3
min

Les Schnouilleurs : Les Malheurs de Cerbère

Image de Maour

Maour

1658 lectures

236

Hadès était le propriétaire d’une grande ferme du Nord de l’Italie. Il aimait respirer le bon air frais de la campagne, se promener dans les bois et contempler ses champs. Cette vie simple et paisible le rendait heureux. Il aimait aussi se lever tôt le matin, s’asseoir à la table de sa cuisine et croquer un bout de pain et de fromage. Mais ce qui lui plaisait par-dessus tout, c’était le manteau de neige éblouissant que l’hiver dépose sur les paysages et qu’il pouvait admirer depuis sa chaise. « Non, rien d’aussi beau que la neige ! » disait-il en tapant la table de son gros poing de fermier. « Ah ! je voudrais être un oiseau pour survoler de vastes territoires que la glace aurait magnifiés... Je voudrais qu’on entendît toute l’année tinter sur la vitre sonore le grésil léger qui bondit... Maudit printemps, reviendras-tu toujours ? »

A défaut de grésil, Hadès entendait le coassement des grenouilles au sortir de leur hibernation. Il reprenait alors son labeur qu’il interrompait souvent en s’appuyant sur sa fourche à deux pointes pour mieux penser à la neige fondue. Heureusement que son brave chien était là pour lui remonter le moral, pour lui lécher les joues quand il était un peu triste, et ce, même si le fermier l’avait injustement grondé quelque temps plus tôt. C’était un bon chien qui, à la différence de son maître, ne supportait pas l’hiver. Il avait en horreur ces grandes étendues de neige, tout ce blanc, le blanc à perte de vue... Un jour où il s’était perdu dans la forêt, un sanglier colossal le prit en chasse et le poursuivit sans relâche jusqu’à ce qu’il s’écroule, à bout de souffle, au fond d’un ravin plein de neige. Une autre fois, il était tombé dans un fleuve sombre et glacé alors qu’il courait un lapin. Non, décidément, il n’aimait pas l’hiver.

L’aventure qui le dégoûta définitivement de cette saison est liée à la présence de Schnouilleurs sur le domaine d’Hadès. Il faut dire que la journée avait mal commencé, le maître ayant longtemps crié après son chien qui avait englouti le déjeuner : « Cerbère, viens ici ! Un poulet entier... Tu as dévoré un poulet entier ! Oh ! tu peux baisser les yeux coquin, tu n’es qu’un brigand, un vaurien. A la niche, Cerbère, à-la-niche ! » Le pauvre toutou faisait peine à voir attaché devant la grange qui abritait les autres animaux du fermier. Il pleurait doucement, la tête couchée sur ses pattes tremblantes, quand un Schnouilleur passa tout près de ses mâchoires...

Le chien ouvrit les yeux et tendit son cou musclé afin d’examiner cet animal qui fut rapidement suivi par deux créatures semblables, aux visages couleur vert pomme, munies de longues oreilles et d’un chapeau pointu. Elles avançaient d’un pas ferme sans se préoccuper du souffle chaud et menaçant qui leur caressait le dos. Mais elles cessèrent de siffloter lorsque Cerbère aboya furieusement en tirant sur sa corde : « Quelle horrible bête... C’est une chance que sa laisse soit si courte. Dépêchons-nous quand même, elle pourrait se rompre... » Elle pouvait assurément se rompre car Cerbère était fort comme trois chiens, et continuait à secouer sauvagement la tête après que les Schnouilleurs eurent pénétré au sein de la grange.

L’obscurité qui régnait à l’intérieur profitait au larcin que ces petits êtres avaient médité. Ils étaient entrés à l’heure de la sieste pour voler un œuf à l’une des dizaines de poules qui dormaient là, et qui gloussaient parfois un peu dans leur sommeil... Cette opération condamnait le plus costaud des trois Schnouilleurs à supporter la croupe endormie d’une volaille sur sa tête et ses larges épaules. La peau de son visage, qui rougissait en raison de cet effort intense, tourna au vert pâle comme il devinait dans l’ombre la silhouette du chien enragé. A sa vue, il faillit mourir de frayeur et manqua de céder sous le poids du croupion. Avant que lui ou ses complices aient pu dire Schnouille, le chien de garde s’élança et fut sur eux, prêt à user de ses crocs impitoyables, indifférent au chaos qu’il semait en poursuivant la vermine qui se faufilait entre les poulettes.

Les Schnouilleurs auraient payé chèrement leur inconséquence si les cocottes ne s’étaient pas réveillées au bruit de la course agressive que Cerbère entreprenait pour se venger des fous qui avaient osé lui rire au museau. Des œufs éclataient sur le sol et des plumes volaient dans l’air ! Les pondeuses marquèrent leur indignation devant ce désordre que n’avait jamais connu le dortoir par des caquètements effarouchés qui apeurèrent un vieil âne couché sur la paille à proximité. Il se leva d’un bond et rua comme si sa vie en dépendait, projetant ses sabots contre Cerbère qui termina sa course à l’endroit où il l’avait commencée, c’est-à-dire dehors, enseveli sous la neige, tandis que son maître, Hadès, se grattait la barbe au coin du feu...

236

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Daënor Sauvage
Daënor Sauvage · il y a
Bonjour Maour,
Sous les conseils avisés de notre très cher Aurélien, c'est avec plaisir que je viens lire ton texte des Schnouilleurs ! On plaint le pauvre Cerbère dans ses malheurs d'autant plus que tout le début du texte nous conte la beauté et la fraîcheur de la neige hivernale ! L'ironie de la situation est telle que l'on se demande si la pauvre bête ne vas pas recevoir les foudres de son maître quand ce dernier découvrira l'enfer de la grande ;)
Au plaisir de te lire !
Mes salutations,

·
Image de Maour
Maour · il y a
Bonsoir Daënor,

Merci pour ton commentaire. Je me permets de t'inviter sur ma chaîne youtube, car si tu as aimé cette histoire, tu aimeras certainement m'écouter lire les aventures des Schnouilleurs :) Je ne manquerai pas de passer sur ton profil un de ces quatre, pour déposer un avis bienveillant et construit comme le tien.

À bientôt !

Voici le lien : https://www.youtube.com/channel/UCR_GVP-wP713Ql-ndD2MSDQ?view_as=public

·
Image de jusyfa ***
jusyfa *** · il y a
Bonjour Maour, je reviens vers vous car J'ai eu le plaisir d'apprécier votre belle plume et vous avez été sensible à certains de mes écrits.
Si vous en avez l'envie, Je vous propose une nouvelle (policier/ thriller) en lice du GP été :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/sofia-4
Si vous êtes déjà passé(e), je vous prie de m'excuser et de ne pas tenir compte de ma proposition.
à bientôt.
Julien.

·
Image de Pascal Gos
Pascal Gos · il y a
Je relis avec plaisir votre texte.
Maour, je vous invite à déguster mon hamburger de Noël en lice pour la finale du GP hivers 2019.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/le-hamburger-de-noel-1

·
Image de AKM
AKM · il y a
Bravo pour cette belle performance, je m'abonne !
Je vous invite à lire ma nouvelle et à apporter vos critiques :
« ...- Il m’a embrassé par surprise, je me suis laissée faire comme pour voir jusqu’où il voulait aller, il m’a déshabillé mais avant que le pire ne se produise je me suis sauvée.
Au fur et à mesure qu’elle me décrivait la scène, une peur grandissait en moi, la peur de l’entendre sortir les mots : « J’ai couché avec un autre homme », et à la fin elle laissa bientôt place à des suspicions... »
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/les-mots-du-coeur-1
Merci

·
Image de Silvie DAULY
Silvie DAULY · il y a
Un Cerbère attendrissant, des Schnouilleurs exaspérants à souhait, comme d'habitude. On ne se lasse pas de redevenir gamin en vous lisant, Maour. C'est un vrai bonheur de retomber en enfance. J'aimerais avoir votre avis sur mon dernier conte "Que ma joie demeure". Viendrez-vous?
·
Image de Gérard Aubry
Gérard Aubry · il y a
Je viens vers toi de nouveau pour t'inviter à lire "Liberté"! Merci! G.A.
·
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Original et de belle facture.
·
Image de Maour
Maour · il y a
Merci beaucoup !
·
Image de Emsie
Emsie · il y a
Toutes mes voix à ces Schnouilleurs et à leur univers hybride si singulier... Par Hadès !
·
Image de Maour
Maour · il y a
Merci Emsie :)
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Quand j’ai vu Hadès je pensais bien qu’il y aurait chien sous roche...quelle découverte et quel humour ! Ce conte mythologique n’est pas toujours charitable avec le pauvre Cerbère, pourvu qu’il ne perde pas trop de tête(s) dans l’aventure ! Bravo Maour, les Schnouilleurs au pouvoir ! 5 voix dans l’urne !
·
Image de Maour
Maour · il y a
Merci Fred ! Ce message m’a fait beaucoup de bien !
·
Image de Pascal Gos
Pascal Gos · il y a
Un cerbère possède plusieurs têtes. Votre Cerbère a perdu la sienne ! J'ai apprécié votre histoire. Mes voix pour vous.
A l'occasion, venez me lire ** le bonheur des choses imparfaites**
https://short-edition.com/fr/auteur/pascal-gos

·
Image de Maour
Maour · il y a
Merci :) je vais vous soutenir !
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème