Les premiers pas d'un serial killer

il y a
1 min
97
lectures
20
Couchée, ses seins, c’est deux œufs su’l’plat. Ça change des vaches laitières qui encombrent mes mains la plupart du temps : les sœurs Merry, foutues roulures, qui vous englobent dans leurs nibards.

Celle-là est pure, elle ne dit mot, elle consent à mon extase. Sa peau sans tache éclabousse tout, je ne vois qu’elle, mes yeux s’embrouillent les pinceaux. A ce stade de mon envol, il faut que je me tienne à quelque chose avant de tomber tout à fait. Sous ma main, le lino crasseux m’imprime son code barre. Ça colle un peu, genre l’entrejambe moite d’une concierge obèse un soir de canicule. Ça me ramène à elle, si belle, encore plus maintenant, son ventre comme une ombre au-dessus du duvet blond et gracile. Son corps est fondu au décor et m’absorbe avec lui.

Qu’elle est belle endormie, c’est ainsi que je la voudrais toujours. C’est pas la première pourtant à me prêter son flanc. A d’autres j’ai mordu, j’ai bouffé bien des culs. Les sœurs Merry en tête, en tête-à-tête et à tue-tête, en tête-à-queue de cinq à sept, avec brio et en trio.

Elles, je les baise, jamais je ne les regarde. Je suce leurs gros lolos mous, je lèche leurs gorges grasses, je mastique leurs lippes flasques, je respire leurs peaux jaunes, rances comme du beurre pas frais. Je laisse mes lèvres, ma langue, ma bite divaguer sur mes deux garces. Tout ça, en aveugle, le rut c’est pas beau, le cul c’est vilain, les sexes frottés, affreux.

Mais elle, c’est autre chose. Elle, je la vois pour de vrai. Elle, je la veux, qu’elle s’absorbe en moi à son tour, qu’elle me tienne au chaud, qu’elle me tienne au corps.

Les sœurs Merry, c’est des trous. On y tombe, on s’en relève, écoeuré peut-être, mais intact. Elle, c’est l’infini, on y laisse fatalement sa peau. On ne sort pas indemne de l’innocence.

Sa langue, je l’ai mangée vivante, et j’ai toujours en bouche le goût de ses tétons, ma voix en vibre encore.

Couchée, ses seins, c’est deux œufs su’l’ plat, deux yeux rouges effarés, deux points d’interrogation sourcils froncés sur le ventre creusé, pillé, raclé à l’os.

Ça m’a pris des heures pour la fendre de belle manière, et d’un tranchant net, la vider de quoi l’alourdit, la tire vers la terre.

Maintenant que je sais comment faire, je ferai mieux la prochaine fois.
20

Un petit mot pour l'auteur ? 38 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
C'est le début d'un épisode '' d'esprits criminels'' !?
Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
Drôle de référence.... ;-) Perso, je préfère les polars très, très noirs aux séries télévisées
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Oui, j'aime bien aussi..
Image de Hermann Sboniek
Hermann Sboniek · il y a
Bonjour Cendrine.
Un TTC qui réveille !!!
Si ce genre d'histoire vous inspire (il semble que ce soit le cas 🙂) je me permets de vous proposer un vieux texte en libre : "Une si jolie petite robe à fleur".
Bravo pour cette évocation de l'apprentissage d'un sérial killer.
🙂🙂

Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
Bonjour Hermann. Je vous ferai un retour sur votre vieux texte... ;-)
Image de Hermann Sboniek
Hermann Sboniek · il y a
Voici le lien
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/une-si-jolie-petite-robe-a-fleurs
C'est plus pratique, mais cela ne vous engage à rien :-)

Image de Cerise R.
Cerise R. · il y a
Être dans la tête d’un tueur en série c’est possible grâce à votre plume extrêmement précise, concise, subtile. C’est digne de très bons romans du genre ! Je suis fan. Merci
Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
Merci beaucoup pour cet agréable commentaire, Cerise. :-)
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
du sévère écrit d'une main ciselée à la tronçonneuse! je partage sur mon fb!
Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
Merci Patrick. J'espère que mon texte ne fera pas fuir vos amis fb...;-)
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
;)))
Image de A. Nardop
A. Nardop · il y a
J'adore votre macabre esthétique.
Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
Merci A. Nardop, d'avoir goûté mon esthétique particulière...;-)
Image de Fredo la douleur
Fredo la douleur · il y a
Prometteurs ces premiers pas ! ^^
Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
C'est que cet apprenti tueur est très doué ;-)
Image de Vrac
Vrac · il y a
Bel exercice de style, comme quoi le style embellit tout, même le meurtre
Image de de l air
de l air · il y a
Comme quoi c'est pas toujours l'idéal d'être la plus belle. En tout cas, une plume.
Image de Daniel Nallade
Daniel Nallade · il y a
C'est bon d'acquérir de l'expérience !
Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
Et pour ça, rien de tel que la pratique! ;-)
Image de Proton40
Proton40 · il y a
C’est tendrement horrible et superbement écrit ! J’aime bien...Mon vote

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Inky

Amandine B.

Retirée dans sa chambre, Willie fait des taches. Ses petits doigts pincent des cartouches d’encre contre la feuille quadrillée. Le liquide noir se répand sur la page immaculée du carnet. Elle... [+]


Très très courts

Des bonbons ou un sort !

Alan Zahoui

Micheline détestait les enfants. Elle se détestait elle-même enfant. Elle s’était auto infligée des sévices innommables jusqu’à sa majorité. Alors, c’est tout naturellement qu’elle... [+]