Les mots déconfinés

il y a
3 min
95
lectures
19

Freddy Potec Coupes et médailles Ne me disent rien qui vaille Ce sont les hochets de la gloire Pourtant, dans un égal souci Du corps et de l'esprit Je pédale et j'écris Il y en a qui  [+]

Il était une fois des mots qui voulaient prendre l'air. Ils avaient fui tous les livres où ils étaient confinés depuis trop longtemps, et ils étaient partis battre la campagne, loin des grandes villes. Dans leur découverte du monde , ils pénétraient dans les parcs et les forêts, ils erraient à travers les landes et les collines, et tous les lieux qui donnent à rêver. Contents d'aller à la rencontre des gens, ils venaient en aide à ceux qui étaient en quête du mot juste, lorsqu'ils veulent évoquer un souvenir , lorsqu'ils cherchent un nom savant, pour nommer une fleur, ou lorsqu'ils veulent exprimer une idée. Les uns voulaient les capturer pour faire un discours, les autres pour savoir, pour connaître, pour écrire une recette, une lettre , un article dans le journal, une page d'un livre, ou plus simplement remplir une attestation . En passant devant les écoles, les mots venaient en aide aux élèves penchés sur leur pupitre , et qui ne savent pas quoi répondre quand on les questionne, occupés qu'ils sont à rêver. .
Mais le soir venu, quand les mots voulurent rentrer, ils ne savaient plus d'où ils étaient venus, ni d'où ils étaient sortis. De quel livre, de quelle page, de quelle ligne, de quelle phrase ? D'un roman, d'un dictionnaire, d'un essai, d'un recueil de poésies ? De quels grands classiques, de quels romans, de quels ouvrages ésotériques ? Ils n'en savaient rien, ils cherchaient à s'orienter , comme on cherche son chemin en forêt : zigzags en tous genres, gambades, allant d'un livre à l'autre, d'une page à l'autre, mais sans retrouver leur destination. . .
Ils erraient comme des âmes en peine, sans savoir où ils allaient, ils étaient perdus. . De quel livre pouvaient-ils venir ? Ils tombaient sur des phrases qui leur résistaient et dont ils avaient bien du mal à pénétrer tous les secrets, sans trouver à laquelle ils appartenaient. , .
Contes , légendes, poésies, chansons, proverbes, et dictionnaires, le domaine de l'écrit est tellement vaste qu'ils ne savaient plus comment s'y retrouver. Sans compter toutes sortes de revues , brochures, plaquettes et journaux , de magazines en tous genres, dont il serait vain de vouloir faire le tour. .Les mots cherchaient leur place, faisaient le tour du monde , erraient à travers toutes sortes de livres d'aventures, tantôt chez Jules Verne, tantôt chez Paul d'Ivoi et « Les cinq sous de Lavarède ». Ils se retrouvaient dans le Grand-Nord américain avec Bari-chien loup, ils accompagnaient Christophe Colomb, La Pérouse, Magellan, Vasco de Gama, et tous les grands explorateurs, mais nulle part ils ne se sentaient chez eux, ni dans les livres d'aventures , ni dans les contes de fées, où abondent les exploits, les merveilles, les chimères, et tout ce qui donne le goût du merveilleux. Pas plus que chez les grands auteurs : Victor Hugo, Balzac, Lamartine, Flaubert, des noms qui inspirent le respect. Ils étaient des mots d'origine modeste, appartenant plutôt à la culture populaire , quittes à paraître même un peu terre à terre .
Ils pouvaient tout aussi bien appartenir à n'importe quel abécédaire, participer à l'émerveillement des enfants à la découverte de leurs premiers mots, qu'on prend plaisir à articuler pour leur beauté sonore, comme des noms de pierres précieuses.
Ils pouvaient sortir d'un livre de contes, d'Andersen, de Charles Perrault, de la Comtesse de Ségur, qui sait ? D'un livre d'aventures, comme « Le dernier des Mohicans », ou d'un roman de Colette, qui avait une relation si privilégiée avec les mots ? Nul ne le savait , mais partout où ils allaient, ils semaient l'espoir, ils rendaient les gens heureux, ils réveillaient leurs sens, les aidaient à mieux se connaître, à avoir une meilleure image d'eux-mêmes. Ils étaient les amis de tous les poètes, les écrivains, mais aussi de tous ceux tous ceux qui aiment les livres . Ils surgissaient , et d'un seul coup ils illuminaient leur vie, en les aidant à créer, à trouver des idées, et des phrases pour mieux les exprimer.
Ils continuaient leur vaine recherche, quand un jour ils passèrent devant la demeure d'un poète qui ne trouvait plus ses mots. Il était seul, abandonné , en proie au doute, et les mots, d'un commun accord, décidèrent de lui venir en aide.
Par la fenêtre ouverte, ils eurent tôt fait de pénétrer et ils se sentirent tout de suite chez eux. Des livres il en traînait partout, sur la canapé, sur les chaises, sur la table, et la bibliothèque en était remplie. Le poète était l'ami des mots, mais il était en panne d'inspiration, à court d'idées . Il voulait écrire une chanson, mais les mots se bousculaient dans sa tête , s'accumulaient, se cognaient les uns contre les autres, car il voulait dire trop de choses à la fois. Ah s'il avait pu dire ce qu'il ressentait, il aurait été délivré, et le plus gros de ses difficultés serait disparu.
Alors les mots l'aidèrent, ils se mirent en ordre dans sa tête, et il n'eut plus qu'à les écrire sur sa feuille. Les mots avaient trouvé leur chemin, ils appartenaient au poète et personne d'autre ne les prendrait, car c'est lui qui avait besoin d'eux, pour s'épanouir, et communiquer avec les autres. Les mots ne regrettaient pas leur escapade, ils avaient trouvé à se rendre utiles, autrement plus qu'à rester enfermés dans une bibliothèque. Grâce à eux, un poète avait composé une chanson, qu'on fredonne encore un peu partout, dans les rues , dans les faubourgs, en ignorant le nom de l'auteur, qui est resté inconnu. Mais ses mots sont toujours dans la mémoire des gens, pauvres ou riches, bourgeois, artistes ou vagabonds, qui tous ont besoin des mots , pour discuter, prier, chanter, ou parler d'amour. Et cet air on l'entendra «  Longtemps, longtemps, longtemps, après que le poète aura disparu... »
19

Un petit mot pour l'auteur ? 19 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
La génèse d'un air populaire passe parfois par des voies bien détournées ...
Image de Marie Juliane DAVID
Marie Juliane DAVID · il y a
Très joli conte!
Très belle imagination!
C'est aussi très rigolo!
J'ai adoré!
Bonne continuité M. Potec.
Ce fut un plaisir.
Si toutes fois vous avez un peu de temps, je vous invite à faire un petit tour sur ma page en cliquant sur mon nom tout en haut de ce commentaire. J'aurai bien aimé que vous lisez mon texte en compétition pour le Prix des jeunes écritures 2020.
Merci d'avance de passer!

Image de Brandon Ngniaouo
Brandon Ngniaouo · il y a
Beau conte. J'ai adoré. Vous avez ma modeste voix.
Je vous prie de me soutenir en allant voter pour mon texte en compétition pour le prix des jeunes auteurs.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-chose-11 J'adorerais également lire vos commentaires avisés qui m'aideront à me parfaire.

Image de Bernadette Leconte
Bernadette Leconte · il y a
Superbe texte,et très belle chanson de Charles Trenet.
Image de Arnaud-Christ EKONE
Arnaud-Christ EKONE · il y a
Ah oui!
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Très joli texte. Je vais laisser ma fenêtre ouverte ce soir !........
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Un texte à faire rêver. J'adore tout simplement !
Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
Le pouvoir étrange des mots mis à l'honneur dans ce texte merveilleux et très original.
Image de Duje
Duje · il y a
Thème génial et la fin si bien convenue , bravo
Image de Tarek Bou Omar
Tarek Bou Omar · il y a
Bonsoir, je vous soutiens avec ma voix :). Si vous avez un peu de temps, je vous invite à découvrir mon texte en compétition pour le Prix des jeunes écritures : https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-soleil-s-eteint-sur-mon-destin-1?all-comments=1#fos_comment_comment_body_4242995. Bonne chance :).
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Le pouvoir des mots pour exprimer un tas d'émotions ou autres. Votre ronde des mots est bien jolie !

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Gaza

James Wouaal

Des lamelles de jour découpées au vieux store décoraient le corps de son amant d’une lumière bleutée par un reste de nuit. Eshal, qui s’apprêtait à se lever, ne put s’empêcher d’en... [+]