1
min

Les petits métiers de l'amour: Soeur Marie de la Passion

Image de Ozerjacques

Ozerjacques

23 lectures

2

Quatre murs gris, un Christ, une image de la Vierge jaunie par le temps. Un lit de planches, un tabouret, un prie-Dieu avec un lourd missel posé sur le rebord. Pourquoi a-t-on mis des barreaux aux fenêtres? Des gros barreaux de fer, noircis, rouillés par endroits. Derrière, il n’y a que des champs, du blé, du maïs, quelques bouleaux, un carré de ciel avec quelques nuages.

C’est là que soeur Marie de la Passion a décidé de trouver Dieu. C’est là qu’elle a décidé de vivre et de mourir, de prier. Parce que sa manière à elle d’aimer les autres, c’est de prier.
« Pour les enfants du monde entier que je n’ai pas pris dans mes bras. »

Prier, c’est plus facile que de mourir. Soeur Marie de la Passion ne se sentait pas forte assez pour mourir. Pour côtoyer la guerre et la misère, pour marcher près des condamnés, pour regarder dans les yeux des ivrognes. Elle a trouvé qu’elle était lâche, faible, et elle a décidé de prier. Elle a décidé d’offrir sa vie en l’enfermant dans une cellule.
« Pour le pain que je mange et que d’autres n’ont pas. »

Le silence. Celui, très lourd, de l’oubli et de la solitude. Soeur Marie de la Passion a choisi de se faire oublier, de se perdre, de n’être plus qu’un pion sur l’échiquier du temps. Ses pleurs, ses larmes, sa propre souffrance ne sont plus rien que la souffrance des autres.
« Pour la pauvreté qui m’aide à vivre et qui les fait mourir. »

La cloche qui rythme les heures. De l’office à l’office, de la prière à la prière. Les autres qu’elle devine derrière le voile qui fait de chaque être un absent.

Le long couloir. Le crucifix de chêne, rongé par le temps. Et les statues en plâtre. Et les murs dont la couleur s’écaille, les saints au visage un peu triste.

Soeur Marie de la Passion a choisi de perdre son corps pour mieux trouver son âme. D’offrir sa vie à Dieu et ses prières aux hommes.
« Pour le feu qui me brûle et ne réchauffe pas. »

Les jours, les nuits, les mois et les années. Les heures qui passent sont un acte de foi. Il n’est de minute, il n’est de seconde que le temps n’efface.
2

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Miraje
Miraje · il y a
La voie de la vocation est pavée de bonnes intentions.
·
Image de Ozerjacques
Ozerjacques · il y a
Merci pour votre gentil commentaire.
·
Image de Azouma
Azouma · il y a
Toute la beauté de Marie de la Passion décrite en si peu de lignes.
Vous démontrez le courage d'un tel choix.
Merci pour le partage.

·
Image de Ozerjacques
Ozerjacques · il y a
Merci pour ce beau commentaire.
·