquer en silence entre les tentes, l’œil morne. Près d’eux reposaient des colis, en attente d’être amenés dans les magasins de toile, ou chargés sur leurs dos poilus. D'invisibles musiciens jouaient des airs orientaux sur leurs ouds.
À n’en pas douter, cette ville appartenait à des marchands. Devant les pavillons éphémères et bigarrés, des camelots étalaient leurs richesses venues de l'autre bout du monde sur des tapis non moins précieux. Ça étincelait, ça cocotait, ça clochetait. Surtout, et enfin, ça se mangeait.
Un étal proposait des poissons grillés sur de longues perches. Chiral s'assit en face du commerçant, le fixant de ses yeux verts. Pas question de passer pour un voleur, autant se mettre en valeur. Le dos bien droit, la truffe levée, Chiral attendit patiemment que sa cible s’esclaffe en l’apercevant.
Impossible de comprendre un traître mot au galimatias du marchand de poisson, mais les intonations chantantes laissèrent au matou un bon espoir, bien vite récompensé par un lancer précis. Chiral attrapa le hareng au vol et décampa le savourer à l’ombre d’un dais.
Pendant son repas, son esprit vagabonda sur l'objet de sa quête. L’oiseau de feu ne pouvait vivre en cette ville, ses plumes ardentes auraient enflammé les habitations de ces marchands. Ce n’était donc pas ici que le matou trouverait son bonheur, mais au moins avait-il trouvé de quoi se nourrir, pour continuer son voyage.

Prix

Image de Automne 2018
91

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Bonjour Guillaume ! Je relis avec beaucoup de plaisir votre TTC en forme de conte sympa ! Je vous remercie ici pour votre soutien à ma chienne Ianna.
·
Image de Benjamin Sibille
Benjamin Sibille · il y a
descriptions très colorés et florissantes, qui prennent vie sous nos yeux. Le côté "amas de texte", est ce fait exprès? il ne facilite pas la lecture mais bizarrement en participe

si vous le souhaitez j'ai moi-même deux nouvelles en lice https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/la-source-11?all-comments=1&update_notif=1535194486#fos_comment_2919734

·
Image de Jcjr
Jcjr · il y a
Très belles descriptions, on se croirait dans un souk. Mes vois.Et si vous voulez passer me voir :
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-bilan-1

·
Image de Adlyne Bonhomme
Adlyne Bonhomme · il y a
Très belle écriture mes voix
Je vous invite à voir mon poème en compétition
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/je-tresse-lodeur

·
Image de Lllia
Lllia · il y a
J’aime bien:) mes votes +5

Je participe aussi à un concours de dessin si tu veux jeter un coup d’oeil: https://short-edition.com/fr/oeuvre/strips/victoire-weasley

·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Enchanté par ce texte, riche en vocabulaire et expressions, qui nous plonge dans un univers de souk comme dans un conte des Mille et Une Nuits. Bravo, Guillaume, pour cette version du chat botté dans une quête de l'oiseau de feu ! Vous avez mes cinq voix.
Je vous invite à une balade poétique dans les dunes : https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/me-chienne-ianna-dans-les-dunes

·
Image de Potter
Potter · il y a
Bravo! J ai vraiment apprécié votre ecriture !
Je vous invite à venir voir mon dessin : poudlard

·
Image de Jennyfer Miara
Jennyfer Miara · il y a
Moi aussi, j'aimerais voir cette ville de tentes et l'oiseau de feu :-) Vous avez mes votes pour le rêve!!
Dans un autre style, "La légende de Sven le Féroce" est en lice pour le prix Faites Sourire, n'hésitez pas à venir y jeter un œil :-)

·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Un joli voyage bien raconté.
·
Image de T. Siram
T. Siram · il y a
Joli voyage...
·