Les petites graines de Mamicé

il y a
3 min
338
lectures
20
Qualifié

S’évader : 1. S’échapper d’un lieu où l’on était retenu, enfermé. 2. FIG. Echapper volontairement à (une réalité). Enseignant à plein temps à des mômes aux vies souvent plus  [+]

Image de Hiver 2021

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Tanguy avait son projet bien ficelé, préparé durant de longues semaines. Son rêve ? Faire un road-trip à travers l’Amérique du Sud, de la Colombie au Cap Horn avec son sac, porté sur le dos, pour seule maison. Une aventure de six mois. Un an si son budget lui permettait de poursuivre son voyage. Il avait mis de l’argent de côté. Suffisamment, il l’espérait. En attendant, il vivait chez sa grand-mère qui l’hébergeait pour lui permettre d’économiser un loyer, contre des petits travaux, quelques bons soins et beaucoup d’amour.

Le jeune homme appelait sa grand-mère Mamicé. À peine âgé de deux ans, malgré des efforts certains, il était incapable d’énoncer les neuf lettres qui constituaient son prénom, sans fourcher la langue. Célestine n’était pas un prénom facile à prononcer quand on bredouille ses premiers mots. Mamicé était resté depuis et c’était ainsi que la vieille dame était connue dans le quartier. Mamicé était un petit bout de bonne femme, à peine plus haute que trois pommes, joviale et souriante. Des rides malicieuses au coin de ses yeux clairs lui donnaient un regard coquin. Mamicé avait toujours un mot pour rire. Enfin, un mot, c’était vite dit ! La vieille dame était plutôt un vrai moulin à paroles. Mais, c’était une mamie en or, rien que pour Tanguy, son unique petit-fils.

Mamicé vivait dans une petite maison au bout d’une impasse bordée de cyprès. Elle avait pour voisin le père Besson. De l’autre côté de la haie de thuyas, elle l’entendait râler lorsque ses siestes interminables étaient troublées par les fréquentes allées et venues des amis de son p’tit gars. La maisonnette au toit d’ardoises accueillait deux chambres dont la décoration n’avait pas beaucoup évolué au fil des années. La petite cuisine en formica était bien agencée et sentait bon les douceurs de l’enfance. La grand-mère appréciait y confectionner toutes sortes de pâtisseries pour son petit Tanguy. Les gaufres liégeoises, saupoudrées de sucre glace ou de copeaux de chocolat noir, demeuraient son goûter préféré, souvenir de ses mercredis après-midis qu’il passait déjà chez elle. Tanguy la relayait, parfois, aux fourneaux, préparant à son tour des infusions dont lui seul avait le secret. Pendant ce temps, Mamicé s’installait dans le salon et profitait de la vue agréable sur sa propriété arborée. Le sofa en velours côtelé et les sièges en rotin donnaient sur un jardin spacieux et bien entretenu où se mêlaient divers arbres fruitiers. L’immense figuier et le beau cerisier notamment, regorgeaient de fruits délicieux. Des confitures savoureuses et des clafoutis que Mamicé s’empressait de cuire embaumaient alors la maisonnette. Des arbustes d’ornement aux silhouettes variées, des parterres fleuris et un potager dans des carrés de bois soigneusement disposés, complétaient l’aménagement extérieur.

Tanguy était passionné d’horticulture. Dès son plus jeune âge, le garçon cultivait la terre, initié par son père. Ce contact avec la nature lui procurait un bonheur intense. La nature avait ce pouvoir magique, disait-il. Il expliquait à sa grand-mère que les recherches scientifiques démontraient qu’avoir les mains dans la terre augmentait la production de sérotonine, l’hormone du bonheur. C’était pour cela qu’il était si joyeux. Mamicé l’écoutait sans l’interrompre et c’était rare pour le souligner. Cultiver la terre c’était cultiver l’estime de soi, affirmait le jeune homme. Tanguy était heureux de voir ses petites graines semées prendre vie sous ses yeux. Il ne se lassait jamais de les contempler. Le garçon avait un rapport aux plantes si particulier. Il en prenait soin s’adaptant au comportement de chacune d’elles, différent selon les variétés. Il passait des après-midis entiers dans le cabanon en bois qu’il avait aménagé au fond du jardin, entrecoupés par les visites des nombreux amis qu’il recevait. Sélectionner les meilleures graines, planter, dépoter, rempoter, greffer, bouturer. Aucune de ces actions n’avait de secret pour le jardinier en herbe. Mamicé, elle, n’y connaissait absolument rien en jardinage. À peine savait-elle faire la distinction entre un pied de concombre, de courgette ou d’aubergine. Pour elle, les tomates étaient des légumes. Point de laitue, de batavia ou de scarole, de la salade, c’était de la salade ! En cela, elle admirait son p’tit gars, capable de différencier, rien qu’à leurs effluves, le thym commun du thym citron ou serpolet. Mais Tanguy était un passionné. Il voulait, sans cesse, parfaire ses connaissances horticoles et rêvait d’exotisme. Il souhaitait découvrir les plantes sacrées d’Amérique du Sud, notamment celles utilisées pour la guérison de certaines maladies. Il avait entendu parler du cohoba, du yopo et du cébil, utilisés lors des rituels chamaniques des populations indigènes et dont les graines broyées en poudre avaient des vertus curatives.

Le départ de Tanguy approchait. Son vol était prévu dans quelques jours. Mamicé voulait lui faire un petit cadeau avant qu’il ne parte et lui offrir des sachets de graines qu’elle glisserait discrètement dans son bagage. Bien que ce soit une très belle plante, le parfum que dégageaient les fleurs violettes incommodait quelque peu la vieille dame.

— Mademoiselle, pouvez-vous m’indiquer où je pourrais trouver les petites graines préférées de mon p’tit gars ?

À l’accueil de la jardinerie, Mamicé ne comprit pas la réaction stupéfaite de l’hôtesse lorsqu’elle déposa sur son comptoir le pot qu’elle avait dans les mains. Elle voulait faire une surprise à son petit-fils avant qu’il ne la quitte. Pour une surprise, c’était une surprise !

C’est depuis ce jour que Célestine la petite grand-mère de la jardinerie est plus connue sous le nom incongru de Mamie Cannabis.
20

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !