Les premières six minutes.

il y a
2 min
2
lectures
0

Auteur récent, amateur ancien de littérature… Fervent lecteur… de toujours. Aime par dessus tout découvrir les idées des autres, surtout si elles sont bien écrites.  [+]

Six heures trente-deux, chiffres lumineux de lumière bleue, le bleu c’est pour ne pas réveiller, alors pourquoi ai-je l’œil ouvert ?
Elle dort encore.
- Ah oui, c’est son anniversaire. Il va falloir se bousculer : pas de cadeau, pas la moindre idée de cadeau ; pas de réservation dans un restaurant ; un samedi de début d’été, tout doit être pris ; la voiture est au bord de la panne, hors de question de tenter une promenade dans les environs ce soir ;
Six heures trente-trois.
- La faire réparer pour ce soir ? Vous connaissez, vous un garagiste en fonction le samedi ? Et qui règle définitivement votre problème ? Il faudrait être le premier au garage d’ici une heure ; Je le vois bien mon garagiste, bleu de travail crasseux, mégot à la lèvre, les mains noires de cambouis :
- Mon pauvre monsieur ça va pas être possible, le système diagnostic électronique, vous savez bien on branche la prise et la machine vous dit ce qu’il faut faire, eh bien depuis hier je ne sais pas, elle ne sait plus ce qu’elle dit. Bon, comme c’est vous je veux bien essayer, laissez la moi, mais attention à midi, moi, je ferme.
- Bon sang, il faut que je me lève !
Six heures trente-quatre
- Sans voiture, je fais quoi ? Le cadeau, au Printemps, à l’autre bout de la ville ; y aller comment ? Le tramway... un samedi...acheter des tickets... les distributeurs, je n’ai jamais de chance, ils sont toujours en panne... ils pourraient bien manger ma carte...alors là vous voyez un peu, pas de carte pour le cadeau, ni pour le restaurant, bien sûr je n’ai pas même dix balles sur moi, et ça fait dix jours que j’ai tiré le dernier chèque sur mon carnet; je ne peux quand même pas lui demander de me prêter le sien !!
- Bon, je vais me lever
Six heures trente-cinq
- Ça c’est un autre loulou, le banquier, je lui demande un nouveau carnet de chèques, il me le fait livrer à l’agence comme si j’allais au centre- ville tous les jours... et puis sans voiture...et si on leur demande de l’envoyer à domicile, c’est en recommandé, alors bien sûr le facteur passe quand on n’est pas là... faut aller à la poste !
Six heures trente-six
Je vois bien la scène : Tiens un recommandé : une contre-danse, ou peut-être les impôts, ou une convocation à la gendarmerie...quelle facture a-t-on oublié de payer ? Je me demande pourquoi sur leur satané papier ils n’écrivent pas le nom de celui qui vous agresse, c’est vrai, ça rend nerveux, on fait la queue, angoissé, et la petite vielle qui achète pour trois sous de timbres, elle n’a pas la monnaie bien sûr, on perd tout son temps.
Bon on saurait que c’est le carnet de chèque, on s’amuserait à les dévisager dans la file d’attente avec leurs airs de chien battu, tous s’attendent au pire et défilent devant la postière, un tyran au sourire aussi sardonique que son décolleté est baillant. Celle-là si je savais...
Six heures trente-huit
- Ah ! tu es réveillée toi aussi, tu sais je pensais que ce soir...
- Comment on dîne ce soir chez les Robin....
- Mais justement j’allais réserver pour ton...
- La semaine dernière ! ça alors ! je confonds toujours la date avec celle de ma mère....
- Ah bon tu as acheté toi-même ton cadeau ! Évidemment c’est plus sûr !!
- Tant que ça, et tu as fait un chèque, parce que je ne suis pas sûr de ce qu’il reste sur...et le banquier ne voulait pas...
- Une lettre recommandée ? non je n’ai pas vu le papier. Bon... j’irai la chercher. Mais la poste n’ouvre qu’à neuf heures.
- Tu prépares le petit déjeuner... et tu vas chercher les croissants ? Tu es vraiment trop gentille ! Je t’adore...Dans ce cas, pourquoi me lever, je suis crevé, appelle -moi dès que c’est prêt !
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,